AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Youhou c'est nous [Aaron]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shae James-Hudson
Cheeky girl ღ
avatar

Messages : 674
Loisirs : Etre heureuse
Age : 28
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Chirurgien(ne)
Enfant(s): Deux
€: Riche
MessageSujet: Youhou c'est nous [Aaron]   Dim 1 Mai 2016 - 23:31


Je me tournais de mon siège pour mieux apercevoir Mae qui était assis tranquillement, d’habitude mon fils n’était pas trop frillant des grands trajets en voiture, mais cette fois-ci pour je ne sais quelle raison il était très calme et je n’allais pas m’en plaindre. En effet nous avions décidés Aaron et moi de partir passer le week-end chez ses parents suite à ma dispute avec mon propre père. Cette fois-ci j’étais vraiment très énervée contre lui et je ne voulais surtout pas passer mon week-end à ressasser, passer du temps auprès de la famille de mon mari me ferait le plus grand bien. De plus Noah m’avait informé qu’il avait réceptionné maman à l’aéroport de Washington là où il concourait cette semaine, en effet papa et maman avaient prévus de passer quelques jours là-bas et d’en profiter pour aller voir Noah mais visiblement maman s’y était rendue seule et je ne savais pas trop ce que ça voulait dire.

Je retins un soupire et décidais d’arrêter de penser à cette histoire pour me contenter de fixer le paysage derrière la vitre de notre voiture. Mae décida alors de reprendre ses histoires sans fins et je ne pus m’empêcher de rire en l’écoutant le reste de notre trajet. Une fois que nous fûmes arrivés dans le petit village où Aaron avait grandit mon mari arrêta la voiture devant la maison de ses parents qui surgirent rapidement de leur porte pour venir nous saluer.

Madame Hudson toujours aussi heureuse de nous voir et surtout de pouvoir passer du temps avec son petit fils s’empressa de nous embrasser avant de saisir Mae dans ses bras qui s’enthousiasmais de ces effusions de joie. Je fixais mon fils le sourire aux lèvres un instant avant de saluer Monsieur Hudson qui s’était dirigé dans ma direction, il nous aida à rentrer l’ensemble des affaires que nous avions apportés et s’éclipsa ensuite préparer le déjeuner tandis que je montais à l’étage installer le lit de Mae dans la petite pièce qui lui était réservée. Aaron me rejoint rapidement et je ne pus m’empêcher de sourire en constatant à quel point il avait l’air heureux d’être ici, il est vrai qu’il n’avait pas toujours l’occasion de voir ses parents, de mon côté j’étais servie étant donné que j’habitais à deux pas de chez eux, et je ne pouvais m’empêcher de penser que si nous n’étions pas autant les uns sur les autres peut-être qu’il y aurait moins de tensions entre nous.

Je déposais rapidement un baiser sur ses lèvres avant de descendre l’escalier pour retrouver mes beaux-parents et Mae à l’extérieur. Monsieur Hudson avait visiblement décidé de profiter du beau temps qui pointait le bout de son nez pour préparer un barbecue et je dois avouer que c’était une très bonne idée, nous allions pouvoir profiter d’un repas paisible et c’était vraiment ce que je désirais. Mae s’enthousiasma rapidement dans les bras de sa grand-mère après m’avoir vu arriver, je vins pour embrasser sa petite main tandis que la mère de mon mari constatait à quel point il avait grandi et qu’il me ressemblait vraiment de plus en plus.

Oui, il est même beaucoup plus blond que moi remarquais-je. En tout cas il a les jolis yeux d’Aaron constatais-je par la suite.

Il est vrai que Mae avait plus de traits communs avec ma famille qu’avec celle de mon mari, mais il était encore petit, j’espérais sincèrement quand grandissant il ressemblerait plus à son père même si c’était uniquement du point de vue du caractère. J’étais cependant déjà très contente qu’il ait les yeux d’Aaron, je les avais toujours trouvé très beaux et très doux alors je ne pouvais être qu’heureuse que mon fils ait les mêmes. Aaron s’approcha de nous au même moment et Mae s’emballa de nouveau visiblement très heureux de voir son père, j’esquissais de nouveau un sourire et glissais ma main dans le dos de mon mari.

Je disais justement à ta mère que Mae a les mêmes très jolis yeux que toi assurais-je doucement.

__________________

« And I will stay up through the night Let's be clear, won't close my eyes And I know that I can survive I'll walk through fire to save my life It's hard to lose a chosen one But you won't see me fall apart 'Cos I've got an elastic heart »
Revenir en haut Aller en bas
Aaron James-Hudson
Pleasant guy ☮
avatar

Messages : 489
Loisirs : faire des bébés à Shae
Age : 31
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Au foyer
Enfant(s): Un
€: Moyen
MessageSujet: Re: Youhou c'est nous [Aaron]   Lun 2 Mai 2016 - 1:40


Je garais la voiture devant la maison de mes parents et esquissais un large sourire en observant la façade de cette maison qui autrefois était aussi la mienne. Ma mère et mon père ne perdirent d'ailleurs pas une seconde et se précipitèrent rapidement vers notre voiture après l'avoir entendue s'immobiliser. Je fus heureux de pouvoir serrer maman dans mes bras, j'avais l'impression qu'une éternité s'écoulait entres chacune de nos visites et j'étais vraiment désolé de ne pas pouvoir venir plus souvent dans le coin. Ma génitrice s'occupa ensuite d'aller embrasser Shae puis elle s'intéressa à Mae qui gazouillait dans son siège auto, je la laissais tranquillement s'occuper de son petit-fils et en profitais pour saluer mon paternel qui s'était rapproché discrètement. Une fois les retrouvailles effectuées, la grand-mère de mon fils disparue rapidement vers la maison en roucoulant et Shae l'accompagna avec l'un des nombreux sac du petit. Pendant ce temps je récupérais d'autres bagages dans le coffre, mon père qui s'était proposé pour me donner un coup de main ne pu d'ailleurs pas s'empêcher de me demander combien de temps nous avions prévu de rester au vue de tous les sacs. Je rigolais face à sa remarque tout en pensant qu'un bébé avait vraiment besoin de beaucoup d'affaires, même pour un malheureux week-end, enfin nous avions l'habitude de le déménager un peu partout alors nous ne nous rendions même plus compte de tout ce que nous trimballions avec nous comme babioles.

Une fois tous les sacs à l'intérieur, je rejoignis Shae au premier étage qui s'occupait de monter le lit parapluie de notre fils, je disposais le reste des sacs de Mae qui ne nous serviraient sûrement pas tout de suite dans la pièce et donnais un coup de main à ma femme pour déplier ce fichu lit. Lorsque nous eûmes terminé de nous battre avec le mobilier, ma femme déposa ses lèvres sur les miennes et j'esquissais de nouveau un sourire après ce baiser. J'avais l'impression de ne plus être capable de m'arrêter de sourire aujourd'hui, j'étais incroyablement heureux de retrouver mes parents, qu'ils puissent passer du temps avec ma petite famille et en plus il faisait un temps radieux dehors. Ce petit week-end nous permettrait de nous éloigner un peu des tentions régnant sur New-York, je ne voulais plus que Shae pense à son père et à ses remarques blessantes avant un moment. Nous étions justement là pour faire l'impasse là-dessus et profiter d'un agréable moment en famille.

Lorsque nous fûmes de retour au rez-de-chaussée, Shae rejoignit ma mère et notre fils tandis que je préférais me rapprocher de mon père qui s'occupait du barbecue un peu plus loin. Nous discutâmes un peu de choses et d'autres, il semblait en réalité fasciné par la vitesse avec laquelle Mae avait grandit. Je hochais aussitôt la tête en accord avec lui tout en pensant qu'il se rapprochait dangereusement des un an et je n'avais vraiment pas vu cette année passer pour être franc. Mon fils se développait très rapidement, il savait même appeler sa mère à présent et c'était vraiment adorable lorsqu'il le faisait. Maintenant j'attendais avec impatience le moment où « papa » sortirait d’entre ses lèvres mais il ne semblait pour l'instant pas tellement décidé à me faire se plaisir. Quoiqu'il en soit je n'eus pas le loisir d'y songer plus longtemps puisque mon père déclara qu'il fallait attendre que le charbon de bois prenne, je hochais simplement la tête tout en rejoignant ma mère et Shae qui discutaient près du salon de jardin. Ma femme en profita pour me préciser qu'elle venait d'informer ma mère que Mae avait hérité de mes yeux.

Mon père aussi a les même yeux, c'est une affaire d'homme. Affirmais-je sur un ton faussement pompeux en glissant mon bras autour de la taille de Shae. Oh, j'ai oublié de te le dire au téléphone la dernière fois mais Mae commence à parler. Vas-y bonhomme, je suis sûr que mamie a très envie de t'entendre appeler maman. L'encourageais-je en désignant Shae.

Mon fils s'agita alors dans tous les sens en rigolant mais aucun mot ne sortit de sa bouche à mon plus grand désespoir, je fis légèrement la moue tout en pensant que c'était vraiment quand il le voulait. Ma mère assura que ça n'était pas si grave et qu'elle aurait bien d'autres occasions d'entendre parler son petit-fils, en attendant elle nous ordonna d'aller nous mettre à table pour l'apéritif et glissa Mae dans les bras de sa mère en assurant qu'elle reviendrait très vite le rechercher. J'esquissais un sourire tandis que le petit décida de se blottir contre la poitrine de sa mère tout en observant les petites flammes qui s'élevaient au-dessus du barbecue.

Tu as faim? L'interrogeais-je doucement alors qu'il ne daignait même pas me répondre tant il était obnubilé par le spectacle du barbecue. J'espère que Nath ne l'a pas enrôlé avec ses histoires de pompier. Me moquais-je gentiment.

__________________


You're free to touch the sky whilst I am crushed and pulverised, because you need control. You've taught me to lie without a trace and to kill with no remorse. On the outside I'm the greatest guy, now I'm dead inside.
Revenir en haut Aller en bas
Shae James-Hudson
Cheeky girl ღ
avatar

Messages : 674
Loisirs : Etre heureuse
Age : 28
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Chirurgien(ne)
Enfant(s): Deux
€: Riche
MessageSujet: Re: Youhou c'est nous [Aaron]   Lun 2 Mai 2016 - 23:29

Je ne pus m’empêcher de sourire quand Aaron constata que son père aussi avait les mêmes yeux que Mae et lui-même alors à son goût c’était une affaire d’hommes, forcément c’était toujours le cas, ne pus-je m’empêcher de penser sans toute fois pouvoir me retenir de secouer la tête d’un air désespéré. Aaron s’enthousiasma ensuite quant au fait que Mae savait à présent m’appeler, je baissais aussitôt mon regard vers mon fils qui malgré les demandes de son père ne se décida pas à formuler le fameux « maman ». J’étais moi aussi très fière de Mae, il était plutôt étonnant que les enfants parlent de si tôt, pourtant c’était le cas de notre fils et je ne pouvais m’empêcher de penser que ça prouvait qu’il était en avance pour son âge. Bien évidemment je savais à quel point les enfants pouvaient évoluer différemment, mais je me plaisais à croire que mon fils était déjà un petit génie, je ne serais même pas étonnée qu’il marche avant ses un an.

Malheureusement Mae ne se décida pas à montrer ses talents d’orateur et se retrouva rapidement dans mes bras après que Madame Hudson ait décidé d’aller chercher l’apéritif. Mae posa aussitôt son regard sur le barbecue qui semblait grandement l’intriguer, il est vrai que jusqu’ici il n’en n’avait encore jamais vu et j’imaginais que de ses petits yeux d’enfant il devait être difficile de comprendre ce qu’était ces lumières orangées. Je déposais mes lèvres sur ses cheveux et le berçais doucement quand Aaron lui demanda s’il avait faim, bien évidemment Mae ne lui répondit pas et ne lui adressa même pas un regard, je fis la moue et fixais ensuite mon mari qui s’inquiétait de savoir que Nath aurait enrôlé notre fils dans sa cause de sapeur-pompier. Je fronçais les sourcils tout en songeant qu’il était hors de question que Mae fasse un tel boulot, c’était trop dangereux et j’étais persuadée qu’il ferait de grandes études comme moi.

Ça se trouve notre fils va finir pyromane remarquais-je en plaisantant avant de rejoindre la table pour m’installer sur une chaise. J’espère qu’il sera sage quand même, s’il tient de moi on n’aura pas trop à s’inquiéter ajoutais-je en souriant avant de lancer un regard amusé à mon mari.

Mae décida alors de s’activer et posa ses jolis yeux sur moi avant de se mettre de nouveau à parler dans tous les sens, Madame Hudson revint au même moment et nous demanda ce que nous désirions boire je me contentais d’un martini que Monieur James me servit pendant que sa femme allait chercher le biberon d’eau de Mae. Celui-ci fut bien heureux de pouvoir se désaltérer et surtout de pouvoir secouer l’objet dans tous les sens, cette fois se fut Monsieur Hudson qui demanda à le prendre dans ses bras et je le laissais faire tandis que mon fils le fixait d’un air perplexe.

__________________

« And I will stay up through the night Let's be clear, won't close my eyes And I know that I can survive I'll walk through fire to save my life It's hard to lose a chosen one But you won't see me fall apart 'Cos I've got an elastic heart »
Revenir en haut Aller en bas
Aaron James-Hudson
Pleasant guy ☮
avatar

Messages : 489
Loisirs : faire des bébés à Shae
Age : 31
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Au foyer
Enfant(s): Un
€: Moyen
MessageSujet: Re: Youhou c'est nous [Aaron]   Mar 3 Mai 2016 - 0:35

Je grimaçais légèrement lorsque Shae affirma qu'il était également possible que notre fils devienne pyromane en grandissant, je suivis ma femme du regard tandis qu'elle se dirigeait vers une chaise libre autour de la table et ne pu m'empêcher de penser que j'avais quand même d'autres attentes venant de Mae. Je devais reconnaître que je serais vraiment fier s'il décidait plutôt de s'engager dans l'armée comme sa mère et moi avant lui, cependant jamais je ne l'obligerais à faire quoique ce soit et je serais tout autant heureux s'il choisissait plutôt de faire des études pour s'orienter vers un tout autre domaine. Ce qui était réellement important c'était que mon fils s'épanouisse dans sa future vie, ni Shae, ni moi n'exigerions quoique ce soit venant de lui. Bon je supposais que ma femme ne serait pas ravie du tout si Mae venait à signer un contrat avec l'armée contrairement à moi étant donné qu'elle avait tendance à voir le mal un peu partout en ce qui le concernait mais elle s'en remettrait forcément. Et puis pour l'instant je ne voulais pas trop songer à tout ça, le petit n'était encore qu'un bébé qui savait à peine parler alors il valait mieux laisser le temps faire son travail et nous aurions certainement bien assez le temps de nous inquiéter à propos de l'avenir de notre fils une fois le moment venu.

En réalité Shae souhaitait seulement que notre fils se tienne tranquille et elle supposait que ce serait forcément le cas s'il héritait de son caractère. Je lui lançais un regard de biais pour lui faire comprendre que j'étais assez sceptique à ce sujet et ne pu m'empêcher de rire malgré tout, à vrai dire même la principale intéressée se rendait compte de l'énormité qu'elle venait de me lâcher. Je n'eus néanmoins pas le temps de me moquer puisque notre fils interrompit notre conversation en se réanimant soudainement, il déballa toute sa vie en quelques minutes avant d'être lui même coupé par sa grand-mère qui souhaitait savoir ce que que nous avions l'intention de boire. Mon père m'informa qu'il avait mit quelques bières au frigo pendant qu'il servait le Martini de Shae et j'acceptais donc volontiers sa proposition. Lorsqu'il revint, il s'installa sur une chaise et réclama à son tour Mae.

Mon fils changea donc de nouveau de bras et je me contentais de placer son biberon d'eau juste devant lui, cependant il était pour l'instant trop intrigué par son grand-père pour s'intéresser à autre chose. Mae lança simplement un regard dans notre direction et je me contentais de lui sourire pour l'encourager, mon paternel était un peu moins délicat que ma mère alors je comprenais que notre bébé soit moins rassuré en sa compagnie mais d'ici quelques minutes j'étais persuadé qu'on serait incapable de l'arrêter tant il aurait de choses à raconter.

Il faut vraiment qu'on vienne vous voir plus souvent, Mae se souvient difficilement à chaque fois et je ne trouve pas ça bien. Vous êtes ses grands-parents il mérite quand même d'être plus régulièrement avec vous deux. Assurais-je doucement tandis que ma mère approuvait mes paroles en m'assurant qu'elle regrettait d'habiter si loin et qu'elle était vraiment jalouse de ne pas pouvoir être à la place de mes beaux-parents qui eux n’avaient aucun mal à passer du temps avec leur petit fils. Oui enfin tu dis ça mais tu serais très malheureuse en pleine ville comme ça, tu es une femme de la nature. Remarquais-je en esquissant un sourire en coin.

Puis, comme je l'avais prédit un peu plus tôt, Mae décida de se reprendre en main et retrouva la parole. Il glissa ses petites mains sur la bouche de mon père quand celui-ci tenta de lui répondre puis se retourna vivement en hélant « mama » plusieurs fois. J'esquissais un large sourire tandis que mes parents s'extasièrent en l'entendant s'exprimer de la sorte. Bon en réalité c'était surtout une manière de se faire comprendre pour nous prévenir qu'il avait l'estomac vide mais c'était déjà ça et au moins il avait le don d'être clair.

Ça fait des semaines qu'on le bassine pour qu'il accepte enfin de dire un vrai mot et du coup c'est lui qui nous embête en le disant tout le temps. Assurais-je amusé. Maintenant je me bats pour qu'il daigne dire « papa » sauf qu'il est moins décidé, je lui en demande trop. Ajoutais-je en haussant les épaules.

__________________


You're free to touch the sky whilst I am crushed and pulverised, because you need control. You've taught me to lie without a trace and to kill with no remorse. On the outside I'm the greatest guy, now I'm dead inside.
Revenir en haut Aller en bas
Shae James-Hudson
Cheeky girl ღ
avatar

Messages : 674
Loisirs : Etre heureuse
Age : 28
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Chirurgien(ne)
Enfant(s): Deux
€: Riche
MessageSujet: Re: Youhou c'est nous [Aaron]   Mar 3 Mai 2016 - 1:04

L’espèce de méfiance que Mae eut à l’égard de son grand-père sembla déstabiliser mon mari qui s’empressa d’affirmer qu’il faudrait que nous venions les voir plus souvent pour éviter que notre fils oublie aussi rapidement qui ils étaient. Je me retint de faire la moue tout en songeant que je n’y pouvais pas grand chose si j’avais un boulot qui me prenait du temps et après tout c’était lui qui ne voulait pas aller voir ses parents sans moi, ça ne me gênait aucunement. Et puis après tout c’était normal pour Mae d’être inquiet de la sorte, il allait bientôt avoir huit mois et les bébés avaient beaucoup de mal à se séparer de leur parent à cette période. Je ne dis néanmoins pas une seule parole tout en songeant qu’Aaron ou sa mère n’avaient certainement pas voulu être blessant mais j’appréciais moyennement qu’on souligne que mon fils n’était pas très sociable tout en songeant que c’était aussi à eux de faire l’effort de venir nous voir.

Je fus d’autant plus agacée quand Madame Hudson remarqua qu’elle aurait aimé être à la place de mes propres parents étant donné qu’ils n’avaient soi disant aucun mal à passer du temps avec leur petit-fils. A vrai dire ce n’était plus réellement d’actualité et je ne pus m’empêcher de me renfrogner en songeant à mon stupide père. Finalement je pensais réellement que j’aurais dû prendre mon envol un peu plus loin de la maison, parce que maintenant j’allais être obligée de le voir de temps en temps de l’autre côté du trottoir et je n’y tenais vraiment pas.

Se fut Mae qui me tira de mes pensées quand il affirma à plusieurs reprises « mama », j’esquissais aussitôt un sourire et tournais mon regard vers sa direction tandis qu’il m’offrait son plus grand sourire. Aaron affirma alors que Mae se réjouissait maintenant de nous voir réagir dès qu’il lâchait ces quelques sons, il employa même le mot « embêter », je lui lançais un regard étonné tout en songeant que ça ne m’embêtait pas du tout moi, bien au contraire. Mon mari avoua ensuite qu’il tentait de lui faire dire papa à présent sauf que Mae n’était pas du tout décidé à le faire et qu’il lui en demandait trop.

Moi j’aime bien quand il le dit, je ne vois pas en quoi c’est ennuyant remarquais-je simplement tandis que Mae tendait ses petits bras dans notre direction. En même temps il ne doit pas trop avoir envie de dire papa si ça t'embête ajoutais-je d’un ton sarcastique avant de lui lancer un regard faussement dédaigneux. Il faut l’encourager, c’est incroyable qu’il parle déjà, un vrai petit génie affirmais-je avec fierté avant d’embrasser la main qu’il me tendait ce qui le fit aux éclats et moi aussi par la même occasion.

__________________

« And I will stay up through the night Let's be clear, won't close my eyes And I know that I can survive I'll walk through fire to save my life It's hard to lose a chosen one But you won't see me fall apart 'Cos I've got an elastic heart »
Revenir en haut Aller en bas
Aaron James-Hudson
Pleasant guy ☮
avatar

Messages : 489
Loisirs : faire des bébés à Shae
Age : 31
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Au foyer
Enfant(s): Un
€: Moyen
MessageSujet: Re: Youhou c'est nous [Aaron]   Mar 3 Mai 2016 - 3:00

Shae affirma qu'elle aimait particulièrement quand elle entendait Mae la réclamer et qu'elle ne trouvait pas ça embêtant du tout contrairement à ce que j'avais pu dire un peu plus tôt. Je lui lançais un regard sceptique tout en pensant que je plaisantais, moi non plus je n'étais pas ennuyé quand mon fils s'exprimait de la sorte. Après tout ? rares étaient les bébés qui étaient capables de dire des mots à seulement huit mois, le nôtre était déjà très doué et j'en étais ravi. J'avais juste envie de le prendre pour aller me vanter partout en ville que mon enfant savait déjà prononcer un mot malgré son jeune âge, j'étais tellement fier de lui. Quoiqu'il en soit ma femme ne pu s'empêcher de noter que Mae ne devait pas trop être motivé à dire « papa » puisque ça me dérangeait tant que ça, je roulais aussitôt des yeux en pensant que j'aurais dû me préparer à ce genre de pique. En tout cas Shae était très satisfaite du fait que notre fils s'exprimait déjà et qu'elle affirma même qu'il était un petit génie qu'il fallait encourager afin qu'il continue à se développer dans ce sens et sur ce point je ne pouvais qu'être d'accord avec elle.

Je rigolais, comme s'il ça me lassait vraiment de l'entendre t'appeler. Je pourrais passer tout mon temps à l'écouter ce bébé. Assurais-je en agitant doucement sa petite main. J'aurais dû me douter que tu attraperais cette perche sans faire de chichis. Me désespérais-je bien qu'amusé. Je suppose que c'est encore un truc qu'il a hérité de toi. Supposais-je en esquissant un léger sourire. Tu vas être beau gosse comme ton père et super intelligent comme maman, tu vas être un vrai champion. Terminais-je tandis qu'il riait joyeusement sans comprendre réellement ce que j'étais en train de raconter.

Après quoi j'avalais une énième gorgée de ma bière avant d'aller m'occuper de préparer le repas de Mae qui risquait de s'impatienter si nous nous entêtions à lui laisser l'estomac vide. Je rejoignis la cuisine où je dégotais les fameux petits pots à réchauffer, ce que je m'empressais de faire grâce au micro-onde. Après quoi je préparais un bavoir, des couverts et les quelques biscuits cuillères que mon fils adorait puis je pu retourner à l'extérieur avec mon attirail. Mon fils s'agita une fois de plus sur les genoux de son grand-père à la vue de sa nourriture et je m'occupais de glisser le bavoir autour de son cou tout en proposant à mon paternel de nourrir son petit-fils. L'intéressé dû néanmoins décliner en prétendant que le barbecue n'allait pas se faire tout seul et il me glissa le bébé dans les bras.

Pitié ne crache pas partout en mangeant aujourd'hui. Le bavoir ne fait pas encore office de nappe. L'implorais-je en me doutant qu'il ne saisissait pas grand-chose de mes paroles et qu'il était juste pressé de se régaler. Ça aussi il l'a hérité de sa mère, le fait de manger comme un cochon... La taquinais-je en glissant une première cuillerée dans la bouche de Mae.

__________________


You're free to touch the sky whilst I am crushed and pulverised, because you need control. You've taught me to lie without a trace and to kill with no remorse. On the outside I'm the greatest guy, now I'm dead inside.
Revenir en haut Aller en bas
Shae James-Hudson
Cheeky girl ღ
avatar

Messages : 674
Loisirs : Etre heureuse
Age : 28
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Chirurgien(ne)
Enfant(s): Deux
€: Riche
MessageSujet: Re: Youhou c'est nous [Aaron]   Mer 4 Mai 2016 - 0:12

Aaron jugea nécessaire d’affirmer qu’il rigolait quand il affirmait qu’écouter Mae l’embêtait, dans tous les cas Aaron était persuadé que j’étais du genre à sauter sur la perche qu’il avait tendu pour le sermonner, j’esquissais un léger sourire et lui montrais le bout de ma langue avant de me tourner de nouveau vers Mae. Je ne pus m’empêcher de lever les yeux au ciel quand il vint ensuite affirmer quand plus d’être beau gosse comme lui il serait intelligent comme moi, franchement je ne savais pas ce qu’il avait à toujours chercher à nous comparer et à a savoir en quoi Mae nous ressemblait ou pas, et puis ce n’était même pas logique, si Mae me ressemblait vraiment il serait beau comme moi pas comme lui. Enfin je n’allais pas lui dire de peur de le blesser ou quoique ce soit. Je me contentais donc de rester silencieuse et fixais mon mari du regard quand il s’éloigna pour rejoindre l’intérieur de la maison avant de revenir avec le repas de notre petit monstre, ce dernier s’enthousiasma rapidement de son instant de régalade avant de rejoindre les bras de son père.

Celui-ci supplia notre fils de ne pas baver partout comme il avait l’habitude de le faire quand il mangeait sauf que je doutais sincèrement que Mae daigne l’écouter, à vrai dire il adorait nous voir nous énerver quand il barbouillait sa chaise et ses vêtements par la même occasion. Je levais de nouveau les yeux au ciel quand Aaron affirma de nouveau que notre fils tenait de moi, mais cette fois-ci c’est parce qu’il mangeait comme un cochon, je roulais des yeux tout en songeant qu’il commençait à être fatigant avec ses histoires, je ne sais pas si c’est parce qu’il était vexé que tout le monde dise que Mae me ressemblait physiquement, mais j’avais la sensation d’entendre une grand-mère qui cherchait à tout prix à trouver des ressembles chez le nouveau-né de la famille.

Je mange très proprement, et arrête de le comparer à tout le monde on dirait une mémé constatais-je d’un ton désespéré tandis que Mae engloutissait goulument son repas.

Monsieur Hudson revint rapidement vers nous avec le plat de merguez et les brochettes que Madame Hudson avait elle même préparée un peu plus tôt dans la journée, je sentis aussitôt mon ventre grogner doucement tandis que j’attrapais une des brochettes aux crevettes suite aux recommandations de mon beau-père. A vrai dire je n’étais pas trop fan des barbecue mais j’appréciais toujours ceux de la famille Hudson étant donné qu’à chaque fois ils nous préparaient des choses très originales.

__________________

« And I will stay up through the night Let's be clear, won't close my eyes And I know that I can survive I'll walk through fire to save my life It's hard to lose a chosen one But you won't see me fall apart 'Cos I've got an elastic heart »
Revenir en haut Aller en bas
Aaron James-Hudson
Pleasant guy ☮
avatar

Messages : 489
Loisirs : faire des bébés à Shae
Age : 31
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Au foyer
Enfant(s): Un
€: Moyen
MessageSujet: Re: Youhou c'est nous [Aaron]   Mer 4 Mai 2016 - 1:44

Je raclais légèrement la bouche de Mae avec sa cuillère afin de retirer le surplus de nourriture qui s'était étalée tout autour de ses lèvres et écoutais Shae se défendre en assurant qu'elle mangeait de manière très correcte. Elle me demanda également d'arrêter de comparer notre fils à tout le monde parce que j'avais l'air plus l'air d'une petite mamie qu'autre chose, je ne pu m'empêcher de rouler des yeux et plongeais de nouveau la cuillère du petit dans sa mixture pour lui donner de nouveau. Je profitais du moment où Mae était trop occupé à « mâcher » sa bouillie pour faire un salut militaire à ma femme et lui souffler un « oui chef » du bout des lèvres, le tout avant de reporter mon attention sur la purée du bébé. L'intéressé préférait d'ailleurs plutôt tenter de m'imiter qu'autre chose, il lança un regard vers Shae et appela de nouveau « mama » tout en tentant de faire à son tour le fameux salut militaire avec sa petite main, je ne pu m'empêcher d'exploser de rire et déposais son petit pot sur la table pour me concentrer plutôt sur la posture de sa petite main. Mae semblait très content de son apprentissage et ne cessait plus d'agiter sa menotte dans les airs, cependant il ne fallut pas rigoler trop longtemps puisqu'il termina par pointer du doigt sa purée et le temps de récréation fut terminé.

Tu te débrouilles bien petite crapule, on va faire de toi un vrai capitaine d'ici quelques années. Tu seras formidable. Affirmais-je tandis que mon père ramenait les brochettes sur la table et donnait ses petits conseils à ma femme.

Ma mère passa d'ailleurs derrière moi au même moment et me donna une petite tape sur la tête, ce qui amusa grandement Mae d'ailleurs. Elle s'empressa de m'assurer qu'il était hors de question que j'embrigade son petit-fils dans cette « drôle d'aventure » à son tour, selon elle c'était suffisamment difficile de voir son fils et sa belle-fille s'en aller en mission alors elle refusait que ce soit le cas de notre descendance. Oui enfin ce n'était pas vraiment moi qui avait encouragé Shae à rejoindre l'armée, elle s'était lancée de son plein gré là-dedans moi j'avais juste été celui grâce à qui elle avait pu rencontrer Thompson mais ça s'arrêtait là. Je comprenais que ma mère soit encore angoissée à l'idée que l'un de nous puisse un jour repartir mais elle ne savait pas à quel point l'armée pouvait être un milieu formateur et enrichissant, surtout en opex c'était certes risqué mais il existait beaucoup d'autres avantages.  

Tu me dis ça comme si c'était de ma faute si Shae s'est engagée dans l'armée, je n'ai forcé personne moi. Assurais-je en fronçant les sourcils. Et puis si Mae a envie de rejoindre les rangs de l'armée à son tour je ne vais pas l'en empêcher, il fera ce qu'il aura envie de faire tu sais. Ajoutais-je.

__________________


You're free to touch the sky whilst I am crushed and pulverised, because you need control. You've taught me to lie without a trace and to kill with no remorse. On the outside I'm the greatest guy, now I'm dead inside.
Revenir en haut Aller en bas
Shae James-Hudson
Cheeky girl ღ
avatar

Messages : 674
Loisirs : Etre heureuse
Age : 28
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Chirurgien(ne)
Enfant(s): Deux
€: Riche
MessageSujet: Re: Youhou c'est nous [Aaron]   Jeu 5 Mai 2016 - 13:15

Je mordis dans ma brochette quand Aaron vint à assurer que notre fils était un vrai chef et que nous allions faire de lui un capitaine,  je lui lançais un regard en biais tout en songeant qu’il commençait à devenir agaçant avec ses histoires. J’étais bien d’accord que c’était intéressant de l’imaginer plus tard, mais entre ça et dire qu’il ressemblait à je ne sais pas qui son discours était un peu agaçant. Et puis je ne voulais pas que Mae rejoigne l’armée, oui d’accord j’y avais moi-même fait un séjour, mais il était hors de question que mon fils se retrouve sur le terrain, déjà que je devais supporter de voir partir mon mari je refusais de vivre la même chose avec mon enfant. J’avais vu suffisamment d’horreur là-bas pour refuser que mon fils soit lui aussi blesser gravement dans une zone de combat. Heureusement Madame Hudson s’occupa de ramener son fils sur Terre en lui affirmant qu’il était hors de question qu’il mêle « son petit-fils » à ses histoires, j’hochais la tête d’un air entendu avant de retourner mon attention sur mon assiette.

Je suis d’accord avec ta mère, et puis il y a déjà fait un petit voyage étant donné qu’il était déjà dans mon ventre quand j’y suis allée assurais-je d’un ton amusé avant de fixer Mae qui malgré tout ce qu’on avait pu me dire à l’époque ne me semblait pas plus dérangé que ça après avoir « vécu » avec moi toutes ces choses là-bas.

Cependant Aaron tenta de se défende en assurant que ce n’était pas de sa faute à lui si je m’étais à mon tour engagée dans l’armée, à vrai dire un peu étant donné que sans lui je n’aurais jamais rencontré Thompson et sans lui je ne me serai jamais enrôlée là-dedans. J’avais un profond respect pour cet homme, je n’avais jamais rencontré quelqu’un d’aussi doué que lui et j’avais toujours envie de faire mon maximum quand il était dans les parages, les choses étaient un peu différentes maintenant mais j’espérais vraiment pouvoir repartir avec lui en mission un jour ou l’autre. Cependant comme Aaron le soulignait Mae était là maintenant et je n’étais plus certaine d’avoir le droit de vadrouiller à droite à gauche comme avant. Je retins un soupire et posais mon regard sur mon fils qui semblait bien heureux, je l’aimais profondément, les choses c’étaient beaucoup arrangées depuis peu, mais je n’étais toujours pas convaincue de pouvoir vivre de mon rôle de mère.

Je laissais Madame Hudson réprimander son fils et récupérais le mien une fois qu’il eut fini de manger, j’essuyais sa bouche de son bavoir et déposais un bisou sur sa joue tandis qu’il me souriait joyeusement en serrant mon visage de ses petites mains comme pour intensifier notre échange. Il était beaucoup plus facile pour moi d’être avec lui maintenant que j’avais véritablement la sensation qu’il tenait à moi, le voir réagir de la sorte me réchauffait le coeur et me donnait la sensation que j’étais vraiment importante pour lui et non uniquement son père.

Tu peux dire à papa qu’il a des idées complètement tordues et que tout ce que tu veux faire c’est rester avec maman murmurais-je à Mae qui me fixait en rigolant sans vraiment comprendre. Il est trop beau pour y aller, ils vont l’abîmer assurais-je en faisant la moue sans quitter mon fils du regard.

__________________

« And I will stay up through the night Let's be clear, won't close my eyes And I know that I can survive I'll walk through fire to save my life It's hard to lose a chosen one But you won't see me fall apart 'Cos I've got an elastic heart »
Revenir en haut Aller en bas
Aaron James-Hudson
Pleasant guy ☮
avatar

Messages : 489
Loisirs : faire des bébés à Shae
Age : 31
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Au foyer
Enfant(s): Un
€: Moyen
MessageSujet: Re: Youhou c'est nous [Aaron]   Ven 6 Mai 2016 - 2:04

Je tournais le visage vers Shae tandis qu'elle approuvait les paroles de ma mère au sujet de l'armée, je fronçais les sourcils tout en pensant que je m'étais trompé et que ma femme n'allait pas forcément laisser carte blanche à Mae lorsqu'il serait en âge de décider de son avenir, du moins pas en ce qui concernait l'armée en tout cas. Elle estimait d'ailleurs que notre fils avait déjà suffisamment goûté à ce milieu puisqu'il s'était retrouvé en pleine zone de combat alors qu'elle était enceinte. Je repensais aussitôt à cette horrible journée où j'avais bien failli perdre ma femme, l'un de mes meilleurs amis et mon fils, même si je n'étais pas encore au courant de son existence lors de l'accident. Certes les opérations extérieures étaient toujours très dangereuses et vachement risquées, surtout lorsque l'on se retrouvait piégé dans des embuscades comme celle dont Shae et Ben avaient été victimes mais d'autres fois les choses se passaient vraiment bien. Je ne pouvais, par exemple, pas vraiment expliquer ce que je ressentais lorsque je réussissais à sauver des civils pour les emmener en zone sécurisée, ou quand des enfants finissaient par retrouver leurs familles grâce à nous. L'armée n'avait vraiment pas que des mauvais côtés, nous étions avant tout là pour protéger les populations, défendre notre pays et apporter notre aide aux plus démunis et c'était toutes ces choses qui faisaient notre force.

Pauvre petit bonhomme, il a été pas mal secoué au tout début de son existence. Bon il n'a pas l'air plus traumatisé que ça en même temps, il a la tête dure comme ça. Me moquais-je gentiment. Tu t'opposerais vraiment à son choix s'il décidait de rejoindre l'armée ? Finis-je par interroger Shae alors que ma mère s'indignait de me voir insister.

Ma femme en profita pour reprendre Mae après qu'il eut terminé de manger, je lançais un regard à mon fils avant de me tourner vers ma mère pour lui assurer que je comprenais qu'elle puisse être inquiète pour moi quand je m'absentais pour le boulot sauf que jusqu'ici je n'avais jamais rien vécu de mauvais. Bon certes je m'étais retrouvé dans des situations compliquées, j'avais eu l'esprit un peu embrouiller à cause de tout ça mais il n'y avait pas que les militaires qui vivaient des choses difficiles au boulot après tout. Je n'étais pas plus en danger qu'un journaliste ou qu'un soigneur animalier après tout. Et puis de toute manière je n'étais pas parti depuis belle lurette, je n'avais pas l'intention de me réengagé avant l'année prochaine alors nous avions tout le temps de prendre le recul nécessaire par rapport à mon implication dans l'armée. J'en profitais pour m'intéresser ensuite à la mère de mon fils qui suggérait à Mae de me dire que j'avais de mauvaises et qu'il voulait juste rester auprès de « maman ». J'esquissais un sourire tout en pensant que pour l'heure c'était sûrement son attention, ma femme ajouta d'ailleurs que notre bébé était beaucoup trop beau pour rejoindre l'armée puisqu'ils risquaient de nous l’abîmer.

Et tu peux dire à maman qu'elle se fait des illusions parce qu'un jour tu rencontreras une jolie fille et tu seras obligé de me rendre intégralement ta mère pour te consacrer à l'heureuse élue. Assurais-je en rigolant avant d'embrasser la joue de Shae. Je ne suis pas abîmé moi. Finis-je par me défendre en jouant avec la petite main de mon fils.

__________________


You're free to touch the sky whilst I am crushed and pulverised, because you need control. You've taught me to lie without a trace and to kill with no remorse. On the outside I'm the greatest guy, now I'm dead inside.
Revenir en haut Aller en bas
Shae James-Hudson
Cheeky girl ღ
avatar

Messages : 674
Loisirs : Etre heureuse
Age : 28
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Chirurgien(ne)
Enfant(s): Deux
€: Riche
MessageSujet: Re: Youhou c'est nous [Aaron]   Ven 6 Mai 2016 - 2:44

Je ne pus m’empêcher d’acquiescer quand Aaron affirma que Mae avait dû être pas mal secoué au tout début de son existence, mais à vrai dire je n’étais pas persuadée qu’il s’en soit vraiment rendu compte, il était encore qu’un foetus à l’époque et il avait été tellement silencieux que je n’avais même pas remarqué qu’il était là. Mon mari affirma par la suite que malgré tout notre fils avait la tête dure ce qui l’avait empêché d’être traumatisé par cet incident, j’esquissais un léger sourire tout en pensant que c’était bien normal, après tout il avait bien été protégé dans mon ventre malgré mes inquiétudes de l’époque. Dès l’instant où j’avais appris que j’étais enceinte je n’avais plus bougée du campement et j’avais rapidement été rapatriée à la maison où j’avais sagement suivie les recommandations du médecin. Aaron coupa court à mes pensées en me demandant si je pensais vraiment m’opposer aux désirs de mon fils s’il cherchait un jour à rejoindre l’armée, je fis la moue et baissais mon regard vers Mae en songeant que je voulais faire mon possible pour le rendre heureux. Je savais à quel point il pouvait être difficile de prendre une décision dans sa vie et de n’avoir que peu de personne derrière soi, en fin de compte ma mère avait été la seule à toujours me soutenir et je voulais que Mae puisse compter sur moi de la sorte.

Il a fait des montagnes russes plaisantais-je. Non, il fera ce qu’il voudra je ne l’obligerai à rien, tant qu’il ne décide pas de venir un criminel remarquais-je simplement.

Une fois que j’eus récupéré Mae et que je le tenais près de moi Aaron affirma que mon fils allait un jour devoir me laisser tomber pour se concentrer sur autre femme que moi, je fis la moue alors qu’il ajoutait que Mae allait devoir me rendre à lui. Je ne pus m’empêcher de sourire et lançais un coup d’oeil à mon mari qui déposa un baiser sur ma joue. A vrai dire je n’avais pas la sensation de plus lui appartenir ou quoique ce soit, mais c’est vrai que les choses étaient différentes maintenant que j’avais Mae et que j’arrivais à m’occuper de lui. On avait cette relation à laquelle je tenais énormément et qui me rendait véritablement heureuse, j’aimais passer du temps avec lui, le regarder faire n’importe quoi me divertissait réellement. Ça n’avait bien évidemment rien avoir avec une relation amoureuse comme celle que j’entretenais avec Aaron, c’était différent, mais pas pour autant moins intense.

N’importe quoi, il n’aimera que moi, personne ne m’arrivera à la cheville marmonnais-je d’un faux air bougon avant d’embrasser de nouveau Mae tandis que Madame Hudson remarquait que je lui avais bien « volé » son fils. Je suis désolée c’est horrible, je vous le rend si vous-voulez plaisantais-je. Enfin ceci-dit il y a eu des personnes avant moi, donc je n’ai pas entamé le processus assurais-je. Oui mais lui il est trop mignon et trop insouciant. Ils vont me le rendre tout grand, tout musclé, sans ses jolis cheveux blonds et tout responsable pleurnichais-je.

__________________

« And I will stay up through the night Let's be clear, won't close my eyes And I know that I can survive I'll walk through fire to save my life It's hard to lose a chosen one But you won't see me fall apart 'Cos I've got an elastic heart »
Revenir en haut Aller en bas
Aaron James-Hudson
Pleasant guy ☮
avatar

Messages : 489
Loisirs : faire des bébés à Shae
Age : 31
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Au foyer
Enfant(s): Un
€: Moyen
MessageSujet: Re: Youhou c'est nous [Aaron]   Ven 6 Mai 2016 - 3:33

J'esquissais un léger sourire quand Shae assura que notre fils avait fait un jeu à sensations fortes avant même de voir le jour et ça c'était quand même assez exceptionnel. Bon sur le coup aucun de nous ne faisait le malin de la sorte mais avec le recul je préférais nettement pouvoir en plaisanter avec ma femme que de revivre cette journée comme un cauchemar pour le restant de nos jours, après tout nous avions aussi appris que nous allions être parents et ce genre d'annonce pouvait clairement effacer tous les malheurs du monde. Ma femme en profita d'ailleurs pour remarquer qu'elle n'empêcherait pas Mae de faire ce qu'il désir et sur ce coup je fus finalement satisfait de ne pas m'être trompé. Je me doutais que Shae ne s'opposerait pas au bonheur de notre fils même si ses choix de vie ne l'enchantaient pas mais pour l'heure les dès étaient loin d'être jetés et il se pouvait qu'il soit davantage intéressé par les études et ça serait également une bonne chose de toute manière. Cela dit, j'étais parfaitement d'accord avec ma femme quand elle m'informa qu'elle s'opposerait aux choix de Mae seulement s'il décidait de se lancer dans la pègre, pour le coup je préférais voir mon enfant en justicier plutôt que derrière les barreaux pour avoir braqué une banque ou agressé une mamie...

Je suis sûr que c'est en partie pour ça qu'il est aussi téméraire, il n'a peur de rien ce petit. Assurais-je sur un ton faussement désespéré. On est d'accord alors, autant pour l'armée que pour le fait de devenir criminel. Ajoutais-je d'un air entendu.

En ce qui concernait l'avenir amoureux de notre fils, Shae refusait de l'imaginer avec une autre femme qu'elle. Elle était convaincue qu'aucunes des prétendantes de Mae ne lui arriverait à la cheville mais fut bien vite interrompue par ma mère qui lui rappela qu'elle lui avait elle-même « volé » son fils, je ne pu m'empêcher de rouler des yeux et lançais un regard amusé à ma mère tandis que ma femme s'empressa de s'excuser pour finalement me « rendre » comme un malpropre. Shae ajouta néanmoins qu'elle n'avait pas commencé le boulot étant donné que j'étais sortit avec d'autres filles avant elle, je roulais des yeux et ne pu m'empêcher de penser que c'était malgré tout avec elle que j'étais marié alors officiellement elle était la seule à m'avoir réellement « enlevé » à ma mère. En ce qui concernait Mae, Shae ne voulait pas du tout que l'armée le change, pour elle il resterait ce petit bonhomme mignon et insouciant aux jolis cheveux blonds.

Oui bien sûr mon cœur, je ne vais pas être celui qui te contrarie aujourd'hui. Promis-je bien qu'amusé. Je t'ai fais ton enfant et maintenant tu me jettes comme un vulgaire déchet ? L'interrogeais-je faussement offusqué. Et puis c'est avec toi qui je suis marié, t'es la seule à qui ma mère peut vraiment en vouloir parce que c'est écrit sur des papiers officiels. Ajoutais-je en rigolant. On en reparlera dans quelques années. Conclus-je pour le sujet Mae.

Nos conversations continuèrent dans ce sens tout au long du succulent repas que mes parents avaient préparé et nous débâtîmes longuement à propos de Mae mais également au sujet de quelle nana m'avait réellement « enlevé » le premier à ma mère. Cette conversation s'éternisa d'ailleurs entre Shae et ma génitrice et je préférais les laissais se décider tranquillement pour de mon côté aller coucher mon fils avec l'aide de mon paternel. Notre après-midi se poursuivit ensuite dans cette même bonne humeur et je fus très heureux de voir un week-end des plus agréables se profiler, nous étions loin du tumulte de New-York et c'était vraiment appréciable.

__________________


You're free to touch the sky whilst I am crushed and pulverised, because you need control. You've taught me to lie without a trace and to kill with no remorse. On the outside I'm the greatest guy, now I'm dead inside.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Youhou c'est nous [Aaron]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Youhou c'est nous [Aaron]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ce n'est pas les médecins qui nous manquent, c'est la médecine. | Aaron
» ce que nous faisons : les sauts en image
» Et si nous fermions la frontière avec la RD ?
» Il nous a quittés.
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Boarding House Of Death :: Intrigue n°5-
Sauter vers: