AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Vive l'Australie [Abel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Raphaël Robbie
Wild Eyes ❊
avatar

Messages : 50
Age : 27
Localisation : Washington

Carte d'identité
Profession: Agent du FBI
Enfant(s): Aucun
€: Moyen
MessageSujet: Vive l'Australie [Abel]   Dim 9 Juil 2017 - 19:39




Je déposais un baiser sur la joue de ma mère et la fixais rejoindre sa chambre avant de marcher jusqu’à l’extérieur où j’aperçus Abel qui fumait tranquillement en fixant le lointain. J’esquissais un sourire et m’approchais doucement pour enrouler mes bras autour de son torse tout en déposant mes lèvres contre son dos. Ça ne faisait même pas vingt quatre heures que nous étions arrivés ici et pourtant j’avais déjà l’impression de me sentir apaisée et sereine. Je regrettais que mon nouveau job soit aussi loin de chez moi, je me sentais tellement bien ici, alors c’était difficile pour moi de me faire au rythme de Washington. Du perron nous pouvions apercevoir très facilement la mer qui se trouvait juste en bas de l’escalier en pierres, quand j’habitais encore ici je pouvais en quelques minutes aller me baigner et profiter du soleil.

J’étais habituée aux grands espaces, aux personnes souriantes que je connaissais pour la plupart, et surtout au soleil permanent. Bien évidemment j’avais rejoint les grandes villes bien avant de partir pour Washington, ici il n’y avait pas vraiment de boulot pour une psychologue spécialisée en criminologie, mais j’avais toujours eu l’opportunité de rentrer les week-ends. Et bien évidemment il y avait ma mère qui me manquait beaucoup, j’avais toujours été très proche de cette dernière, alors partir vivre aussi loin et sans elle était difficile pour moi. Heureusement je m’étais rapidement fait de nouveaux amis, et finalement leur compagnie occupait parfaitement mes esprits. J’étais heureuse avec Maïa, Thomas et Abel. Puis maintenant il y avait aussi Mathias que je fréquentais davantage depuis que Maïa et lui sortaient ensemble. Ma nouvelle vie me plaisait aussi malgré tout le danger que je fréquentais depuis.

Je me glissais sur la rambarde de la terrasse en bois de ma mère et m’y asseyais tranquillement pour pouvoir observer Abel de face. J’étais satisfaite de ce que nous vivions en ce moment, je ne savais pas vraiment où nous allions tous les deux mais j’étais bien avec lui.

Un bain de minuit ça te dit ? Lui proposais-je le sourire aux lèvres. A moins que ton frère et Maïa aient déjà squatté notre bord de mer parce que je ne les ai pas vu depuis un petit moment constatais-je. Enfin on pourra toujours se proposer pour se joindre à eux ajoutais-je en souriant.

__________________

« Slip inside the eye of your mind Don't you know you might find A better place to play ? Take that look from off your face Cause you ain't ever gonna burn my heart out At least not today »
Revenir en haut Aller en bas
Abel Hopkins
Hot guy ♂
avatar

Messages : 45
Age : 28

Carte d'identité
Profession: Tueur à gage
Enfant(s): Aucun
€: Moyen
MessageSujet: Re: Vive l'Australie [Abel]   Mar 11 Juil 2017 - 17:10


Je tirais une bouffée sur ma cigarette tout en fixant l’océan qui s’étendait à perte de vue. Le paysage qui entourait la baraque de la mère de Raphaël était vraiment splendide, je n’étais pas vraiment habitué aux si grands espaces. A vrai dire si je devais un jour poser mes valises quelque part et ce sur le long terme, j’aimerais sûrement m’installer dans un endroit comme celui-ci. Je n’étais pas forcément un adepte des grandes villes comme Washington, j’aimais le mouvement et pouvoir me sentir libre sans être bousculé dans tous les sens dans des rues noires de monde. Voilà pourquoi j’étais assez séduit par l’idée d’investir mon fric dans un endroit aussi paisible que celui-ci, ça me semblait vraiment être une bonne alternative pour moi, songeais-je avant que le fil de mes pensées ne soit interrompu par l’arrivée de Raphaël. J’esquissais un sourire en sentant ses bras se glisser autour de mon torse.

Après quoi j’écrasais mon mégot dans le cendrier à mes pieds afin de pouvoir venir glisser mes mains le long des cuisses de ma copine une fois qu’elle fut installée sur la rembarde juste devant moi. Cette dernière me proposa tout naturellement d’aller prendre un bain de minuit. Elle ajouta qu’elle craignait malgré tout de croiser Mathias et Maia sur le bord de mer étant donné qu’ils s’étaient fait discrets depuis un moment. Enfin dans tous les cas Raphaël n’était pas rebutée à l’idée de les rejoindre. Je ricanais légèrement en pensant qu’elle n’en ratait vraiment pas une, mon frère serait bien trop heureux de voir ma copine nue et je ne voulais pas lui offrir ce plaisir.  

Mathias serait bien trop heureux de pouvoir enfin te voir à poil. Me moquais-je. Bon quoique les choses sont peut-être différentes maintenant qu’il a Maia… Songeais-je en haussant les épaules. Viens, on va vérifier. Terminais-je en l’attrapant doucement pour la tenir contre moi.

Je descendis les quelques marches de la terrasse et déposais Raphaël dans le sable avant de glisser mon bras autour de ses épaules. Nous avançâmes vers l’étendue bleue et nous arrêtâmes lorsque nos orteils furent chatouillés par les vagues. J’avais l’impression que l’eau n’avait jamais le temps de refroidir par ici, elle était toujours incroyablement délicieuse. Décidemment ce pays était vraiment au top, j’aurais vraiment apprécié pouvoir rester là beaucoup plus longtemps.

Dommage qu’on doive déjà bientôt rentrer. Soupirais-je.

__________________




Dernière édition par Abel Hopkins le Jeu 13 Juil 2017 - 22:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Raphaël Robbie
Wild Eyes ❊
avatar

Messages : 50
Age : 27
Localisation : Washington

Carte d'identité
Profession: Agent du FBI
Enfant(s): Aucun
€: Moyen
MessageSujet: Re: Vive l'Australie [Abel]   Mer 12 Juil 2017 - 2:22

J’esquissais un sourire amusé quand Abel assura que son frère serait trop heureux de me voir nue et c’est pourquoi j’avais la sensation qu’il n’était pas trop d’accord pour le fait que je nous le rejoignons pour un bain de minuit. Enfin malgré le fait qu’il soit à présent avec Maïa je n’étais pas certaine que ça ne change grand chose, après tout j’étais persuadée qu’Abel serait toujours très satisfait de pouvoir observer ma collègue nue dans l’eau. Je n’étais pas dupe, je savais parfaitement comment les choses fonctionnaient, et puis c’était pareil pour moi, ce n’était pas parce que j’avais un étalon à disposition que je n’avais soudainement plus envie de reluquer des beaux mecs

Je fus cependant heureuse que mon copain accepte d’aller voir ce qu’il en était du côté de la berge, je m’empressais de saisir ma serviette qui séchait sur la rembarre et le suivis tranquillement jusqu’à l’escalier qui menait à la plage. Une fois les pieds enfouis dans le sable je poussais un long soupire, j’étais décidément bien trop heureuse quand j’étais ici, et je regrettais vraiment de ne pas pouvoir rester plus longtemps. Visiblement Abel était du même avis et je m’empressais de lui sourire quand il exprima son regret de ne pas pouvoir rester plus longtemps.

Dommage pour ton frère, j’étais intriguée de voir à quoi monsieur muscles ressemblait une fois tout nu constatais-je avec un sourire en songeant que je pourrai toujours demander à Maïa de le prendre en photo. On pourra revenir assurais-je. De toute façon je veux revenir vivre ici quand on aura nos quatre enfants et notre chien me moquais-je gentiment.

Finalement il n’y avait bien personne sur le bord de la plage, je me demandais bien où les deux tourtereaux étaient passés. Enfin dans tous les cas ça m’arrangeait qu’ils ne soient pas dans les parages, j’avais très envie d’aller me baigner maintenant et avec Abel pour m’accompagner. Je retirais mes vêtements puis me laissais glisser dans l’eau tandis que le soleil qui disparaissait du ciel pour laisser sa place à la lune éclairait faiblement la plage.

__________________

« Slip inside the eye of your mind Don't you know you might find A better place to play ? Take that look from off your face Cause you ain't ever gonna burn my heart out At least not today »
Revenir en haut Aller en bas
Abel Hopkins
Hot guy ♂
avatar

Messages : 45
Age : 28

Carte d'identité
Profession: Tueur à gage
Enfant(s): Aucun
€: Moyen
MessageSujet: Re: Vive l'Australie [Abel]   Jeu 13 Juil 2017 - 23:02

Je levais les yeux au ciel d’un air désespéré lorsque Raphaël se plaignit de ne pas pouvoir mater mon frère sans ses vêtements, comme s’il était vraiment différent quand il ne portait pas de froc. De toute façon elle ne perdait pas grand-chose, cet idiot était une bête qui passait son temps libre à entretenir ses biceps. Évidemment j’étais plutôt sportif également mais je n’exagérais pas comme mon frère qui avait de véritables parpaings à la place des bras. Enfin je commençais à connaître assez bien ma petite-amie et je me doutais qu’elle trouverait bien une combine pour pouvoir admirer Mathias à poil. J’espérais juste que ce n’était pas une manière détournée pour comparer nos marchandises parce que je n’étais pas certain d’apprécier ce genre de compétition, après tout je ne voulais pas que mon frère soit déçu du verdict.

Après quoi ma jolie blonde répondit à ma dernière affirmation et m’assura que nous aurions d’autres occasions de revenir ici. Je hochais la tête vivement et posais mon regard sur son visage avant qu’elle n’enchaine en proposant de poser nos valises dans ce pays une fois que nous aurions « nos » quatre mômes et notre chien. Mon sourire déserta aussitôt ma tronche et je me retrouvais comme un con à me demander si elle voulait vraiment quatre enfants. Je n’étais pas contre les mômes, bien que pour l’instant mon train de vie ne me permettait pas d’en avoir mais je trouvais que commencer par en avoir un seul était déjà une bonne chose. Je décidais alors de laisser couler pour cette fois en réalisant que nous étions encore loin du jour où nous aurions des marmots et préférais nettement poser mon regard sur le corps nu de Raphaël.

Je me décidais alors à la rejoindre et me débarrassais à mon tour de mes fringues avant de m’aventurer dans l’eau clair. Je plongeais immédiatement et fis quelques brasses dans l’eau avant de m’approcher de Raphaël pour me coller contre son corps et déposer mes lèvres sur les siennes tandis que mes doigts se baladaient le long de sa peau avant de caresser délicatement ses hanches.

J’ai bien l’intention de te faire passer l’envie de vouloir voir mon frère à poil. Susurrais-je en éloignant nos bouches de quelques centimètres.

__________________


Revenir en haut Aller en bas
Raphaël Robbie
Wild Eyes ❊
avatar

Messages : 50
Age : 27
Localisation : Washington

Carte d'identité
Profession: Agent du FBI
Enfant(s): Aucun
€: Moyen
MessageSujet: Re: Vive l'Australie [Abel]   Ven 14 Juil 2017 - 0:42

Je fus bien plus que satisfaite quand Abel se glissa à son tour dans l’eau et vint se poster devant moi, après plusieurs baisers passionnés les choses devinrent d’autant plus intéressantes. Après plusieurs minutes passées coller l’un contre l’autre je déposais un dernier baiser sur ses lèvres et glissais doucement jusqu’à la plage pour récupérer ma serviette, je m’installais confortablement sur le sable et observais Abel nager doucement dans l’eau. Je n’avais vraiment pas envie de retourner à Washington maintenant que nous étions tous les deux sur cette plage. J’avais envie de pouvoir stopper le temps encore quelques heures pour profiter du coucher de soleil qui éclairait délicatement son dos. Mais le soleil poursuivit sa course et débuta sa descente derrière les vagues.

Abel s’installa à ce moment près de moi, je me glissais derrière lui : les jambes autour de sa taille et les bras autour de ses épaules pour tenter de le faire profiter également de ma serviette comme je pouvais. Je déposais mes lèvres sur son épaule puis y glissais mon menton pour pouvoir observer le soleil disparaître tranquillement. Je repensais aussitôt à toutes ces choses qui nous avaient menés ici, et je réalisais à quel point cette nouvelle vie pouvait être chaotique. J’étais prête à l’accepter parce que c’est que je cherchais en acceptant ce boulot, mais aussi parce que j’aimais faire partie de leur petit groupe.

Ils étaient tous les quatre différents, Maïa était incroyablement forte et téméraire, c’était une amie très différente de ce que j’avais pu connaître jusqu’ici. Thomas était très vif et incroyablement intelligent, et les frères Hopkins étaient un monde rien qu’à eux. Moi aussi je voulais trouver ma place près d’eux, me prouver que j’étais capable de m’adapter à leur rythme, mais quand j’en apprenais plus sur eux ça pouvait être inquiétant.

Tu voudrais me parler de cette Jenna ? Murmurais-je en me glissant légèrement sur le côté pour pouvoir apercevoir son profil. J’aimerais bien comprendre ce qui c’est passé avec cette fille ajoutais-je en craignant qu’il s’énerve de nouveau et me plante toute seule sur cette plage.

__________________

« Slip inside the eye of your mind Don't you know you might find A better place to play ? Take that look from off your face Cause you ain't ever gonna burn my heart out At least not today »
Revenir en haut Aller en bas
Abel Hopkins
Hot guy ♂
avatar

Messages : 45
Age : 28

Carte d'identité
Profession: Tueur à gage
Enfant(s): Aucun
€: Moyen
MessageSujet: Re: Vive l'Australie [Abel]   Ven 14 Juil 2017 - 17:17

Je restais stoïque lorsque Raphaël me demanda l’air de rien si je pouvais lui parler de Jenna, elle voulait en savoir plus sur l’histoire que mon frère avait mentionné. Je poussais un léger soupire en pensant que cette question aurait forcément fini par tomber un jour ou l’autre. Je comprenais que ma copine s’interroge au sujet de cette affaire, Gabriel s’était montré à la fois très vague et trop bavard. J’aurais préféré qu’il se taise afin que je n’ai pas à m’expliquer devant Raphaël, ce n’était pas une histoire qui terminait bien et je n’étais pas certain que ma copine l’accepterait. Elle savait que je n’étais pas un enfant de cœur mais j’avais vraiment commis l’irréparable ce jour-là, je m’étais comporté comme une saloperie. Si je n’avais pas été aveuglé par mon boulot et par mon objectif j’aurais sûrement aidé Jenna au lieu de la condamner.

J'en sais rien Raphaël... Cette histoire risque de tout gâcher. Soufflais-je en détournant le regard. Il y a de fortes chances que tu me quitte et que tu ne veuille plus jamais me revoir si je t’en parle. Ajoutais-je en daignant enfin soutenir son regard.

En réalité je voulais vraiment que Raphaël abandonne et accepte de rester dans le flou. Notre petit duo fonctionnait bien comme ça et pourtant je savais qu’elle ne me verrait plus pareil lorsqu’elle se rendrait compte de ce que je suis vraiment. Cependant je connaissais assez bien ma copine pour savoir qu’elle ne laisserait pas tomber aussi facilement et qu’elle chercherait à savoir malgré tout. C’est pourquoi je me demandais ce qui était préférable : lui avouer moi-même ou prendre le risque qu’elle se renseigne seule auprès du premier bouffon qu’elle aura le malheur de croiser au boulot. Les autres me voyaient déjà comme un sale type alors Dieu sait comme cette histoire avait dû être amplifiée et modifiée dans les locaux du FBI.

Le seul à être vraiment au courant était Mathias, Thomas aussi connaissait pas mal de détails parce qu’il avait aidé les agents concernés à rédiger leurs foutus rapports. En ce qui me concernait j’avais décidé de mettre les voiles pendant quelques mois, j’étais juste parti sans donner de nouvelles à qui que ce soit afin de pouvoir me reconstruire et pouvoir revenir avec une meilleure conscience. Malgré tout j’étais toujours hanté par cette affaire, je n’arrivais pas tout à fait à m’investir comme il le faudrait avec Raphaël parce que j’avais peur que tout recommence dans d’autres circonstances. Au fond le seul fait de sortir avec moi la mettait en danger, je le savais et je le faisais quand même comme si je n’apprenais jamais de mes erreurs.

__________________


Revenir en haut Aller en bas
Raphaël Robbie
Wild Eyes ❊
avatar

Messages : 50
Age : 27
Localisation : Washington

Carte d'identité
Profession: Agent du FBI
Enfant(s): Aucun
€: Moyen
MessageSujet: Re: Vive l'Australie [Abel]   Dim 16 Juil 2017 - 23:09

Je me pinçais doucement les lèvres quand Abel assura que si jamais il venait à me parler de cette fameuse Jenna je voudrai certainement le quitter. J’eus brusquement un frisson et je gardais un air impassible malgré le fait que j’avais un mauvais pressentiment. Peut être qu’il était plus prudent pour moi de ne pas poser plus de questions, mais si jamais nous venions à vivre quelque chose de sérieux sur le long terme nous ne pouvions pas nous permettre d’ignorer tout ça. Si je voulais pouvoir être avec lui il fallait que je le connaisse suffisamment pour pouvoir appréhender si les choses étaient possibles entre nous. Après tout nous vivions dans deux mondes complètement différents et je n’avais pas pour habitude de sortir avec des hommes qui étaient payés par l’Etat pour tuer d’autres personnes.

Je glissais ma main sur son avant bras et continuais de le fixer en songeant qu’il ne pouvait pas être si mauvais, je le connaissais suffisamment pour savoir qu’il était quelqu’un d’aimant et de capable de tout pour protéger ceux qu’il aimait. J’étais certaine qu’il y avait une raison valable derrière tout ça, mais s’il ne pouvait pas en parler je n’allais pas le forcer. Après tout je ne voulais pas aller fouiller les choses derrière son dos, mais si c’était quelque chose de vraiment grave je préférais pouvoir y réfléchir avant de l’apprendre au détour d’un dossier.

Peut-être que tu pourrais me laisser prendre cette décision ? Soufflais-je doucement. Si tu ne veux pas en parler je ne veux pas t’y forcer, mais on ne va pas pouvoir continuer tous les deux en ignorant tout ça ajoutais-je sur le même ton.

Après tout je devinais facilement que cette histoire était la raison pour laquelle il avait tant de mal à s’ouvrir à une relation et c’était sûrement pour ça que les choses avaient été si difficiles entre nous au début. Alors peut être qu’en parler lui permettrait de relâcher la pression à ce sujet et pourrait le faire avancer personnellement.

__________________

« Slip inside the eye of your mind Don't you know you might find A better place to play ? Take that look from off your face Cause you ain't ever gonna burn my heart out At least not today »
Revenir en haut Aller en bas
Abel Hopkins
Hot guy ♂
avatar

Messages : 45
Age : 28

Carte d'identité
Profession: Tueur à gage
Enfant(s): Aucun
€: Moyen
MessageSujet: Re: Vive l'Australie [Abel]   Lun 17 Juil 2017 - 0:04

Je fixais les doigts de Raphaël qui se baladaient le long de mon bras et l’écoutais m’assurer que je ne pouvais pas savoir comment elle allait réagir lorsque je lui aurais raconté cette fameuse histoire avec Jenna. Elle ajouta que je pouvais parfaitement décider de ne pas lui expliquer ce qu’il s’était passé mais elle n’était en revanche par certaine de pouvoir rester avec moi si je n’étais pas complètement honnête avec elle. Je contractais nerveusement la mâchoire tout en pensant qu’elle me forçait tout de même un peu la main : j’avais le droit de me taire mais je prenais le risque de la perdre. Le pire là-dedans était que je mettais également mon couple en péril en lui dévoilant la vérité. Quel genre de femme accepterait de sortir avec un mec dans mon genre après tout ?

Jusqu’ici je n’avais eu que très peu de relations stables et les raisons étaient assez évidentes. J’aurais préféré ne m’engager dans rien du tout avec Raphaël, c’était une fille bien qui ne demandait qu’à être aimée et respectée. Je pouvais parfaitement la contenter de ce côté-là mais j’avais encore une fois été très égoïste en m’imposant à elle avec mon passé. J’étais un meurtrier, un pauvre type qui faisait semblant d’être du bon côté mais en réalité je ne valais pas grand-chose, je tuais des saloperies aussi pourries que moi et mes crimes étaient couverts par le FBI. Ce n’était pas aussi compliqué que ça, lorsque Raphaël prendrait conscience de ces faits et s’y attarderaient plus longuement elle comprendrait son erreur de s’être attaché à moi.

Les autres agents pensent que je fais partie des gentils juste parce que je suis employé par le FBI mais c’est complètement idiot. Techniquement je ne bosse même pas pour eux, tout ça est officieux. Ils me couvrent à chaque fois que je tue quelqu’un pour eux sauf que ça n’enlève rien au fait que je suis un meurtrier et un criminel. Lui confiais-je en m’éloignant légèrement d’elle pour mieux pouvoir observer les traits de son visage. J’avais une relation presque comme la nôtre avec Jenna. C’était juste moins… personnel. Elle était dealeuse et bossait pour un ancien cartel, à vrai dire je me fichais pas mal de son rôle dans le groupe elle était discrète et personne au FBI ne s’était encore intéressé à elle. Enfin jusqu’au jour où elle a commencé à fouiner dans ma vie et qu’elle a fini par en savoir trop, elle balançait sur moi à d’autres trafiquants avec qui elle bossait pour qu’ils lui laissent la vie sauve en cas de bavure. C’est allé trop loin et le FBI m’a demandé de l’assassiner… juste comme ça. Ça s’est terminé avec une balle dans le crâne. Racontais-je avec un ton détaché avant de me concentrer sur les mouvements de la mer.

__________________


Revenir en haut Aller en bas
Raphaël Robbie
Wild Eyes ❊
avatar

Messages : 50
Age : 27
Localisation : Washington

Carte d'identité
Profession: Agent du FBI
Enfant(s): Aucun
€: Moyen
MessageSujet: Re: Vive l'Australie [Abel]   Lun 17 Juil 2017 - 0:33

Je scrutais Abel tranquillement tandis qu’il m’assurait qu’il n’avait pas la sensation d’être un mec bien, il utilisa même le terme de meurtrier et criminel. Pour lui le fait d’être couvert par le FBI pour ses crimes ne l’empêchait pas d’être semblable à ces hommes qui peuplaient les prisons. A vrai dire sur le papier il avait raison, tuer quelqu’un faisait forcément de vous un criminel, mais les choses étaient différentes dans son cas, le monde avait besoin de personnes comme lui pour se salir les mains et s’assurer un monde plus sûr. Je repensais vaguement à cette pièce de théâtre de Sartre et compris rapidement tout ce qui pouvait bousculer l’esprit d’Abel.

Il décida donc de me révéler ce qui était arrivé à cette fameuse Jenna, c’était une ancienne petite amie qui avait de mauvaise fréquentation et qui un jour avait décidé de révéler des informations au sujet d’Abel pour s’assurer la vie sauve, sauf que celui-ci avait été commandé de la tuer et c’est ce qu’il avait fait. Je resserrais la serviette sur mes épaules et le fixais sans rien dire en tentant de comprendre son état d’esprit. A vrai dire pour moi les choses n’étaient pas aussi dichotomique que ce qu’il pouvait décrire, le monde n’était pas blanc ou noir, mais diverses variantes de gris qui coloraient nos vies.

Mais on a besoin de personnes comme toi, c’est égoïste de notre part de te demander d’endosser ce rôle mais tu fais de ce monde un endroit plus sûr pour chacun de nous soufflais-je doucement. Oui tu es certainement un criminel, mais tu ne tues pas par plaisir, crois-moi j’en ai vu des hommes et des femmes qui prenaient plaisir à tuer et tu ne ressembles en rien à ces personnes. La société, le monde, font de nous ce qu’on est, ils nous donnent une place, une histoire et on n’a pas toujours le choix ajoutais-je. Maïa aussi a tué un homme l’autre soir et peut être qu’il avait une famille, des enfants, peut-être qu’il avait une histoire difficile qui l’a forcée à choisir cette voie, mais malheureusement tout n’est pas noir ou blanc et parfois il faut se salir les mains pour faire de ce monde un endroit plus sûr assurais-je. Tu l’aimais ? L’interrogeais-je ensuite.

Après tout j’imaginais qu’il avait dû être attaché à cette fille, suffisamment pour que sa disparition le blesse à ce point. Je n’étais pas jalouse, après tout j’avais également eu ma vie avant lui, j’espérais juste que son fantôme ne hantait pas son esprit et qu’il saurait me laisser une place dans sa vie.

__________________

« Slip inside the eye of your mind Don't you know you might find A better place to play ? Take that look from off your face Cause you ain't ever gonna burn my heart out At least not today »
Revenir en haut Aller en bas
Abel Hopkins
Hot guy ♂
avatar

Messages : 45
Age : 28

Carte d'identité
Profession: Tueur à gage
Enfant(s): Aucun
€: Moyen
MessageSujet: Re: Vive l'Australie [Abel]   Lun 17 Juil 2017 - 1:01

Je roulais des yeux quand Raphaël tenta rehausser l’image que j’avais de moi-même en affirmant que j’avais malgré tout ma part d’utilité sur cette Terre, visiblement je contribuais à la rendre plus sûre. Au fond elle avait un peu raison mais je n’étais pas certain qu’éliminer les gens soit une manière adaptée pour rendre justice. Je le faisais parce que j’étais bien payé et parce qu’en général les mecs que je devais buter me sortaient par les yeux mais mes méthodes étaient sûrement un peu extrêmes, jusqu’ici je n’y avais pas encore vraiment réfléchi. Je savais que mon activité professionnelle n’était pas morale mais je me plaisais aussi à le faire parce que j’avais toujours détesté rentrer dans le moule comme mon frère aîné. Ce dernier s’était gentiment rangé, il avait son petit bureau, son appartement, son petit train-train quotidien alors que je n’avais jamais recherché ce genre de stabilité.

Quoiqu’il en soit, ma jolie blonde estimait que même si j’étais effectivement un criminel, je ne zigouillais pas les autres bandits par plaisir. Son expérience lui permettait de reconnaître ceux qui appréciaient buter les autres et apparemment je ne faisais pas encore parti de ceux-là. Elle me rappela que Maia avait également blessé mortellement un des types qui en voulait à Gabriel ce fameux soir, un mec qui était peut-être marié ou père de famille. Elle me balança tout un tas d’hypothèses concernant ce fameux gars, tout ça pour au final affirmer que je faisais ce qu’il fallait. Elle termina par me demander sur un ton calme si j’avais aimé Jenna, je haussais les épaules avec nonchalances et me contentais de garder le silence quelques secondes. Pour être franc je n’étais même pas sûr de savoir réellement ce qu’était l’amour, je ne m’autorisais jamais vraiment ce genre d’excentricité dans ma vie d’habitude.

Tu ne trouves pas qu’il existe assez de méthodes moins barbares pour rendre justice ? Enfin moi je m’en tape, je gagne assez de fric pour pouvoir vivre confortablement mais à la place de celui qui me paye j’aurais du mal à dormir la nuit. Lâchais-je simplement. Bien sûr que j’éprouve un certain plaisir à le faire, tu crois que je m’amuserais à buter les gens si ça m’en rendait malade à chaque fois ? Comme Maia, je ne sais pas qui je flingue. Il y a sûrement de vrais enfoirés mais pourquoi pas des pères de famille comme tu l’as remarqué plus tôt ou alors des grands-frères ou même des gens qui cherchent juste une manière de s’en sortir. Tous ne mérite pas d’être assassiner mais je le fais malgré tout et je n’ai jamais de scrupules. N'essaye pas de me trouver des excuses. Affirmais-je en plantant mon regard dans le sien. Pour ce qui est de Jenna, j’aimais être avec elle et c’est tout. Conclus-je avec un certain détachement.

__________________


Revenir en haut Aller en bas
Raphaël Robbie
Wild Eyes ❊
avatar

Messages : 50
Age : 27
Localisation : Washington

Carte d'identité
Profession: Agent du FBI
Enfant(s): Aucun
€: Moyen
MessageSujet: Re: Vive l'Australie [Abel]   Lun 17 Juil 2017 - 1:19

Je levais les yeux au ciel et poussais un soupire quand Abel me demanda s’il n’existait pas des solutions moins barbares pour s’assurer la paix dans le monde. Je ne voyais pas trop pourquoi il réfléchissait à toutes ces choses et pourquoi il ne pouvait pas comprendre que parfois il fallait faire des choses horribles, le fin justifiait les moyens et j’en étais certaine. Le jour où les personnes mal attentionnées de ce monde accepteraient de se ranger contre de l’amour et des sourires alors oui peut être que nous n’aurions plus besoin de personne comme Abel. Sauf que nous ne vivions pas encore de ce monde, ici les personnes tuaient, maltraitaient, abusaient des autres et parfois la mort était la seule solution que nous pouvions trouver, et même la mort d’innocents.

Je me retrouvais agacée de le voir me confronter à ce sujet, à me demander pourquoi je tentais de le défendre, ce n’était même pas la question de le protéger ou quoique ce soit, j’étais convaincue de ce que j’avançais. Je n’étais pas de ces intellectuels persuadés que la bienveillance, l’amour et le partage des richesses permettraient à tout le monde de vivre en paix. Il fallait des personnes fortes et des personnes faibles, c’était comme ça que notre monde fonctionnait et nous ne pourrions certainement jamais changer les choses, alors il valait mieux s’y faire dès maintenant.

De qu’elles méthodes est-ce que tu parles ? Parce que à part les tuer je ne vois pas trop ce qu’on pourrait faire pour calmer ces personnes assurais-je. Je ne te trouve pas des excuses, je ne suis pas une idiote sentimentaliste. J’ai côtoyé des personnes sombres toute ma vie et malheureusement malgré toutes ces choses horribles qu’ils ont pu vivre il n’en reste que ce qu’ils ont fait n’est pas humain et que parfois le monde se porte bien mieux sans eux ajoutais-je d’un ton dur. On ne te demande pas d’avoir des scrupules, si tu peux vivre correctement ta vie et tuer des connards et bien tant mieux, je préfère savoir que des personnes comme toi s’occupent d’eux plutôt que d’attendre que la nature fasse son boulot assurais-je. La vie n’est pas juste et parfois on est forcés de faire des choix qui ne sont pas moralement acceptables, mais il faut bien que quelqu’un les entreprenne terminais-je.

Abel précisa alors qu’il appréciait la présence de cette fameuse Jenna, je gardais le silence tout en songeant que je n’étais pas certaine qu’il soit honnête mais j’imaginais que je l’avais suffisamment travaillé pour ce soir.


__________________

« Slip inside the eye of your mind Don't you know you might find A better place to play ? Take that look from off your face Cause you ain't ever gonna burn my heart out At least not today »
Revenir en haut Aller en bas
Abel Hopkins
Hot guy ♂
avatar

Messages : 45
Age : 28

Carte d'identité
Profession: Tueur à gage
Enfant(s): Aucun
€: Moyen
MessageSujet: Re: Vive l'Australie [Abel]   Lun 17 Juil 2017 - 15:28

Je passais mes mains sur mon visage d’un air désespéré lorsque Raphaël me demanda de quoi je voulais parler lorsque je mentionnais « d’autres méthodes ». Elle estimait que la seule manière de se débarrasser des individus mal intentionnés était de les buter. Pour elle, tout ça paraissait décidemment très évident et elle avait raison de le penser parce que l’acte en lui-même était effectivement très simple à réaliser : il ne fallait pas avoir fait douze ans d’études pour parvenir à foutre une balle entre les deux yeux d’un criminel. C’était d’ailleurs justement ce qui ne me rassurait pas trop quand j’y réfléchissais un peu trop comme aujourd’hui. Pour être franc j’appréhendais un peu l’avenir ; Parfois je me demandais si quelqu’un n’exigerait pas un beau jour que je sois zigouiller à mon tour afin de rétablir la justice après tous les meurtres que j’avais pu commettre dans ma vie.

Quoiqu’il en soit, Raphaël affirma qu’elle ne cherchait pas à me trouver des excuses. Elle était consciente que nous ne pouvions pas tous vivre d’amour et d’eau fraîche, c’est pourquoi il était parfois préférable d’éliminer la menace plutôt que de chercher une façon moins barbare pour punir les criminels qui peuplaient cette foutue planète. En ce qui concernait Raphaël, elle préférait nettement savoir que des gens dans mon genre se salissaient les mains pour sécuriser nos rues plutôt que de devoir vivre parmi des personnes dangereuses. Je faisais donc parti de ces hommes et femmes qui faisaient des choix immoraux pour que d’autres individus puissent dormir sur leurs deux oreilles.

J’en sais rien. Ils pourraient rétablir la peine de mort dans tous les États américain, je n’aurais pas besoin de courir après les déchets de ce pays au moins. Affirmais-je. Tu sais pourquoi j’y pense autant ? Lui demandais-je avant d’enchaîner sans lui laisser le temps de répondre. Parce que moi aussi je suis un criminel alors peut-être qu’un jour je deviendrais trop vieux pour pouvoir continuer à bosser en tant que tueur à gages ou alors le FBI pourrait tout simplement en avoir marre de moi… Ce que je veux dire par là c’est qu’envoyer quelqu’un pour buter les gens c’est plutôt simple comme job et ça pourrait très bien me tomber dessus un beau jour sans que je ne m’y attende. Ceux que je tue ne savent pas qu’ils sont menacés de mort après tout. Déclarais-je comme si je me parlais plutôt à moi-même. Je ne t’ai pas dit tout ça pour te faire peur, c’est juste… ça pourrait arriver. Conclus-je en haussant les épaules.

__________________


Revenir en haut Aller en bas
Raphaël Robbie
Wild Eyes ❊
avatar

Messages : 50
Age : 27
Localisation : Washington

Carte d'identité
Profession: Agent du FBI
Enfant(s): Aucun
€: Moyen
MessageSujet: Re: Vive l'Australie [Abel]   Lun 17 Juil 2017 - 16:33

Abel assura que la peine de mort pourrait lui permettre d’alléger un peu son boulot, je secouais négativement la tête tout en songeant que ça ne changerait rien. Les personnes que l’ont retrouvait le plus souvent en prison étaient malades, les menacer de mort n’avait aucun impact pour eux, et pour ceux qui méritaient réellement de trouver la mort qui étaient à la tête de puissants réseaux ils se débrouillaient pour ne jamais aller en prison. Il était connu que les services de justices se liaient à ces réseaux pour pouvoir survivre, les menaces étaient trop grandes pour que des petits policiers armés d’un petit gilet par balles et d’une famille tentent de s’opposer à ces personnes. Alors pour atteindre ces gens là il fallait passer par des moyens illicites et nous n’avions pas le choix.

Puis finalement il me révéla ce qui l’inquiétait autant, il avait peur qu’en fin de compte quelqu’un soit également missioné pour se débarrasser de lui une fois qu’il serait trop vieux ou qu’ils jugeraient qu’il en saurait trop. Je n’y avais pas véritablement pensé et il avait peut être raison, je n’étais pas suffisamment au courant des pratiques du FBI pour savoir si il était coutume pour eux de tuer des anciens agents qui savaient trop de choses. Mais j’imaginais que les choses ici seraient différentes, Mathias travaillait pour eux et il ne laisserait jamais le meurtre de son frère passé aussi facilement si ses employeurs avaient quelque chose à voir là-dedans.

Tu sais très bien que ces hommes se débrouillent pour passer entre les filets assurais-je doucement. Et bien si c’est le cas on te cachera chez mon oncle avec ton frère, je nous construirai une petite dépendance personnalisée rien que pour nous deux et on s’occupera de chevaux toute la journée ajoutais-je en souriant. Ton frère leur ferait vivre un enfer si c’était le cas suggérais-je plus sérieusement. Et puis moi aussi, et je peux être sacrément chiante quand je m’y mets constatais-je avec un sourire.

Je passais ma main dans ses cheveux puis caressais doucement sa joue en songeant que je ferai tout mon possible pour surveiller ses arrières, je ne savais pas trop comment m’y prendre à vrai dire, mais je pourrais en parler à Thomas, lui devait savoir pas mal de choses à ce sujet.

__________________

« Slip inside the eye of your mind Don't you know you might find A better place to play ? Take that look from off your face Cause you ain't ever gonna burn my heart out At least not today »
Revenir en haut Aller en bas
Abel Hopkins
Hot guy ♂
avatar

Messages : 45
Age : 28

Carte d'identité
Profession: Tueur à gage
Enfant(s): Aucun
€: Moyen
MessageSujet: Re: Vive l'Australie [Abel]   Lun 17 Juil 2017 - 18:13

Je poussais un léger soupire quand Raphaël m’assura que les saloperies que je chassais savaient très bien comment faire pour éviter la taule ou les sanctions du même genre. Le mieux était bien évidemment de les surprendre, s’ils ne s’attendaient à rien ils ne pouvaient pas fuir alors elle avait raison, les tueurs à gages étaient sûrement de bien meilleures options que les processus d’emprisonnement traditionnels. Pour être franc j’avais tellement d’expérience dans la traque et ce genre de chose que je savais parfaitement comment les choses marchaient, si je devais un jour me retrouver au trou je connaissais toutes les combines pour l’éviter et tous les endroits où je ne risquais pas d’être repéré. En vérité j’avais beaucoup appris de mes « proies » c’était eux qui me formait au quotidien et c’était pour ça que j’avais plus peur d’être descendu à mon tour que de la prison.

Quoiqu’il en soit Raphaël avait une solution pour ça, elle voulait m’envoyer ici avec Gabriel et son oncle. Elle se voyait déjà construire une petite maison individuelle pour que nous puissions y vivre et élever les animaux. Je ne pu m’empêcher de rire et secouais désespérément la tête en pensant que c’était une vie en perspective bien ennuyante. Enfin je ne risquais pas de me faire chier en compagnie de ma copine mais c’était plus le boulot avec les cheveux qui ne m’enchantait pas trop. En même temps je ne pouvais pas vraiment faire le difficile non plus si je devais vraiment être amené à mettre les voiles un jour.

Une nouvelle carrière dans le monde des chevaux ? D’abord Gabriel, ensuite moi… Ils vont tous faire une syncope ces pauvres animaux. Me moquais-je. En revanche passer mes journées avec toi dans ce pays de rêve c’est une idée qui me plaît davantage. Ajoutais-je sur un ton enjôleur tandis que ses doigts glissaient contre la peau de ma joue. Je sais… Tu me l’as déjà démontré. Conclus-je ensuite en rigolant avant de l’embrasser doucement.

Je me sentais assez chanceux d’avoir Raphaël à mes côtés, même si je me trouvais égoïste de la mêler à mon univers elle me comblait vraiment. J’avais eu pas mal de difficultés à l’admettre mais maintenant je me rendais compte qu’elle était vraiment une bonne personne et que c’était le genre de fille qui me tirerait plus vers le haut qu’autre chose. Avec Jenna je n’avais aucune perspective d’avenir, nous étions plus ridicules qu’autre chose.

__________________


Revenir en haut Aller en bas
Raphaël Robbie
Wild Eyes ❊
avatar

Messages : 50
Age : 27
Localisation : Washington

Carte d'identité
Profession: Agent du FBI
Enfant(s): Aucun
€: Moyen
MessageSujet: Re: Vive l'Australie [Abel]   Lun 17 Juil 2017 - 20:52

J’esquissais un léger sourire quand Abel assura qu’avec son frère et lui qui s’occuperaient des chevaux ceci risquaient de ne pas en sortir indemnes. Cependant il était plutôt d’accord avec l’idée de passer ses journées avec moi ici, j’étais contente de savoir que l’Australie lui plaisait à ce point. J’aimais beaucoup mon pays et j’avais bien pour objectif de retourner y vivre d’ici quelques années alors si mon petit ami actuel appréciait ce pays c’était déjà un bon point pour moi. Je voulais moi aussi pouvoir acheter une petite maison qui longerait la cote qui me permettrait de profiter de la plage tranquillement chaque jour. Et puis le jour où j’aurai des enfants ils pourraient eux aussi profiter de ce cadre fantastique pour s’épanouir comme je l’avais moi-même fait plus jeune.

Abel me tira de mes pensées en assurant que je lui avais déjà montré par le passé à quel point je pouvais être chiante, je lui lançais un regard amusé en songeant qu’il exagérait je n’avais pas été si chiante que ça cette fois-ci, c’était plutôt lui qui l’avait été d’ailleurs. Je décidais néanmoins de ne rien dire et le laissais déposer ses lèvres contre les miennes tout en savourant leur caresse délicate. Je glissais mon bras autour de sa nuque pour accentuer notre baiser tout en songeant à à quel point j’étais heureuse à ce moment précis.

C’est peut être le destin des frères Hopkins que de travailler avec des chevaux me moquais-je gentiment en glissant mes jambes autour de sa taille. On pourra s’organiser de vraies vacances à l’occasion, de toute façon Mathias risque de vouloir revenir voir votre frère assez souvent constatais-je simplement. Voyez-vous ça murmurais-je contre ses lèvres en glissant ma main le long de sa cuisse.

J’estimais l’avoir suffisamment ennuyé pour ce soir et qu’il méritait bien que je lui retire ses mauvaises idées de l’esprit. Après tout je n’aimais pas trop le voir avec cet air détaché sur le visage, j’aimais quand il était joyeux et souriant ça lui allait beaucoup mieux que cet air impassible.

__________________

« Slip inside the eye of your mind Don't you know you might find A better place to play ? Take that look from off your face Cause you ain't ever gonna burn my heart out At least not today »
Revenir en haut Aller en bas
Abel Hopkins
Hot guy ♂
avatar

Messages : 45
Age : 28

Carte d'identité
Profession: Tueur à gage
Enfant(s): Aucun
€: Moyen
MessageSujet: Re: Vive l'Australie [Abel]   Mar 18 Juil 2017 - 0:51

Apparemment il était possible que le destin de ma fratrie soit lié à l’univers des chevaux. Je ne pu m’empêcher de rire et secouais négativement la tête en pensant que vu notre manque de délicatesse à tous les trois j’avais de gros doutes là-dessus. En réalité nous étions tous en quête de sensations fortes : j’imaginais qu’aucun de Mathias, Gabriel ou moi ne rêvions d’une vie de bureaucrate toute simple. Nous avions besoin d’action et d’adrénaline pour s’épanouir alors même prendre en soin des animaux ne nous apparaissait pas vraiment comme un boulot de rêve. J’espérais néanmoins que mon cadet saurait s’adapter afin d’être ensuite capable de revoir ses ambitions à la baisse, voir un flingue aussi près de sa tempe avait certainement dû le refroidir. Je préférais nettement le savoir enfermé dans ces écuries plutôt qu’à errer comme un clochard dans les rues d’Amérique. Il était grand temps qu’il parvienne à se poser, il pouvait très bien se trouver une jolie australienne et accepter tranquillement sa nouvelle vie sans ronchonner.

Je glissais ensuite mes mains le long des cuisses de Raphaël lorsqu’elle se glissa contre moi et fus très enthousiaste quand elle m’exposa ses plans pour les prochaines vacances. Ma jolie blonde me proposa donc de revenir ici pendant une plus longue période histoire d’avoir davantage le temps d’en profiter. Elle souligna d’ailleurs le fait que mon aîné risquait de vouloir se pointer dans les parages assez souvent afin de pouvoir passer du temps avec Gabriel le plus souvent possible. Je hochais la tête tranquillement, assez content qu’elle accepte de nous accueillir une nouvelle fois. J’étais sûr et certain que mon frère serait également très emballé par l’idée, sa motivation principale risquait de commencer par un G et de venir par un L mais le principal était qu’il ramène ses fesses en Australie.

Tu crois ? Je préfère encore élever des kangourous alors. Plaisantais-je. Je crois que je vais finir par me marier avec Mathias à cette allure, on ne va plus pouvoir se quitter : même en vacances. M’amusais-je de nouveau. En tout cas c’est une super idée, j’ai vraiment hâte de revenir ici plus longtemps. Lui confiais-je en baissant le regard vers sa main qui se baladait tranquillement le long de ma cuisse.

__________________


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vive l'Australie [Abel]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vive l'Australie [Abel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» vive Chavez, vive Castro
» Le 30 mai 1431... Jeanne d'Arc est brulée vive à Rouen...
» Vive stupéfaction de Danielle Mitterrand
» ABA LA JUSTICE, VIVE IMPUNITÉ ET VIVE MARTELLY !
» Nos chers auteurs...(Abel/Lola)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Boarding House Of Death :: Australie-
Sauter vers: