AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jai Jai Jai montre nous ton dos [Jai]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shae James-Hudson
Cheeky girl ღ
avatar

Messages : 674
Loisirs : Etre heureuse
Age : 28
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Chirurgien(ne)
Enfant(s): Deux
€: Riche
MessageSujet: Jai Jai Jai montre nous ton dos [Jai]   Lun 19 Sep 2016 - 1:40



Je mordis tranquillement dans ma barre de céréales tout en affirmant à Mae qu’il devait aller se coucher, mon fils tenta de trouver une excuse pour continuer à discuter avec moi à travers le téléphone mais j’entendis Than lui affirmer qu’il devait aller se coucher. J’esquissais un léger sourire et répétais les paroles à Mae en lui promettant de venir lui faire un gros câlin dès que je rentrerai à la maison, mon fils me demanda dans combien de temps et je fixais rapidement l’horloge de la salle de pause avant de lui répondre. Mae passa encore quelques instants à tenter de grapiller quelques minutes de sommeil avant de se décider enfin à aller se coucher. Je raccrochais ensuite et poussais un léger soupire avant de balancer ma tête en arrière en songeant à quel point j’étais fatiguée et j’aurais aimé rentrer à la maison pour pouvoir coucher mon fils. Malheureusement j’avais besoin d’un peu plus d’argent ce mois-ci, alors faire des heures supplémentaires était nécessaire, surtout que je ne voulais pas toucher à son argent. Je fermais mes paupières et les serrais un instant en stoppant le fil de mes pensées. Et heureusement la sonnerie de mon biper y coupa court pour moi.

Je me redressais rapidement et fixais le petit écran avant de m’élancer jusqu’à la pièce des urgences. Je me désinfectais les mains en rentrant dans le grand hall et rejoins la pièce que m’avait indiqué le biper, je poussais la porte battante et posais mon regard sur une scène assez étonnante. Bill mon pauvre interne était en train de se faire malmener par un type qui lui hurlait dessus qu’il était un incapable, je dirigeais un regard agacé vers l’abruti en question et m’approchais du groupe d’une démarche tranquille tandis que l’interne se fondait en excuses en m’expliquant vaguement la situation.

Tu as anesthésié ? Murmurais-je simplement à mon interne en laissant le type s’exciter tout seul dans son coin, Bill hocha mollement la tête et me présenta le patient du bout des lèvres. C’est bon, va me chercher un kit de suture s’il te plait ajoutais-je en attrapant une paire de gants que j’enfilais avant de me tourner vers mon patient qui était assis sur le bord du lit le visage baigné de sang. Je suis le Docteur James-Hudson je vais m’occuper de vous marmonnais-je machinalement avant d’inspecter sa blessure.

Heureusement la blessure n’était pas si profonde que ça et j’allais pouvoir m’en occuper tranquillement dans cette pièce, dans tous les cas le gars était sacrément amoché et avait plusieurs bleus sur la tronche. Je fus soulagée de remarquer qu’il ne sentait pas l’alcool et qu’il ne risquait donc pas de vomir à mes pieds comme ça m’était arrivé la semaine dernière. J’espérais juste pas qu’il avait de la drogue dans le sang parce que je ne comptais pas appeler les flics ce soir, songeais-je dubitativement avant de croiser son regard et de le tourner ensuite vers l’abruti qui marmonnait toujours dans son coin.

Heureusement Bill arriva de nouveau et j'en profitais pour désinfecter rapidement la plaie, m’assurais qu’il ne sentait toujours rien avant de commencer à suturer tranquillement en demandant à Bill d’approcher pour regarder comment je faisais. Une fois terminé Bill fut de nouveau bipé et je le laissais s’en aller en affirmant que j’allais m’occuper du reste, j’avais la sensation que l’autre débile allait encore lui en mettre plein la tête si je les laissais seuls. J’attrapais donc une seringue pour effectuer une analyse de sang avant de fixer avec curiosité ses mains plutôt amochées.

Vous voulez un anti douleur ? Lui demandais-je en m’adressant pour la première fois directement à lui. On va devoir passer quelques examens, je ne sais pas ce que vous fait mais vous avez la tête sacrément amochée on va s’assurer que tout est bien à sa place là-dedans assurais-je en retirant l’aiguille de son bras.

__________________

« And I will stay up through the night Let's be clear, won't close my eyes And I know that I can survive I'll walk through fire to save my life It's hard to lose a chosen one But you won't see me fall apart 'Cos I've got an elastic heart »
Revenir en haut Aller en bas
Jai Myers
Bad boy ✗
avatar

Messages : 77
Loisirs : être le copain officiel
Age : 30
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Boxeur
Enfant(s): Aucun
€: Riche
MessageSujet: Re: Jai Jai Jai montre nous ton dos [Jai]   Lun 19 Sep 2016 - 23:02


Je serrais nerveusement la mâchoire tandis qu’Elliot ne cessais de me rabâcher que j’étais idiot et que j’aurais très bien pu me retrouver dans un état autrement plus grave que celui-ci. En effet, il jugeait que j’aurais parfaitement pu terminer dans un état bien pire, il était persuadé d’avoir conscience des risques que j’avais pris durant le combat de ce soir. D’après son « incroyable » expérience, il semblait qualifié pour juger mon travail comme étant bâclé et inconscient. Cependant, je me foutais pas mal de ce qu’il pensait dans la mesure où j’étais plutôt fier de mes techniques de mon côté, certes je m’étais pris la raclée du siècle mais au moins j’avais une toute nouvelle manière d’aborder l’adversaire et j’allais maintenant pouvoir continuer à travailler sereinement sur mon efficacité au combat. Une fois que tout serait au point, j’étais convaincu de pouvoir remporter encore plus de titres que ceux que je possédais déjà. Il était exclu que je continue à me battre avec ma technique habituelle, certes mon manageur se sentait rassuré quand je suivais les conseils de mon coach à la lettre mais maintenant j’estimais que mes rivaux connaissaient suffisamment ma façon de procéder et ils m’attendaient au tournant alors j’étais bien déterminé à me renouveler, même si cela me forcer à récolter quelques « bobos » et bien je m’en fichais pas mal, l’essentiel était d’apprendre de ses erreurs et bientôt j’espérais devenir le boxeur le plus redoutable de ma génération, à vrai dire je travaillais beaucoup pour ça.

Des éclats de voix me tirèrent ensuite de mes réflexions, après s’être attaqué à moi, Elliot était maintenant bien déterminé à emmerder le petit jeune qui était censé soigner mes petites blessures, c’était d’ailleurs lui-même qui avait absolument tenu à faire examiner mes malheureux coups. Quoiqu’il en soit, mon manageur se prenait cette fois pour un médecin et jugeait que l’interne faisait mal son boulot. Au final, une autre soignante débarqua pour prendre le relais après avoir certainement reçu un appel désespéré du gamin. La nana se présenta comme le « Docteur James-Hudson » et m’informa qu’elle allait « s’occuper » de moi, je me retins d’esquisser un sourire narquois face au double sens de cette phrase et tâchais de rester sérieux et de ne surtout pas prêter attention à Elliot qui trépigner dans son coin et analyser le moindre mouvement du médecin.

Elle se chargea ensuite de suturer ma plaie avant de me demander si je souhaitais qu’elle me prescrive des antidouleurs. Je fus étonné de la voir cette fois s’intéresser réellement à moi et me contentais de secouer la tête négativement, ce n’était pas quelques coups dans la tronche qui allait me forcer à avaler ces conneries d’antidouleurs après tout. Cependant le doc n’avait visiblement pas l’intention de me laisser partir aussi facilement, elle voulait faire davantage d’examens afin de vérifier que mon cerveau tenait toujours en place, du moins c’est ce qu’elle insinua avant qu’Elliot ne s’empresse de venir l’agresser en déclarant que nous n’avions davantage de temps à perdre dans cet hôpital remplit d’incapables et de médecins pas qualifiés.

Ça va Elliot, laisse les médecins de cet hôpital tranquille. Je peux très bien parler tout seul, tu devrais attendre à l’extérieur je n’en ai plus pour longtemps et puis ils ne font pas un si mauvais boulot que ça. Affirmais-je en tâchant de garder mon calme malgré mon agacement. Je suis boxeur, j’ai l’habitude de me prendre des mandales de ce genre vous savez. J’ai la tête dure à force, inutile de vous faire perdre votre temps, ça ira. Cela dit si vous avez vraiment du temps à tuer, je peux toujours attendre la fin de votre garde et vous emmener boire un verre quelque part. Ajoutais-je en baissant un peu le ton afin qu’Elliot n’entendre pas ma dernière proposition.

__________________


C'est sûr que personne ne peut savoir de quoi demain sera fait. Il y a tellement d'histoires, tiens rien que la fameuse légende urbaine du gars qui sort s'acheter des clopes et qui se prend une caisse en bas de chez lui parce qu'il regarde son téléphone.
Revenir en haut Aller en bas
Shae James-Hudson
Cheeky girl ღ
avatar

Messages : 674
Loisirs : Etre heureuse
Age : 28
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Chirurgien(ne)
Enfant(s): Deux
€: Riche
MessageSujet: Re: Jai Jai Jai montre nous ton dos [Jai]   Lun 19 Sep 2016 - 23:42

Sans grande surprise le type refusa que je lui file un anti douleur, je me contentais donc de remplir rapidement son dossier tandis que l’autre abruti venait de nouveau me courir sur le haricot. Je levais les yeux au ciel tandis qu’il continuait de blablater sur le fait que nous étions dans un hôpital de seconde zone et que nous n’étions pas suffisamment qualifiés pour s’occuper du visage en miettes de son ami. Je tentais de garder mon calme tout en songeant que jusqu’ici je n’avais pas vraiment fait de vagues alors ce n’était pas trop le moment de m’emporter pour un rien, il n’empêchait que j’avais sacrément envie de ratatiner la tronche de ce mec, mais je savais pertinemment que ça ne nous mènerait à rien et je ne voulais pas perdre mon job pour un con dans son genre. Je les laissais donc se quereller sans m’empêcher de penser qu’ils avaient plus l’air d’un petit couple qu’autre chose, dans tous les cas mon patient parvint à calmer l’autre idiot et s’adressa de nouveau à moi.

Il m’apprit qu’il était boxeur et qu’il était donc habitué à se prendre des patates dans la tronche. Je me retins de nouveau de lever les yeux au ciel en songeant que c’était sûrement le sport le plus idiot qu’il existait sur cette Terre, mais après tout s’il aimait se prendre des poings dans la tronche c’était son problème. La discussion pris une autre tournure quand il affirma que si je tenais néanmoins à perdre mon temps il pouvait toujours m’accompagner boire un verre quand j’aurais fini de bosser. Je levais mon regard de mes papiers et le fixais un instant en me demandant s’il était sérieux, visiblement oui. Il croyait vraiment qu’avec sa tête complètement tuméfiée il pourrait me séduire ou je ne sais quoi.

Justement, à force de vous prendre des coups votre crâne doit être plus mou qu’autre chose assurais-je simplement avant d’attraper ma petite lumière pour la passer devant ses yeux en lui demandant de la suivre du regard. Je fais juste mon boulot, si vous mourrez cette nuit on viendra me chercher et me dire que j’ai mal fait mon job et votre ami risque de me prendre la tête, alors on va quand même faire un scan histoire d’être sûr que tout va bien affirmais-je en hélant Bill qui passait devant la porte en courant pour lui demander de réserver un scan. Boire un verre ? Vous avez vu votre tête ? Vous feriez mieux de rentrer chez vous et d’aller vous coucher assurais-je toutefois légèrement amusée.

L’autre type revint aussitôt à la charge en affirmant qu’ils avaient pas le temps pour un scan, je le fixais débattre tout le long de son petit discours tout en songeant que j’avais bien envie de lui enfoncer mon poing dans sa figure, peut-être qu’il jugerait alors légitime d’aller faire un scanner par la suite.

Vous avez fait des études de médecine ? Moi oui, alors si je vous dis qu’il a besoin de faire un scanner c’est qu’il va en faire un et si vous continuez sérieusement à insulter ma pratique ou mes internes vous allez directement atterrir à l’étage du dessus avec le cerveau en purée assurais-je sans le quitter du regard. Si vous n’être pas content je vous laisse attendre à l’extérieur, on viendra vous chercher quand tout sera terminé terminais-je.

__________________

« And I will stay up through the night Let's be clear, won't close my eyes And I know that I can survive I'll walk through fire to save my life It's hard to lose a chosen one But you won't see me fall apart 'Cos I've got an elastic heart »
Revenir en haut Aller en bas
Jai Myers
Bad boy ✗
avatar

Messages : 77
Loisirs : être le copain officiel
Age : 30
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Boxeur
Enfant(s): Aucun
€: Riche
MessageSujet: Re: Jai Jai Jai montre nous ton dos [Jai]   Mar 20 Sep 2016 - 19:21

Je restais quelque peu dubitatif quand le docteur m’affirma que je devais avoir le crâne « mou » à force de me faire frapper dessus. Elle ne me donna d’ailleurs pas le choix et s’empressa de me passer son horrible lumière aveuglante devant les yeux. Après quoi elle enchaina en m’informant qu’elle ne s’inquiétait pas vraiment à mon sujet mais si elle tenait à prendre autant de précautions avec moi c’était essentiellement pour se protéger, elle. En effet, le médecin ne tenait pas à ce qu’Elliot porte plainte contre elle en déclarant aux flics qu’elle s’était mal occupée de moi et en soit je la comprenais, mon manageur était assez redoutable dans le genre et si ma mort lui ferait certainement perdre un beau paquet de fric. Quoiqu’il en soit je n’avais pas tellement le choix et la soignante me forçait à la suivre pour ce fichu scanne. En ce qui concernait ma proposition d’aller boire un verre après sa garde, « James-Hudson » semblait plutôt sceptique étant donné que mon état était trop lamentable pour qu’elle accepte de me suivre, elle me conseillait plutôt de rentrer et de m’accorder une bonne nuit de sommeil à la place.    

Vous rigolez ? Ça forge de se faire taper dessus de la sorte, la preuve je ne me sens pas si mal que ça ! Assurais-je sur un ton assuré. Oui d’accord je comprends que vous vouliez assurer vos arrières, allons faire ce scanne alors mais je vous jure que ça va. Affirmais-je ensuite en me doutant que mes tentatives pour la convaincre de me laisser étaient vaines. Ah oui, je ne dois pas être très présentable vous avez raison… Mais rassurez-vous je suis bien plus agréable à regarder en temps normal, enfin ça ne peut pas être pire vous me direz. Ajoutais-je en riant.

Elliot interrompit ensuite notre petite discussion lorsqu’il s’exclama dans tous les sens qu’il était exclu que je passe un scanner, selon lui nous n’avions pas le temps de s’embêter avec de tels détails. Je poussais un soupire et m’apprêtais à lui calmer les ardeurs mais contre toute attente ce fut mon médecin qui s’en chargea d’une manière très… virile. Elle lui claqua dans la tronche que c’était elle la diplômée en médecine ici et qu’elle connaissait bien son boulot, autrement dit j’étais en assez mauvais état pour qu’elle estime devoir me faire passer ce fameux scanner. Elle menaça mon manageur de lui broyer le cerveau avant de lui demander d’aller patienter à l’extérieur le temps qu’elle termine de s’occuper de moi.

Je ne pu m’empêcher de ricaner dans ma barbe avant d’adresser un signe de tête à Elliot pour l’encourager à mettre les voiles. Ce dernier me fusilla du regard avant d’en faire de même avec le docteur et tira son téléphone de la poche arrière de son jean pour finalement quitter la pièce avec un air furieux sur le visage. Je suivis sa disparition du regard avant de réaliser que le voir s’en aller me soulager beaucoup plus que n’importe quel antidouleur. Elliot était très sympa en général mais il prenait vraiment son boulot trop à cœur depuis quelques temps, j’avais parfois l’impression de n’être qu’un vulgaire nom dans son agenda.

Wahou ! Je ne m’attendais pas à ce qu’il vous obéisse aussi facilement, il est du genre… déterminé. Désolé pour le dérangement, c’est un grand stressé. Informais-je mon médecin sur un ton désespéré. Bon on va faire ce scanne alors ? Ça ne peut pas être aussi sympa qu’aller boire un verre mais c’est déjà ça. Plaisantais-je.

__________________


C'est sûr que personne ne peut savoir de quoi demain sera fait. Il y a tellement d'histoires, tiens rien que la fameuse légende urbaine du gars qui sort s'acheter des clopes et qui se prend une caisse en bas de chez lui parce qu'il regarde son téléphone.
Revenir en haut Aller en bas
Shae James-Hudson
Cheeky girl ღ
avatar

Messages : 674
Loisirs : Etre heureuse
Age : 28
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Chirurgien(ne)
Enfant(s): Deux
€: Riche
MessageSujet: Re: Jai Jai Jai montre nous ton dos [Jai]   Mar 20 Sep 2016 - 22:43


J’haussais les sourcils d’un air peu convaincu quand le type m’assura que de se faire taper dessus de la sorte forgeait le caractère et qu’à présent il ne se portait pas si mal que ça. Oui sauf qu’il avait le visage recouvert de sang séché et qu’il n’aspirait pas la joie de vivre. Je fus heureuse de l’entendre accepter de me suivre jusqu’au scanner en songeant que ça m’évitait de devoir lui sortir un grand discours sur les risques qu’il encourait en quittant les lieux contre avis médical. Bill arriva alors dans la pièce avec un fauteuil roulant et je laissais mon interne informer le gros dur qu’il allait devoir se faire pousser jusqu’à la salle du scanner. Après tout je n’allais pas toujours être là pour lui venir en aide, il était aussi temps pour lui d’apprendre à gérer les patients difficiles.

Je n’en doute pas assurais-je simplement par rapport à sa dernière phrase tout en songeant qu’après tout il avait l’air plutôt pas mal derrière son masque et son teint déconfit.

Le type excusa ensuite la conduite de son ami tout en s’étonnant que j’ai réussi à lui rabaisser son caquet. A vrai dire j’avais pris l’habitude de gérer ses patients sensibles, mais davantage leur entourage. Mes quelques mois passés à l’armée m’avait permis de me conforter dans mon rôle autoritaire et surtout à apprendre à ne pas me laisser marcher dessus. Bon il est vrai que je n’avais jamais été du genre me laisser faire, mais quand on faisait face à un type qui faisait trois fois notre poids et notre carrure il n’était pas facile de prendre son assurance. C’était sûrement ce qui manquait à la plupart de mes internes, notamment à Bill qui passait son temps à se laisser marcher dessus sans jamais osé rien dire.

Je le fixais donc expliquer la situation au patient et après avoir négocié quelques instants il réussi enfin à le faire s’installer sur le fauteuil roulant, je poussais un soupire en songeant que les hommes passaient trop de temps à jouer aux fiers et compliquaient la vie de toute le monde. Enfin j’imaginais que son image de boxeur viril ne devait pas trop l’aider et devait le conforter dans son image de « vrai mec ».

J’ai l’habitude de m’occuper des idiots du genre, j’en vois tous les jours et j’ai vu beaucoup plus intimidant que lui assurais-je. On va vous injecter un produit qui colorera l’oxygène dans votre corps c’est sympa aussi ajoutais-je. Je vous laisse avec Bill on se retrouve après affirmais-je en quittant la pièce pour aller voir ce que faisaient les autres internes dans le reste des pièces.

__________________

« And I will stay up through the night Let's be clear, won't close my eyes And I know that I can survive I'll walk through fire to save my life It's hard to lose a chosen one But you won't see me fall apart 'Cos I've got an elastic heart »
Revenir en haut Aller en bas
Jai Myers
Bad boy ✗
avatar

Messages : 77
Loisirs : être le copain officiel
Age : 30
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Boxeur
Enfant(s): Aucun
€: Riche
MessageSujet: Re: Jai Jai Jai montre nous ton dos [Jai]   Jeu 22 Sep 2016 - 23:23

Je me retrouvais quelque peu perplexe quand l’interne se pointa de nouveau devant moi en trainant un fauteuil roulant devant lui. Parce que j’étais censé m’asseoir là-dedans ? J’estimais déjà que faire ce stupide scanne était une vraie perte de temps mais maintenant j’étais censé accepté qu’un médecin me ballade de couloir en couloir ? Je savais parfaitement marcher, d’ailleurs c’était loin d’être la première fois qu’un adversaire me foutait dans cet état, en général je ne venais jamais à l’hôpital mais cette fois Elliot s’était retrouvé vraiment impressionné par la quantité de sang sur mon visage et avait jugé préférable de m’emmener consulter malgré mes tentatives pour le rassurer. Et puis après tout mon rival de la soirée ne devait pas être dans un état beaucoup mieux que le mien et j’imaginais bien que personne ne l’avait forcé à se rendre aux urgences pour quelques bobos sur le visage.

Je tentais donc de négocier avec l’interne pour qu’il accepte de me laisser marcher comme un grand mais ce dernier ne semblait pas d’accord avec mes exigences et préférait vraiment que je m’installe dans sa chaise à roulette. Je poussais un soupire de désespoir et me fis violence pour ne pas quitter cet endroit immédiatement. Cependant je fus forcé de tenir le coup afin de ne pas me mettre à dos tout l’hôpital et tâchais d’être le plus docile possible. Tout ce que je désirais, c’était de ne plus jamais avoir à revivre un moment comme celui-là parce que la dernière chose dont j’avais besoin c’était que l’on s’inquiète à mon sujet et que je me sente diminué de la sorte et puis je n’avais pas tellement de temps à perdre ici.

Finalement une aide-soignante s’occupa de me débarbouiller complètement la tronche avant que l’on vienne m’installer pour le scanner. Heureusement ce dernier se déroula sans embuche et je pu m’empresser de remettre mes vêtements avant de me diriger vers la salle d’attente que l’interne m’avait indiquée. Je n’eus donc pas d’autre choix que de m’installer en attendant patiemment mes résultats. J’en profitais pour vérifier mon téléphone et trouvais d’ailleurs un message d’Elliot m’informant que j’allais devoir prendre un taxi pour rentrer étant donné qu’il avait lui-même reprit la route. Je poussais un soupire de résignation et enfonçais de nouveau l’appareil dans ma poche avant de passer mes mains sur mon visage.

Après je ne sais combien de temps passé à glandouiller en salle d’attente, je m’intéressais à une petite conversation entre deux soignants. Ces derniers discutaient planning et je n’eus pas de mal à reconnaître le nom de ma jolie doctoresse dans le dialogue des professionnels. J’appris donc que James-Hudson terminait sa garde à 23h30 et j’en déduisis qu’elle serait tout à fait libre une fois le travail terminé. Je n’eus néanmoins pas le temps de réfléchir à la question plus longtemps puisque mon petit interne attitré se plaça devant moi pour m’énoncer les résultats du scanner, tout ça sous l’œil bienveillant du docteur James-Hudson. Je lui lançais un regard en biais avant d’apprendre que tout était en ordre dans ma tête, je lançais un sourire narquois à mon médecin qui surveillait la scène de loin avant de récupérer mes affaires avec la ferme intention de quitter l’endroit.

Cependant je fus quelque peu refroidit à l’idée de m’en aller de cette manière, j’étais toujours déterminé à boire un verre avec mon médecin du jour alors j’espérais cette fois qu’en dehors du travail elle accepterait de m’accompagner et puis je n’avais plus tout ce sang sur la tronche elle ne pouvait clairement plus ignorer mes avances comme elle l’avait fait à l’hôpital sous prétexte que j’étais mal en point. Je décidais donc de m’installer sur un banc situé sous le petit préau à la sortie du bâtiment et surveillais les allers et venues, guettant surtout l’arrivée de James-Hudson.

__________________


C'est sûr que personne ne peut savoir de quoi demain sera fait. Il y a tellement d'histoires, tiens rien que la fameuse légende urbaine du gars qui sort s'acheter des clopes et qui se prend une caisse en bas de chez lui parce qu'il regarde son téléphone.
Revenir en haut Aller en bas
Shae James-Hudson
Cheeky girl ღ
avatar

Messages : 674
Loisirs : Etre heureuse
Age : 28
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Chirurgien(ne)
Enfant(s): Deux
€: Riche
MessageSujet: Re: Jai Jai Jai montre nous ton dos [Jai]   Dim 25 Sep 2016 - 18:38

Je fixais le cadran de ma montre discrètement tout en songeant que ma garde allait bientôt prendre fin, à vrai dire je commençais à en avoir sacrément marre d’être ici. Je voulais pouvoir rentrer afin de libérer Than et veiller sur mon fils. J’étais heureuse d’avoir trouvé une babysitter pour Mae et surtout une jeune-fille qui habitait dans la même résidence que nous, ainsi elle pouvait rester aussi tard que possible et n’avait qu’à faire deux pas pour rentrer chez elle. J’avais eu beaucoup de mal à accepter de laisser Mae avec une étrangère, cependant j’avais rapidement réalisé que je n’avais pas d’autre choix, j’étais trop rapidement débordée par mes horaires de boulot et je n’avais personne que je connaissais réellement pour s’en occuper. Heureusement Mae semblait apprécier sa babysitter et j’avais pu réaliser au fil du temps qu’elle était vraiment douce et patiente.

Je m’efforçais de me concentrer de nouveau sur les mouvements de mon interne avant de le féliciter pour la précision de ses gestes, je l’encourageais à poursuivre de la sorte et mis les voiles quand on m’appela dans une autre pièce. La soirée se poursuivit ainsi et heureusement pour moi les urgences étaient plutôt calmes ce soir ce qui me permis de quitter les lieux en temps et en heure. Je quittais ma blouse et enfilais mes vêtements de tous les jours une fois dans les vestiaires avant d’attraper mon sac et de mettre les voiles en vérifiant que je n’avais aucun message de Than.

Je saluais quelques collègues sur le chemin et leur souhaitais bon courage avant de passer les portes coulissantes des urgences. Mon regard s’attarda aussitôt sur le fameux boxer qui attendait patiemment sur le banc, je réfrénais un sourire avant de m’approcher de lui avec nonchalance. Je ne savais pas trop ce qu’il désirait, s’il souhaitait boire un verre dans l’espoir de me fréquenter régulièrement il en était hors de question, mais si son but était uniquement de coucher avec moi les choses seraient plus faciles. Après tout je pouvais toujours demander à Than de rester une heure supplémentaire et ensuite je pourrais rentrer tranquillement. Ça faisait longtemps que je n’avais pas eu l’opportunité de me retrouver avec un homme, mon dernier… compagnon de la sorte avait mis les voiles pour travailler ailleurs. Alors depuis plusieurs semaines je n’avais pas d’autre choix que de réfréner mes ardeurs.

C’est vrai que vous êtes bien mieux sans le sang sur le visage affirmais-je simplement. Je n’ai pas le temps pour boire un verre, mais si vous n’habitez pas loin on peut toujours allez chez vous proposais-je sur le même ton. Enfin sauf si vous vouliez vraiment passer la soirée au tour d’un verre, mais je viens de passer neuf heures aux urgences alors j’ai besoin de quelque chose de plus fort que de l’alcool terminais-je.

__________________

« And I will stay up through the night Let's be clear, won't close my eyes And I know that I can survive I'll walk through fire to save my life It's hard to lose a chosen one But you won't see me fall apart 'Cos I've got an elastic heart »
Revenir en haut Aller en bas
Jai Myers
Bad boy ✗
avatar

Messages : 77
Loisirs : être le copain officiel
Age : 30
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Boxeur
Enfant(s): Aucun
€: Riche
MessageSujet: Re: Jai Jai Jai montre nous ton dos [Jai]   Dim 25 Sep 2016 - 23:45

Un petit sourire se dessina sur mes lèvres quand la voix du médecin s’éleva derrière moi. Je m’empresserais d’écraser ma clope dans le cendrier installé juste à côté du banc où j’étais installé et me retournais pour observer mon interlocutrice du moment. Cette dernière me confirma alors qu’elle me préférait davantage maintenant je n’étais plus recouvert de sang séché et j’étais plutôt de son avis, à vrai dire je me sentais nettement plus à l’aise depuis que la peau de mon visage avait pu être désinfectée. Quoiqu’il en soit, la jolie blonde m’informa qu’elle était trop occupée pour s’attarder autour d’un verre mais elle me suggéra une autre idée qui eut le don de me surprendre. En effet, James-Hudson me proposait de rejoindre mon appartement et ce sur un ton tout à fait naturel… Je ne pu alors pas m’empêcher de me demander qui pouvait bien être cette drôle de fille, à la fois étonnante et intrigante.

Son attitude m’étonnait vraiment dans la mesure où elle avait plutôt l’air d’être une nana totalement inaccessible aux premiers abords, pas que je la considérais maintenant comme ayant une petite vertu mais jamais je n’aurais imaginé qu’elle puisse me suggérer de se retrouver dans mon appartement d’entrée de jeu. Moi qui pensait bien faire en étant gentleman avec elle et bien pour une fois j’aurais mieux fait de ne pas être aussi patient, enfin il fallait tout de même bien reconnaitre qu’il était toujours un peu compliqué de savoir sur quel pied danser avec la gente féminine. Néanmoins j’étais plutôt heureux de voir quelle tournure prenait les évènements, pas que je pensais forcément à me taper mon médecin ce soir mais elle était vraiment jolie et je ne pouvais pas refuser une telle proposition de sa part après tout.

L’intéressée me tira de mes pensées quand elle se justifia quelque peu à propos de ses « motivations », visiblement elle cherchait d’autres sensations que celles procurées par l’alcool étant donné qu’elle sortait d’une longue journée de boulot aux urgences. Je hochais la tête d’un air entendu et l’informais de mes petits soucis de locomotion, cependant elle régla tous mes problèmes en une phrase lorsqu’elle m’informa avoir sa voiture. Nous nous dirigeâmes donc vers celle-ci avant de nous engouffrer dans la bagnole et de mettre le cap vers mon appartement. Heureusement mon frère dormait chez un de ces copains ce soir, nous étions donc tranquilles pour la soirée.

La bonne nouvelle c’est que j’ai aussi de l’alcool en plus du reste. Informais-je mon invitée une fois arrivée à destination tandis que j’enfonçais la clé dans la serrure. Je vous sers quelque chose à boire ? Ajoutais-je en me débarrant de ma veste, malheureux geste qui m’arracha une grimace… Foutu boxeur.

__________________


C'est sûr que personne ne peut savoir de quoi demain sera fait. Il y a tellement d'histoires, tiens rien que la fameuse légende urbaine du gars qui sort s'acheter des clopes et qui se prend une caisse en bas de chez lui parce qu'il regarde son téléphone.
Revenir en haut Aller en bas
Shae James-Hudson
Cheeky girl ღ
avatar

Messages : 674
Loisirs : Etre heureuse
Age : 28
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Chirurgien(ne)
Enfant(s): Deux
€: Riche
MessageSujet: Re: Jai Jai Jai montre nous ton dos [Jai]   Lun 26 Sep 2016 - 0:21

Je garais ma voiture sur le bas côté et suivis docilement le grand blond quand il s’élança vers une porte d’immeuble, je fixais les alentours avec intérêt en songeant que c’était un coin plutôt huppé. Les immeubles étaient tous très classes et je n’avais pas pensé que le boxeur était du genre à pouvoir se payer un appartement dans le coin. Peut-être que finalement il était plutôt connu dans son domaine, j’allais attendre après demain de retourner au boulot pour récupérer son nom et le cherche sur internet. Nous traversâmes le hall de l’immeuble tranquillement et je m’empressais d’envoyer un message à la babysitter pour lui dire que je rentrerai un petit plus tard, dans une heure maximum. Au même moment les portes de l’ascenseur s’ouvrirent puis se fut au tour de la porte de l’immeuble du boxer tandis qu’il affirmait qu’il avait aussi de quoi boire chez lui.

J’esquissais un léger sourire et parcourais de nouveau les lieux du regard, j’étais dans un vaste appartement, plutôt moderne et qui respirait la présence masculine. Il y avait plusieurs vestes et baskets qui trainaient dans l’entrée et aucune chaussure qui témoignerait d’une présence plus féminine. J’en fus soulagée tout en songeant que je ne voulais pas me retrouver dans une histoire étrange avec un type marié ou quoique ce soit, d’habitude je ne couchais pas avec un type sans le connaître un peu plus que ça, mais j’estimais que j’avais bien mérité de passer quelques minutes agréables.

Non ça va aller merci, je n’ai qu’une heure devant moi affirmais-je simplement. On fait ça où ? L’interrogeais-je ensuite en tentant d’ignorer son rictus de douleur quand il retira sa veste, j’imaginais que je n’allais pas trop pouvoir m’amuser avec ses mains.

Le sportif m’indiqua une pièce d’un signe de tête et je lui emboitais le pas, une fois à l’intérieur je retirais tranquillement mon pantalon et mon tee-shirt. Heureusement ce matin j’avais enfilé des sous-vêtements acceptables, c’était plutôt à cause du fait que j’avais oublié de faire une machine le week-end dernier et que c’étaient les derniers dessous propres qu’il me restait, mais dans tous les cas ça m’arrangeait plutôt bien en ce moment même. Je le fixais retirer à son tour son haut et son pantalon et le laissais s’approcher avant de l’accueillir contre mon corps.

Les minutes s’enfilèrent rapidement et quelques secondes suffirent à concorder nos corps l’un à l’autre. Je n’étais pas adepte de ces rencontres d’un soir et de ses rapports entre inconnus, mais étrangement tout se déroula incroyablement bien et se termina d’une manière bien plus agréable que ce que j’aurais pu imaginer. Je me retrouvais haletante sur le matelas de mon compagnon et savourais pendant quelques secondes ce petit instant de sérénité, ça faisait longtemps que je ne m’étais pas sentie aussi bien. Je n’étais plus qu’une simple fille qui venait de coucher avec un homme qu’elle avait rencontré dans la soirée, je n’étais pas encore proie à la culpabilité par rapport à ma vie passée, par rapport à mon fils qui m’attendait à la maison ou par rapport à tout ce que j’avais laissé derrière moi pour m’envoyer en l’air à l’autre bout du pays. Je fermais mes yeux le temps que dura cet instant avant de les ouvrir à nouveau pour revenir à la réalité de ma vie.

__________________

« And I will stay up through the night Let's be clear, won't close my eyes And I know that I can survive I'll walk through fire to save my life It's hard to lose a chosen one But you won't see me fall apart 'Cos I've got an elastic heart »
Revenir en haut Aller en bas
Jai Myers
Bad boy ✗
avatar

Messages : 77
Loisirs : être le copain officiel
Age : 30
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Boxeur
Enfant(s): Aucun
€: Riche
MessageSujet: Re: Jai Jai Jai montre nous ton dos [Jai]   Lun 26 Sep 2016 - 22:54

Je me contentais de hausser les épaules avec nonchalance quand mon invitée refusa de boire ce fameux verre avec moi, le tout avant de m’informer qu’elle était un peu pressée par le temps. Suite à ses paroles, je ne pu m’empêcher de la toiser avec perplexité. En réalité elle voulait juste tirer son coup, enfin je l’avais déjà plus ou moins compris lorsqu’elle avait suggéré de se retrouver chez moi alors que nous étions encore sur le parking de l’hôpital mais j’avais au moins eu l’espoir qu’elle accepte de se poser autour d’un verre avant de passer aux choses sérieuses. Bon pour être franc je n’allais pas geindre à propos du fait qu’elle souhaitait faire ça rapidement, néanmoins son attitude me surprenait de plus en plus, surtout au moment où elle me demanda le plus naturellement du monde dans quelle pièce nous étions censés le faire.

Je retins un ricanement et lui désignais les escaliers d’un signe de tête. Je me doutais bien que je n’obtiendrais rien d’autre que du sexe ce soir et je ne m’en plaignais pas après tout, c’était toujours ça de gagné pour la soirée. Et puis pour être franc j’avais déjà des amis alors je n’étais pas forcément d’humeur à courir partout pour en trouver d’autres surtout si je devais me plier en quatre pour réussir à obtenir ne serait-ce qu’un malheureux verre alors qu’en réalité la nana en question ne cherchait sans doute que l’amusement et le plaisir. Quoiqu’il en soit ça m’arrangeait plutôt bien pour ce soir de l’avoir rencontrée parce que j’avais exactement les mêmes envies, d’autant plus après mon combat foireux j’avais besoin de me défouler un peu et une partie de jambe en l’air me paraissait clairement être l’activité idéale.

Une fois à l’étage, je n’eus même pas le temps de me poser de questions que la fille était déjà en sous-vêtements devant moi. Décidemment le médecin devait être très sincère quand il affirmait n’avoir pas énormément de temps devant lui. Nous réglâmes donc nos petites affaires tranquillement et nous retrouvâmes tous les deux haletants et étendus sur mon matelas, en tout cas je ne pouvais clairement pas cracher sur les capacités de ma partenaire. Elle était bien plus douée que ce que je pensais avant de coucher avec elle, moi qui imaginait les docteurs comme de vrais rats de bibliothèques, ermites et chiants, je devais reconnaître que je m’étais bien trompé sur le cas de James-Hudson.

Quoiqu’il en soit je n’eus même pas le temps de savourer plus longtemps notre échange que la blondinette s’empressa de m’informer qu’elle devait partir. Elle se rhabilla très rapidement sous mon regard intrigué et n’ajouta pas grand-chose de plus malgré ce qu’il venait de se passer entre nous. Je fus alors contraint de me faire violence pour enfiler mon caleçon à mon tour et la raccompagner jusqu’à la porte d’entrée où nous en profitâmes pour échanger nos numéros de téléphone, à mon plus grand étonnement d’ailleurs. Madame estimait peut-être que je valais vraiment le coup au lit et souhaitait remettre ça pour une prochaine fois… En tout cas je ne dirais pas non à une seconde entrevue de ce genre avec elle. C’était rapide, efficace et vraiment pas prise de tête.

__________________


C'est sûr que personne ne peut savoir de quoi demain sera fait. Il y a tellement d'histoires, tiens rien que la fameuse légende urbaine du gars qui sort s'acheter des clopes et qui se prend une caisse en bas de chez lui parce qu'il regarde son téléphone.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jai Jai Jai montre nous ton dos [Jai]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jai Jai Jai montre nous ton dos [Jai]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» TROMBINOCHE ▲ montre-nous ta tête!
» TROMBINOCHE ▲ montre-nous ta tête!
» Soit au début, soit à la fin, Mars nous montre son venin dans les Terres Balafrées
» Ce sont nos choix qui montrent ce que nous sommes vraiment - Calliope
» ce que nous faisons : les sauts en image

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Boarding House Of Death :: Intrigue n°5-
Sauter vers: