AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le combat foireux [Jai]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shae James-Hudson
Cheeky girl ღ
avatar

Messages : 674
Loisirs : Etre heureuse
Age : 28
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Chirurgien(ne)
Enfant(s): Deux
€: Riche
MessageSujet: Le combat foireux [Jai]   Mer 21 Déc 2016 - 22:44



Je posais mon regard sur l’écran de la télé de la salle des urgences et restais quelques instants en pleine stupeur. On apercevait très clairement le visage tuméfié de Jai, dégoulinant de sang et se prenant de nouveau des coups dans un ralenti écoeurant. Je serrais la mâchoire tandis que la sienne se détournait brusquement et quittais aussitôt la salle des urgences pour rejoindre la pièce où je venais d’être bipée, mais les images que je venais de voir ne quittaient pas mon esprit. A vrai dire je ne portais pas très attention aux matchs de Jai, je jugeais la boxe comme un sport affreusement débile et ce que je venais de voir ne faisait que confirmer ce que je pensais depuis toujours. Mais cette fois Jai avait le visage complètement démoli et moi j’étais là comme une idiote à devoir juger que c’était tout à fait normal et que ça faisait parti de son boulot.

Heureusement ma garde prit fin au bout de trente minutes, je m’empressais de rejoindre les vestiaires et me rhabillais rapidement avant de quitter l’hôpital sans trop savoir ce que j’étais censée faire. Nous n’avions pas prévu de nous retrouver ce soir, mais je ne pouvais définitivement pas laisser les choses couler de la sorte… J’allumais la radio sur une chaîne d’informations qui débrieffait le match et mis le voiles en direction du stade où avait lieu la rencontre. Je n’appris pas grand chose des commentateurs hormis le fait que Jai avait perdu son match, ce que je pouvais facilement deviner vu la tête qu’il avait à la télé.

Je me garais sur le parking et sorti de la voiture pour rejoindre l’entrée, je présentais le badge que Jai m’avait donné pour les rares fois où j’étais venue durant un de ses entrainements. Je me retrouvais donc catapulté dans l’environnement bruyant des après matchs que je commençais à bien trop connaître suite à la victoire de mon frère en F1. Je poussais un léger soupire et me dirigeais vers la loge de Jai sans trop savoir à quoi m’attendre. Une fois devant la porte qui portait son nom je montrais une dernière fois mon badge aux vigiles à l’entrée et ouvris délicatement le battant.

L’ensemble du vestiaire était vide à l’exception d’un des coins de la pièce où Jai était assis en fixant le vide, je poussais un léger soupire et m’approchais de lui sur la pointe des pieds avant de m’accroupir devant lui. Je glissais ma main sur son bras et baissais le regard pour tenter d’apercevoir son visage, et le peu que j’en vis ne me rassura pas.

Tu veux que j’aille lui régler son compte ? Murmurais-je du bout des lèvres en tentant l’humour. Je suis désolée pour ton combat ajoutais-je plus sérieusement.

__________________

« And I will stay up through the night Let's be clear, won't close my eyes And I know that I can survive I'll walk through fire to save my life It's hard to lose a chosen one But you won't see me fall apart 'Cos I've got an elastic heart »
Revenir en haut Aller en bas
Jai Myers
Bad boy ✗
avatar

Messages : 77
Loisirs : être le copain officiel
Age : 30
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Boxeur
Enfant(s): Aucun
€: Riche
MessageSujet: Re: Le combat foireux [Jai]   Jeu 22 Déc 2016 - 16:12


Le dernier coup porté par mon adversaire fut décisif pour moi, le round n’était pas encore terminé et pourtant je savais d’ores et déjà que j’allais perdre ce combat. J’étais trop faible, trop distrait et maintenant j’étais sur le point de me faire humilier et comme pour illustrer mes pensées je sentis tous mes muscles se relâcher brusquement. Mon corps s’écrasa lourdement sur le sol du ring et je fus incapable de me relever avant les dix secondes imparties et pour être franc je n’étais même pas certain d’en avoir l’envie. Ce combat avait été une vraie catastrophe, je venais très clairement de me faire laminer et je détestais ça. Je n’avais pas perdu depuis un long moment maintenant et pourtant la roue venait de tourner brutalement en ma défaveur. Je me sentais pitoyable à devoir être escorté jusqu’aux vestiaires comme un vulgaire débutant venant de se prendre sa première branlée, j’étais à peine capable de tenir sur mes jambes. Je ne comprenais même pas comment le rêve avait pu virer au cauchemar en l’espace d’un seul combat.

Une fois bien à l’abri dans mon vestiaire, je préférais me débarrasser de tout mon entourage et surtout de mon entraîneur qui semblait vouloir débriefer tout de suite. Cependant je n’étais absolument pas d’humeur à reparler de ce laborieux combat pour l’instant, j’avais besoin qu’on me laisse seul. Réclamer la paix fut d’ailleurs une nouvelle épreuve pour moi, ouvrir la bouche me faisait affreusement souffrir et je n’osais même pas aller vérifier mon état dans un miroir. Je ne souhaitais néanmoins pas recevoir de soins pour l’instant, j’avais vraiment besoin d’être tranquille et je me fichais bien d’être gonflé ou coupé, mes blessures me rappelleraient au moins à quel point j’avais pu être nul ce soir et m’encourageraient à ne jamais recommencer. Je ne supportais pas de perdre et surtout pas par KO comme aujourd’hui.

Le temps s’écoula alors plus ou moins lentement, j’ignorais quelle heure il pouvait bien être et je m’en fichais. Les erreurs commises durant le combat me revenaient sans arrêt en tête, elles me permettaient de ne pas voir temps passer et de ne pas penser à la douleur. Je sentis malgré tout une main se déposa contre mon bras et je n’eus pas de mal à deviner à qui elle appartenait. Shae était auprès de moi, elle me suggéra même d’aller « lui » régler elle-même son compte. Je n’avais même pas la force de sourire, cette remarque ne m’amusait pas beaucoup j’étais encore trop frustré par ma défaite pour parvenir à en plaisanter. Ma copine enchaîna néanmoins et m’informa qu’elle était désolée à propos de ce soir. Je tentais de hausser les épaules mais ce pauvre geste m’arracha simplement une grimace, quel con.

Je croyais que tu ne t’intéressais pas à la boxe, comment tu as su ? L’interrogeais-je d’une voix pâteuse.

__________________


C'est sûr que personne ne peut savoir de quoi demain sera fait. Il y a tellement d'histoires, tiens rien que la fameuse légende urbaine du gars qui sort s'acheter des clopes et qui se prend une caisse en bas de chez lui parce qu'il regarde son téléphone.
Revenir en haut Aller en bas
Shae James-Hudson
Cheeky girl ღ
avatar

Messages : 674
Loisirs : Etre heureuse
Age : 28
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Chirurgien(ne)
Enfant(s): Deux
€: Riche
MessageSujet: Re: Le combat foireux [Jai]   Jeu 22 Déc 2016 - 22:58

Jai me demanda comment j’avais su qu’il avait perdu étant donné que je ne m’intéressais pas à la boxe d’ordinaire. Je fis la moue tout en songeant qu’il était vrai que je n’avais pas vraiment fait d’effort quant au sport que pratiquait mon copain. Pour moi c’était quelque chose qui existait, que je n’aimais pas, mais que je parvenais à mettre à distance parce que je n’avais jamais eu à y faire face. Mais aujourd’hui il était là le visage dégoulinant de sang et de sueur et je ne pouvais définitivement pas faire comme si de rien n’était. Mon copain venait de se faire laminer de coup sur un ring, des mecs payaient pour voir ça et lui gagnait sa vie à se faire taper dessus. Qui voudrait de ça ? Mais je n’étais personne pour critiquer ses choix de vie, il menait sa barque et je n’avais rien à dire.

Je retins un soupire et m’asseyais face à lui en gardant le silence. Je ne savais pas quoi lui dire et je n’avais pas la sensation que parler l’aiderait. Il venait de vivre une défaite, la première depuis longtemps et c’était sûrement difficile à accepter. Je savais à quel point Jai pouvait être dur avec lui-même, il voulait être le meilleur, il était perfectionniste, et ça je pouvais le comprendre, j’étais pareil. Je savais ce qu’on ressentait quand on ne parvenait pas à achever son but. Mais j’étais persuadée qu’il reprendrait le dessus à sa prochaine rencontre, sauf que ce n’était sûrement pas ce qu’il voulait entendre pour le moment. Il avait besoin de s’apitoyer sur son sort et je n’avais pas grand chose de prévu ce soir, Mae passait la soirée avec ma mère et mon père, j’avais tout mon temps.

A la télé soufflais-je simplement. Tu veux que je te laisse tout seul ? L’interrogeais-je d’un ton neutre en m’approchant pour déposer mes lèvres contre son bras et croiser son regard.

J’étais terriblement désolée pour lui, j’aurais voulu pouvoir faire quelque chose pour l’aider, mais je savais très bien qu’il n’y avait rien à faire. Tout ce que je pouvais lui proposer c’était de rester avec lui jusqu’à ce qu’il se décide à rentrer. Enfin vu l’état de son visage j’espérais qu’il comptait se faire soigner rapidement parce qu’il devait souffrir le martyr et que ses plaies risquaient de s’infecter. Mais je mettais ça de côté, pour l’instant je voulais tout simplement le soulager de ce qu’il avait sur l’esprit.

__________________

« And I will stay up through the night Let's be clear, won't close my eyes And I know that I can survive I'll walk through fire to save my life It's hard to lose a chosen one But you won't see me fall apart 'Cos I've got an elastic heart »
Revenir en haut Aller en bas
Jai Myers
Bad boy ✗
avatar

Messages : 77
Loisirs : être le copain officiel
Age : 30
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Boxeur
Enfant(s): Aucun
€: Riche
MessageSujet: Re: Le combat foireux [Jai]   Ven 23 Déc 2016 - 2:55

Je poussais un léger soupire quand Shae m’informa qu’elle avait eu l’occasion de suivre ma rencontre à la télévision. J’avais presque oublié que mon échec allait maintenant faire le tour du monde grâce aux réseaux sociaux, mon humiliation avait été suivie en direct par des milliers de gens à travers la planète et je devais reconnaître que j’avais encore beaucoup de mal à le digérer. Je n’aurais jamais dû échouer de la sorte ce soir et pourtant je n’avais pas du tout mesuré l’ampleur du danger avant la rencontre de ce soir, j’avais eu confiance en moi et malgré ça je m’étais pris la raclée du siècle. Les journalistes sportifs devaient déjà être en train de débriefer à propos de ma défaite, ils cherchaient certainement des explications pouvant justifier cette branlée. D’après moi, j’étais sûrement monté sur le ring trop confiant, je ne m’imaginais pas être capable de perdre. Pourtant c’était bel et bien ce qui s’était produit si bien que maintenant je me retrouvais avec le visage explosé et une grande culpabilité sur la conscience.

Je tâchais malgré tout de chasser ces mauvaises pensées de mon esprit lorsque ma copine me demanda si je préférais qu’elle s’en aille mais avant que je ne réponde, elle se rapprocha néanmoins un peu plus de moi et déposa ses lèvres contre mon bras. De mon côté je tâchais d’éviter soigneusement son regard afin qu’elle ne puisse pas voir à quel point j’étais faible et dépassé ce soir, je n’étais pas ce genre de mec d’habitude et je ne souhaitais pas tellement qu’elle me prenne en pitié sous prétexte que j’avais perdu et que j’étais blessé. Pourtant je n’avais pas envie qu’elle me laisse, je n’avais jamais eu tant besoin d’elle qu’aujourd’hui. Je ne voulais pas parler, j’avais juste besoin qu’elle soit auprès de moi et qu’elle continue de faire balader ses lèvres sur ma peau. Je savais que Shae se fichait pas mal de mon sport alors j’imaginais bien qu’elle devait certainement être la seule personne de mon entourage à ne pas être déçue par ma prestation, c’était ce qui m’apaisait parce que je n’avais pas envie d’être davantage jugé et surtout pas par ma petite-amie.

J’ai envie de rentrer chez moi, tu penses pouvoir me déposer et jeter un œil… là-dessus ? Lui demandais-je en désignant difficilement mon visage que je peinais à dissimuler malgré la pénombre du vestiaire.

En vérité j’avais hâte de retourner dans mon appartement, cette soirée avait été désastreuse et je me sentais plus faible que jamais. Mon adversaire devait très certainement être en train de savourer sa victoire pendant que je me lamentais comme un idiot dans le coin d’un vestiaire miteux. J’aurais préféré pouvoir faire abstraction de la défaite afin de profiter davantage de la présence de Shae mais je n’étais pas certain d’en être capable dans cet état et surtout pas ici. Je me fis cependant violence afin de lever mon bras gauche tandis que mes doigts allèrent se perdre dans les cheveux de ma copine.

__________________


C'est sûr que personne ne peut savoir de quoi demain sera fait. Il y a tellement d'histoires, tiens rien que la fameuse légende urbaine du gars qui sort s'acheter des clopes et qui se prend une caisse en bas de chez lui parce qu'il regarde son téléphone.
Revenir en haut Aller en bas
Shae James-Hudson
Cheeky girl ღ
avatar

Messages : 674
Loisirs : Etre heureuse
Age : 28
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Chirurgien(ne)
Enfant(s): Deux
€: Riche
MessageSujet: Re: Le combat foireux [Jai]   Ven 23 Déc 2016 - 12:17

Jai ne répondit pas vraiment à ma question et m’informa qu’il aurait voulu rentrer chez lui et que par la suite je jette un coup d’oeil à ses blessures. Je glissais de nouveau mon regard sur celle-ci en songeant qu’il valait mieux les soigner ici, il avait vraiment le visage abîmé et plus on a attendait plus il aurait mal, de plus je n’étais pas sûre de trouver tout le matériel nécessaire chez lui. Jai passa ensuite sa main dans mes cheveux, je fis la moue et appuyais délicatement mon visage contre sa peau, je restais ainsi quelques temps avant de déposer un baiser sur son bras. Je me relevais silencieusement et quittais le vestiaire pour aller trouver l’entraineur de Jai qui ronchonnait dans un coin visiblement tout aussi déçu que son poulain, je l’informais que j’étais prête à faire les soins de Jai et le soignant qui était censé sans charger fut forcé de me donner sa trousse sans rechigner. Je repartis ensuite direction les vestiaires et m’installais de nouveau face à Jai.

Je plissais les paupières pour parvenir à mieux discerner ses blessures dans la pénombre de la pièce, mais après tout j’avais opéré dans des endroits beaucoup plus hostiles, ce n’était pas quelques zones d’ombres qui allaient me perturber et je ne voulais pas forcer Jai à supporter la lumière s’il n’en n’avait pas envie. Je pris une compresse propre et commençais à nettoyer son visage délicatement en m’efforçant de ne pas trop lui faire mal. Plusieurs minutes suffirent pour panser toutes ses blessures, et son visage était déjà moins inquiétant même si il était extrêmement gonflé. Je me relevais pour aller nettoyer mes mains et les ustensiles que j’avais utilisé avant de rendre la sacoche au type. Je revins auprès de Jai avec une serviette et essuyais délicatement l’eau ensanglanté qui avait coulé sur son torse puis m’occupais de ses mains toutes abîmées.

On y va ? Murmurais-je doucement en serrant doucement sa main entre mes doigts.

Il fallait qu’il prenne un médicament pour pouvoir calmer ses douleurs, qu’il mange un peu et qu’il se couche pour pouvoir vraiment se reposer. C’était surtout de ça dont il avait besoin, demain il verrait les choses sous un autre angle, peut-être pas meilleur, mais il serait plus en état de réfléchir à son combat et comment prendre sa revanche.

__________________

« And I will stay up through the night Let's be clear, won't close my eyes And I know that I can survive I'll walk through fire to save my life It's hard to lose a chosen one But you won't see me fall apart 'Cos I've got an elastic heart »
Revenir en haut Aller en bas
Jai Myers
Bad boy ✗
avatar

Messages : 77
Loisirs : être le copain officiel
Age : 30
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Boxeur
Enfant(s): Aucun
€: Riche
MessageSujet: Re: Le combat foireux [Jai]   Ven 23 Déc 2016 - 14:43

Shae et moi restâmes dans cette position plus ou moins confortable encore quelques minutes avant qu’elle ne se décide à quitter la pièce silencieusement. Je l’observais curieusement tandis qu’elle prenait congé avant de me retenir de soupirer en réalisant qu’elle avait bien l’intention de me soigner ici. Ma copine revint en effet avec le matériel nécessaire pour s’occuper de mes blessures. D’un côté je savais qu’elle avait raison de prendre les devants de la sorte, en effet j’imaginais bien qu’une horde de journalistes et de paparazzis devaient attendre à l’extérieur et qu’ils espéreraient obtenir une déclaration du grand perdant de la soirée à ma sortie. Ces derniers se feraient également un malin plaisir de capturer mon visage bouffi et ensanglanter sous tous les angles, or je n’y tenais pas beaucoup je souhaitais encore conserver le peu de dignité qu’il me restait. Je laissais donc Shae faire son boulot tout en me mordant la langue à plusieurs reprises afin d’éviter de gueuler comme un connard à chaque fois qu’elle passait sa foutue compresse sur l’une de mes plaies.

Une fois le travail terminé, ma petite-amie me ramena une serviette et s’en servit pour frotter le surplus de sang ayant coulé sur mon corps. Je me sentais vraiment comme un gosse pour le coup, cette situation ne m’amusait vraiment pas même si les gestes de Shae étaient très délicats et qu’en d’autres circonstances j’aurais probablement apprécié. La jolie blonde termina par me demander si nous pouvions y aller et je hochais la tête positivement avant de serrer à mon tour sa main. Elle m’aida à me redresser et je réalisais une fois encore à quel point ce type m’avait abimé, mes membres étaient complétement endoloris et j’avais l’impression d’être passé sous un rouleau compresseur. Je récupérais néanmoins mon sac avant de quitter le vestiaire. Une fois à l’extérieur mon entraîneur ainsi que mon manageur me sautèrent dessus et cette fois je fus incapable de contenir, des hurlements s’échappèrent d’entre mes lèvres sans que je ne puisse les contenir. Gueuler de la sorte était douloureux mais me faisait en tout cas sacrément du bien au moral.

Une fois débarrassé des membres de mon staff, Shae et moi pûmes enfin quitter la salle. Je glissais ma capuche sur ma tête avant de prendre une inspiration et nous nous aventurâmes à l’extérieur. Les flashs m’éblouirent aussitôt tandis que les questions fusaient : « Jai, un mot sur le combat de ce soir ? », « Jai, comment vivez-vous votre défaite ? », « Étiez-vous distrait par votre histoire avec Shae James ? ». Je serrais nerveusement la mâchoire et passais l’une de mes mains devant mon visage tout en protégeant Shae des photographes grâce à l’autre. Heureusement ma copine n’était pas garée loin et nous pûmes rapidement nous abriter dans sa voiture, elle se dépêcha de démarrer tandis que je peinais à reprendre mon souffle.

Je suis désolé pour ce soir, je ne voulais pas que tu me vois dans cet état ou que tu te retrouves au milieu de tout ça. L’informais-je un peu penaud.

__________________


C'est sûr que personne ne peut savoir de quoi demain sera fait. Il y a tellement d'histoires, tiens rien que la fameuse légende urbaine du gars qui sort s'acheter des clopes et qui se prend une caisse en bas de chez lui parce qu'il regarde son téléphone.
Revenir en haut Aller en bas
Shae James-Hudson
Cheeky girl ღ
avatar

Messages : 674
Loisirs : Etre heureuse
Age : 28
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Chirurgien(ne)
Enfant(s): Deux
€: Riche
MessageSujet: Re: Le combat foireux [Jai]   Ven 23 Déc 2016 - 21:03

Sans trop vraiment m’y attendre je me retrouvais catapulter dans un fracas de flash et d’hurlements, plusieurs personnes hélaient mon prénom comme si nous nous connaissions depuis toujours et se pressaient autour de nous pour nous prendre en photo dans tous les sens. Je m’efforçais de rester silencieuse et immobile tout en me sentant soulagée d’avoir Jai auprès de moi, toute seule j’aurais été très angoissée de faire face à tous ces gens. A vrai dire je n’avais jamais été très habituée à cette exposition médiatique, maman nous avait dit que petites ma soeur et moi avions plusieurs fois été pris en chasse par des paparazzis mais je ne m’en souvenais pas vraiment. Il faut dire qu’à l’époque papa était encore très célèbre, je n’imaginais pas ce que maman avait dû vivre au quotidien. Plus grandes il arrivait que des paparazzis nous prennent en photo sans même que nous nous en rendions compte et plusieurs jours plus tard nous apercevions des photos de notre famille dans les journaux. Mais je n’avais jamais rien vécu de tel. Ça faisait plusieurs semaines maintenant que ma relation avec Jai avait été dévoilé dans les journaux, ils étaient visiblement très heureux d’apprendre que Jai fréquentait la fille du grand pilote de Formule 1, Julian James, mais ils avaient mis du temps à me considérer par mon prénom.

La situation ne me plaisait pas trop, mais je n’avais pas réellement le choix, et j’estimais que tant qu’il ne faisait rien contre Mae je ne dirais rien. Pour le moment aucune photo de mon fils avait fuité dans les journaux et c’était le plus important pour moi, songeais-je en m’installant derrière le volant. Je mis enfin les voiles et retins un soupire de soulagement en constatant les imbéciles qui restaient derrière nous avec leur appareil photo. J’avais hâte de voir ma tête dans les journaux d’ici quelques jours. Jai vint couper mes pensées en s’excusant pour ce qui c’était passé ce soir, je poussais un léger soupire et hochais les épaules en songeant que de tout façon c’était inévitable.

Il fallait bien que ça arrive un jour ou l’autre assurais-je simplement en m’engageant sur la route qui menait à son appartement.

Je me garais dans le parking, puis je le suivis jusqu’à son appartement en me faisant violence pour ne pas glisser près de lui pour l’aider à marcher, mais j’imaginais que ça allait plus le vexer qu’autre chose et une fois de plus ce n’était pas ce que je voulais faire. Je me déchaussais et retirais mon manteau avant d’aller lui chercher quelques médicaments dans son placard de salle de bain, je les lui tendis avec un verre d’eau.

Je vais aller prendre une douche je me sens sale de l’hôpital, tu veux venir ? L’interrogeais-je en déboutonnant mon chemisier.

__________________

« And I will stay up through the night Let's be clear, won't close my eyes And I know that I can survive I'll walk through fire to save my life It's hard to lose a chosen one But you won't see me fall apart 'Cos I've got an elastic heart »
Revenir en haut Aller en bas
Jai Myers
Bad boy ✗
avatar

Messages : 77
Loisirs : être le copain officiel
Age : 30
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Boxeur
Enfant(s): Aucun
€: Riche
MessageSujet: Re: Le combat foireux [Jai]   Sam 24 Déc 2016 - 1:10

Je tournais le visage vers Shae quand elle m’annonça que se retrouver tous les deux pris au piège par les paparazzis aurait bien dû arriver tôt ou tard et j’étais d’accord avec elle mais j’aurais préféré être en mesure de lui éviter cette confrontation. Je savais qu’elle n’était pas à l’aise avec la surexposition médiatique et Dieu comme je la comprenais. Elle touchait de loin aux strass et aux paillettes depuis qu’elle était gamine avec le succès de son paternel et malgré tout ça j’avais bien remarqué qu’une fille comme elle ne désirait pas du tout être considérée comme une bête de foire et je n’étais pas non plus de ce genre à vrai dire sauf que pour le coup on ne me laissait pas beaucoup le choix et malheureusement j’entraînais tout mon entourage avec moi. Je n’osais même pas imaginer ce que devait endurer Noah qui était encore plus connu que moi. J’avais la chance de ne pas être trop harcelé par les photographes mais en ce qui concernait notre nouveau champion du monde les choses étaient encore bien différentes, il était davantage épié par les peoples. Ses relations étaient scrutées à la loupe et le moindre « scoop » faisait la une des magazines. Dernièrement ils nous l’avaient presque marié avec un mannequin de chez Victoria’s Secret d’après les échos que j’avais pu en avoir et pourtant Shae m’avait assuré qu’il n’en était rien, visiblement il connaissait à peine cette fille et je n’en étais pas vraiment étonné puisque les peoples adoraient jouer avec nos vies afin de faire le buzz.

C’est ce à quoi je songeais quand Shae immobilisa sa voiture dans le parking de mon immeuble. Heureusement ce dernier était équipé d’un ascenseur et je fus vraiment heureux d’être hissé jusqu’au dernier étage plutôt que de devoir monter les escaliers puisque j’étais vraiment lessivé. C’est pourquoi j’appréciais particulièrement le fait de rentrer chez moi, la quiétude des lieux était agréable et je sentais déjà un certain poids se retirer de mes épaules. J’acceptais volontiers les cachets que Shae me conseilla d’avaler même si j’aurais davantage préféré un bon verre de whisky plutôt que de l’eau en cet instant précis, j’imaginais cependant que l’alcool et les médicaments risquaient de ne pas faire bon ménage. Ma copine m’annonça ensuite qu’elle allait prendre sa douche, le tout avant de me proposer de la rejoindre.

Avec plaisir, vas-y je te rejoins. Lui promis-je tandis qu’elle s’exécutait et que j’en profitais pour la reluquer plus ou moins discrètement.

En attendant qu’elle fasse chauffer l’eau et se déshabille j’en profitais pour jeter un œil à mon téléphone qui affichait plusieurs appels manqués et encore plus de sms remplis d’interrogations. Toute cette agitation m’agaça plus qu’autre chose et je décidais d’éteindre l’appareil avant de rejoindre ma copine dans la salle de bain. Cette dernière était déjà sous l’eau, je me débarrassais donc de mes vêtements avec une certaine maladresse avant de me glisser derrière la vitre à mon tour. J’encadrais délicatement son corps de mes bras et déposais doucement mes lèvres dans son cou. L’eau chaude qui coulait sur mes blessures était douloureuse mais la compagnie de Shae était presque assez suffisante pour que je parvienne à faire l’impasse là-dessus.

Il faut vraiment être malade pour accepter de sortir avec un mec aussi tordu que moi, surtout vu l’état dans lequel tu me récupères. Soufflais-je pensivement. Mae ne va plus vouloir me voir avec cette tronche. Réalisais-je ensuite penaud.

__________________


C'est sûr que personne ne peut savoir de quoi demain sera fait. Il y a tellement d'histoires, tiens rien que la fameuse légende urbaine du gars qui sort s'acheter des clopes et qui se prend une caisse en bas de chez lui parce qu'il regarde son téléphone.
Revenir en haut Aller en bas
Shae James-Hudson
Cheeky girl ღ
avatar

Messages : 674
Loisirs : Etre heureuse
Age : 28
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Chirurgien(ne)
Enfant(s): Deux
€: Riche
MessageSujet: Re: Le combat foireux [Jai]   Sam 24 Déc 2016 - 1:43

Je sentis tout mon corps s’embraser au moment où les lèvres de Jai rentrèrent en contact avec ma peau, je poussais un léger soupire et le laissais faire avant d’ouvrir les yeux quand il vint à remarquer qu’il fallait être « malade » pour accepter de fréquenter un mec comme lui surtout dans l’état où il était ce soir. Je le fixais silencieusement tout en songeant que je devais avoir un faible pour les suicidaires, entre lui et Aaron. Je ne savais pas trop si c’était quelque chose qui me plaisait vraiment chez les hommes que j’avais pu fréquenter ou si c’était tout simplement le fruit du hasard. A vrai dire ça ne me plaisait pas trop de me retrouver avec un nouveau compagnon qui se faisait taper dessus, mais j’imaginais qu’il ne risquait pas de se faire explorer sur le ring comme ça avait pu arriver à Aaron. Mais je n’allais pas dire que ça m’excitait ou quoi que ce soit de voir mon copain jouer au gros dur, je le tolérais parce que c’est ce qu’il aimait, mais je continuais de trouver ça idiot.

Jai vint ensuite remarquer que Mae ne risquait plus de vouloir le voir avec sa tête tout doit sortir d’un film d’horreur. Je poussais un soupire et le fixais de nouveau en songeant qu’il ne risquait surtout pas de le reconnaître, mais d’ici quelques jours il aurait dégonflé du visage et ça serait moins impressionnant que ça l’était pour le moment. J’attrapais le gel douche sur l’étagère et en imbibais le gant avant de commencer à le passer doucement sur le corps de Jai en tentant de retirer les dernières traces de sang qu’il y avait sur son corps. A vrai dire je n’appréciais pas trop d’avoir son corps encore ensanglanté contre le mien, ça ne faisait pas partie de mes délires ou quoique ce soit.

A croire que j’ai un faible pour les hommes qui passent leur temps à se mettre en danger soufflais-je doucement. Enfin si un jour tu sens que tu es sur le point de flancher tu me feras le plaisir de sortir du ring, je ne crois pas que ma famille supporterait que je mette à nouveau les voiles à l’autre bout du pays ajoutais-je sur le même ton en passant le gant sur son torse. On va peut être attendre une petite semaine avant que tu ailles le voir, de toute façon comme il est en vacance il passe pas mal de temps avec mes parents remarquais-je en relevant le regard vers lui.

Je restais silencieuse tout en songeant que c’était difficile de faire abstraction de son visage tout endolori, c’était ce à quoi j’allais devoir m’habituer pour le restant de mes jours ? Je n’étais pas certaine de pouvoir y faire face à chaque fois qu’il perdrait un match. Tout plein d’émotions me bousculaient, je ne savais pas quoi lui dire ou quoi faire, j’aurais voulu qu’il en soit autrement. J’approchais doucement mon visage du sien et avec délicatesse je déposais mes lèvres contre les siennes, à vrai dire ce genre de baiser ne nous ressemblaient pas, mais je ne voulais pas lui faire mal et je me sentais quelque peu désemparée face à ses blessures et ce que j’avais pu voir ce soir. J’encerclais mes bras autour de sa nuque et gardais mes lèvres contre les siennes avant de m'écarter doucement pour m'assurer que je ne lui faisais pas mal.

__________________

« And I will stay up through the night Let's be clear, won't close my eyes And I know that I can survive I'll walk through fire to save my life It's hard to lose a chosen one But you won't see me fall apart 'Cos I've got an elastic heart »
Revenir en haut Aller en bas
Jai Myers
Bad boy ✗
avatar

Messages : 77
Loisirs : être le copain officiel
Age : 30
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Boxeur
Enfant(s): Aucun
€: Riche
MessageSujet: Re: Le combat foireux [Jai]   Sam 24 Déc 2016 - 4:28

Je poussais un léger soupire quand Shae reconnu qu’elle avait peut-être un faible pour les types attirés par le danger. Je devinais alors aisément à qui d’autre elle faisait allusion, Aaron avait perdu la vie lorsqu’il se trouvait en mission pour le travail. Cependant mon boulot à moi n’avait rien à voir avec celui d’un militaire, je n’avais pas leur courage, ni leur force mentale. Je me contentais très bien de mon petit ring avec mes adversaires prédéfinis, jamais je n’aurais pu devenir soldat à l’armée. Ma petite-amie souhaitait néanmoins que j’évite de crever au beau milieu d’un combat parce qu’elle n’était pas certaine que ses proches accepteraient un nouvel exil à l’autre bout de l’Amérique. Je hochais donc simplement la tête tout en le notant dans un coin de ma tête mais ce genre d’accident ne devrait pas arriver, je ne pourrais sans doute jamais être plus arranger que ce soir. Du moins j’avais rarement été aussi mal en point alors j’estimais pouvoir survivre aux prochaines rencontres, de toute manière je ne me laissais pas tellement le choix parce qu’il était exclu que j’échoue une deuxième fois dans ces circonstances.

Oui enfin il y a danger et danger. En ce qui me concerne je ne prends pas autant de risques qu’un militaire, tu devrais pouvoir continuer à te reposer sur tes deux oreilles et ta famille aussi. Tentais-je de la rassurer tandis qu’elle glissait le gant de toilette le long de mon torse.

En ce qui concernait le petit Mae je n’avais plus l’autorisation de le voir tant que mon visage ne serait pas redevenu plus ou moins comme avant mais Shae m’informa que je n’aurais de toute façon pas tellement eu l’occasion d’être avec lui cette semaine étant donné qu’il était en vacances et que ses grands-parents profitaient beaucoup de lui. Je hochais la tête d’un air entendu bien qu’un peu déçu, j’aimais beaucoup Mae. Il me rappelait Jacob lorsqu’il était plus petit, c’était un gamin vif et intelligent et je le trouvais vachement intéressant malgré son jeune âge. Il ne manquait pas une occasion de faire des remarques amusantes sans le faire forcément exprès et c’était à mourir de rire. La compagnie des enfants comme le fils de Shae étaient parfois plus agréables que celles d’adultes parfaitement « matures ». En tout cas je comprenais sa décision, il n’était pas forcément utile d’aller effrayer le petit blondinet avec ma face estropiée.

Puis sans que je m’y attende réellement, Shae se hissa sur la pointe des pieds et déposa ses lèvres contre les miennes dans un geste tendre et délicat. Je sentis ses bras s’enrouler autour de mon cou tandis que je déposais mes mains le long de sa chute de reins. En général nous n’étions pas aussi doux l’un envers l’autre mais cette fois je sentais bien que Shae était inquiète pour moi et qu’elle faisait attention au moindre de ses faits et gestes en ce qui me concernait. Je n’aurais jamais dû lui montrer mes blessures et grimacer comme je l’avais fait tout en long de notre périple jusqu’ici, ma copine aurait sûrement été moins sur la retenue et tout le monde ne s’en serait que mieux porté. Foutue défaite…

Je ne suis pas en sucre tu sais, tant que tu évites mon visage je devrais pouvoir m’en sortir. Soufflais-je en souriant doucement. Tu sais pourquoi je t’aime ? Ajoutais-je sans pour autant lui laisser l’occasion de répondre. Parce que tu es toujours en train de t’inquiéter pour les autres et je trouve ça très mignon. La taquinais-je gentiment en l’embrassant de nouveau.

__________________


C'est sûr que personne ne peut savoir de quoi demain sera fait. Il y a tellement d'histoires, tiens rien que la fameuse légende urbaine du gars qui sort s'acheter des clopes et qui se prend une caisse en bas de chez lui parce qu'il regarde son téléphone.
Revenir en haut Aller en bas
Shae James-Hudson
Cheeky girl ღ
avatar

Messages : 674
Loisirs : Etre heureuse
Age : 28
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Chirurgien(ne)
Enfant(s): Deux
€: Riche
MessageSujet: Re: Le combat foireux [Jai]   Sam 24 Déc 2016 - 15:41

Jai ne semblait pas très d’accord avec le fait que je compare son boulot à celui d’Aaron, oui les choses étaient différentes et le risque moins présent, mais Jai n’était pas à l’abris de recevoir un mauvais coup ou de mal tomber, ce genre de choses arrivaient fréquemment. De toute façon je préférais ne pas y penser, je passais trop de temps à m’inquiéter sur toutes les choses possibles et imaginables qui pourraient arriver aux personnes que j’aimais. J’essayais déjà de lâcher prise avec Mae, j’évitais de toujours être sûr son dos et arrêtais de penser à tout ce qui pourrait lui arriver si je n’étais pas à ses côtés. C’était difficile pour moi de le laisser avec une autre personne sans que je sois présente, mais je faisais des efforts pour ne pas lui rendre la vie impossible et la mienne aussi par la même occasion.

La voix de mon copain me sortie de mes pensées quand il affirma qu’il n’était pas en sucre et donc je n’avais pas à m’inquiéter de la sorte en craignant lui faire mal. J’avais donc champ libre tant que je ne touchais pas à son visage, je fis la moue tout en songeant que c’était une faible consolation. Puis Jai vint à me demander si je savais pourquoi il m’aimait, je le fixais avec curiosité et surprise tandis qu’il poursuivit en affirmant que c’était parce que j’étais toujours en train de m’inquiéter pour tout le monde et qu’il trouvait ça très « mignon ». Je fis la moue tout en songeant que ce n’était pas vraiment ce que j’espérais entendre, pour ma part je trouvais ça légitime de s’inquiéter pour les personnes auxquelles on tenait.

Ça va que ton visage n’est pas la partie la plus importante de ton anatomie me moquais-je gentiment. C’est normal de s’inquiéter pour ceux auxquels on tient, toi aussi tu t’inquiètes pour tes proches constatais-je simplement. Tu aurais pu dire que tu m’aimais parce que j’étais incroyablement géniale et dotée d’un esprit très vif sans compter sur mon regard de déesse remarquais-je d’un ton faussement sérieux. Moi je t’aime parce que ta présence rend mon monde beaucoup plus rassurant murmurais-je doucement. Et parce que tu es riche aussi, il ne faut pas se mentir me sentis-je obligée de rajouter en souriant.

Je plongeais mon regard dans ses yeux tout en réalisant que je me sentais incroyablement bien. J’avais enfin retrouvé le contrôle de ma vie, je me sentais heureuse entourée des personnes que j’aimais et réalisant le boulot qui me faisait vibrer. Tout allait bien et je n’essayais de ne pas penser à ce qui pourrait aller de travers. J’avais déjà surmonté l’horreur une première fois je pourrais très bien le faire de nouveau, mais j’espérais que cette fois le destin irait s’acharner sur quelqu’un d’autre.

__________________

« And I will stay up through the night Let's be clear, won't close my eyes And I know that I can survive I'll walk through fire to save my life It's hard to lose a chosen one But you won't see me fall apart 'Cos I've got an elastic heart »
Revenir en haut Aller en bas
Jai Myers
Bad boy ✗
avatar

Messages : 77
Loisirs : être le copain officiel
Age : 30
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Boxeur
Enfant(s): Aucun
€: Riche
MessageSujet: Re: Le combat foireux [Jai]   Dim 25 Déc 2016 - 3:18

Shae réalisa que mon visage n’était pas forcément la partie la plus intéressante de mon corps. Je ne pu m’empêcher de rire légèrement tout en pensant qu’elle n’était vraiment pas croyable quand elle s’y mettait. J’étais néanmoins persuadé qu’elle ne se serait même pas attardé sur mon cas si je n’avais pas été attirant physiquement parlant, c’est pourquoi j’étais persuadé que ma tronche était presque aussi importante qu’une certaine autre partie de mon anatomie comme elle le disait si bien. Dans tous les cas, tout ça n’enlevait rien au fait qu’elle trouvait assez légitime de se préoccuper des êtres chers, elle constata que j’étais pareil avec les personnes auxquelles je tenais et elle n’avait pas tort. Son cas était cependant particulier parce qu’elle s’avérait être encore plus attentionnée que moi et pour être franc j’aimais beaucoup savoir que je pouvais compter sur elle à ce point.

N’empêche que tu ne te serais sans doute pas préoccupée de moi si j’avais eu un visage repoussant. Notais-je en souriant en coin. Pas autant que toi, il suffit de voir comment tu te comportes avec Mae. Enfin toutes les mères se comportent peut-être de la même manière avec leurs progénitures mais je te trouve incroyable. Ajoutais-je sincèrement en faisant référence à notre deuxième partie de conversation.

Quoiqu’il en soit, elle regrettait de ne pas avoir été davantage complimentée à propos de ces facultés intellectuelles et de ses caractéristiques physiques. Je fis mine d’être désespéré tandis qu’elle ajoutait m’aimer également mais plutôt parce que que je lui donnais une sensation de sécurité au quotidien. Je glissais alors ma main sur sa joue et plongeais mon regard dans le sien en réalisant que c’était sans doute la première fois qu’elle me confier ses sentiments aussi ouvertement. J’étais bien conscient de compter pour elle et d’avoir mon importance dans sa vie mais l’entendre de sa bouche était différent. Je me sentais vraiment à ma place dans cette relation et c’était apaisant. Si j’avais au début redouté de jouer les remplaçants ou de ne pas forcément être à l’aise vis-à-vis de Mae et bien il n’en était aujourd’hui plus rien. Shae me tira néanmoins de mes constations lorsqu’elle ajouta être également attachée à moi pour mon argent, je levais aussitôt les yeux au ciel et secouais désespérément la tête.

Je me doutais que tu ne serais pas satisfaite par ma petite confidence, je te donne la moitié de mon bras et toi tu prends tout ! Constatais-je sur un ton amusé. Quelle femme matérialiste, c’est lamentable miss James. Remarquais-je faussement outré. En tout cas merci d’être restée et d’être venue, je suis content que tu sois là parce qu’au moins je ne suis pas en train de déprimer dans un coin lorsque tu es nue dans ma douche. Conclus-je en esquissant un sourire.

__________________


C'est sûr que personne ne peut savoir de quoi demain sera fait. Il y a tellement d'histoires, tiens rien que la fameuse légende urbaine du gars qui sort s'acheter des clopes et qui se prend une caisse en bas de chez lui parce qu'il regarde son téléphone.
Revenir en haut Aller en bas
Shae James-Hudson
Cheeky girl ღ
avatar

Messages : 674
Loisirs : Etre heureuse
Age : 28
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Chirurgien(ne)
Enfant(s): Deux
€: Riche
MessageSujet: Re: Le combat foireux [Jai]   Lun 26 Déc 2016 - 0:26

J’haussais les sourcils d’un air étonné quand Jai vint à affirmer que s’il n’avait pas eu un joli minois je ne me serais jamais intéressée à lui, comme si le jour où nous nous étions rencontrés il était à son avantage ! J’allais d’étonnement en étonnement étant donné que par la suite mon copain affirma que j’étais quelqu’un d’encore plus attentionné que la moyenne. Visiblement il trouvait que ma manière de m’occuper de Mae était incroyable, je le fixais quelque peu décontenancée en me disant que la plupart des mamans en faisaient de même. Du moins toutes les mamans que j’avais d’en mon entourage étaient très à l’écoute de leur enfant et je n’avais pas l’impression d’en faire plus que d’autres. Enfin j’avais peut-être tendance à couver davantage Mae, mais j’essayais de ne pas trop en faire avec lui pour qu’il finisse avec un sale caractère d’enfant pourrit gâté.

Tu veux que je te rappelle l’état de ta tête le jour où on s’est rencontrés ? Ça faisait juste plus d’un mois que je ne m’étais pas envoyée en l’air j’en avais besoin affirmais-je simplement. Ce n’est pas pareil, j’ai passé beaucoup de temps toute seule avec Mae, et puis comme il n’a plus son père j’essaye de faire le maximum pour lui. Ça serait pareil pour tout le monde dans notre situation, et puis autour de moi je trouve qu’il n’y a que des mamans formidables assurais-je sur un ton léger.

Je me mis à rire quand Jai nota que ses louanges à mon égard ne seraient pas suffisantes pour moi, selon lui il m’offrait un bout de son bras et je prenais la totalité. Il me jugea ensuite de matérialiste étant donné que j’avais affirmé l’aimer aussi pour son argent, j’haussais les épaules tout en songeant qu’après tout j’avais l’habitude d’un certain confort de vie.  Dans tous les cas Jai semblait très heureux du fait que je sois venue le retrouver ce soir après son match, il jugeait que ma présence lui permettait d’éviter de déprimer dans un coin étant donné que j’étais nue avec lui sous la douche. J’esquissais un sourire et ne le quittais pas du regard en songeant que malheureusement nous n’allions pas pouvoir en faire grand chose ce soir.

Il faut savoir en exiger beaucoup dans la vie assurais-je en rigolant. Quoi ? Je suis habituée à un certain mode de vie, puis contrairement à d’autres nanas que tu pourrais fréquenter je ne vais pas aller utiliser ton argent pour m’acheter des chaussures ou pour me refaire les seins affirmais-je d’un air entendu. A votre service Monsieur, dommage qu’on ne puisse rien faire de ces deux corps nus murmurais-je d’un air déçu en glissant mes lèvres dans son cou.

__________________

« And I will stay up through the night Let's be clear, won't close my eyes And I know that I can survive I'll walk through fire to save my life It's hard to lose a chosen one But you won't see me fall apart 'Cos I've got an elastic heart »
Revenir en haut Aller en bas
Jai Myers
Bad boy ✗
avatar

Messages : 77
Loisirs : être le copain officiel
Age : 30
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Boxeur
Enfant(s): Aucun
€: Riche
MessageSujet: Re: Le combat foireux [Jai]   Lun 26 Déc 2016 - 1:08

Je grimaçais légèrement quand Shae me demanda si j’avais besoin d’une piqûre de rappel à propos de notre première rencontre. Elle enchaîna en sous-entendant que ça n’était pas mon physique qui l’avait séduite mais plutôt ce que j’avais entre les jambes étant donné qu’elle était en manque à cette période. Je ne pu m’empêcher de lever les yeux au ciel en réalisant que les nanas n’étaient parfois pas beaucoup mieux que certains mecs. Je me souvenais parfaitement de la manière dont s’étaient déroulés les évènements, Shae s’était pointée à toute vitesse chez moi, nous avions couché ensembles avant qu’elle ne reparte aussi vite qu’elle était arrivée. Je reconnaissais néanmoins que j’avais été rassuré que les choses se soient passées ainsi au tout début de notre histoire, je ne m’attendais pas à vivre quelque chose de sérieux avec une fille et j’espérais plutôt pouvoir profiter de son corps sans me prendre la tête. Les choses avaient cependant pris une tournure différente après quelques semaines et aujourd’hui j’en étais très satisfait.

Pour ce qui était de sa relation avec Mae, ma copine m’expliqua qu’elle avait passé une grosse période seule avec lui, ce qui expliquait leur proximité. Elle devait également tenter de combler le vide que le père de Mae avait laissé derrière lui après sa mort, il avait été nécessaire qu’elle lui apporte toute l’attention dont il avait besoin tout en jouant le rôle des deux parents. Dans tous les cas elle estimait que toute personne vivant la même situation aurait agi de la même manière avec son enfant et au-delà de tout ça elle considérait que toutes les autres mamans de son entourage étaient tout autant incroyables. Je me mis donc tout naturellement à réfléchir aux autres mères qu’elle côtoyait et que je connaissais. La femme m’ayant le plus frappé était sans aucune hésitation madame James, j’aurais sûrement apprécié d’avoir une figure maternelle aussi gentille dans ma vie.

Oh allez j’avais juste un peu de sang sur le visage et puis tu as reconnu que j’étais mieux une fois clean. En tout cas, si un jour on te demande dans quelles circonstances on s’est rencontrés tu pourras dire que je n’ai été qu’un simple pénis rythmant ton quotidien. Lâchais-je en rigolant. La tienne est top en tout cas, tu as beaucoup de chance de l’avoir dans ta vie. Assurais-je ensuite.

Pour ce qui était de ma remarque à propos du fait qu’elle profitait un peu trop de ma bonté, elle se contenta simplement de rétorquer qu’il était nécessaire d’être exigeant dans la vie. Elle ajouta que je n’avais pas trop à me plaindre étant donné qu’elle ne dépensait pas mon fric dans la chirurgie esthétique ou dans les fringues contrairement à d’autres énergumènes. Je hochais la tête comme si tout ça était parfaitement légitime et l’écoutais se plaindre de ne rien pouvoir faire de nos corps nus. J’appréciais néanmoins ses baisers dans mon cou et glissais lentement mes mains le long de ses hanches tout en pensant que j’aurais beaucoup aimé que nous puissions aller plus loin ce soir.

Tu parles. Enfin tu as raison, j’ai de la chance que tu ne me dépouilles pas trop et puis de toute façon je trouve que tes seins sont parfaits comme ils sont, inutile de tout gâcher. Déclarais-je sur un ton faussement sérieux. Désolé, j’en ai très envie aussi mais j’ai peur de ne plus savoir me relever demain en jouant avec le feu. Je me rattraperais, promis. Soufflais-je avant de l’embrasser doucement.

__________________


C'est sûr que personne ne peut savoir de quoi demain sera fait. Il y a tellement d'histoires, tiens rien que la fameuse légende urbaine du gars qui sort s'acheter des clopes et qui se prend une caisse en bas de chez lui parce qu'il regarde son téléphone.
Revenir en haut Aller en bas
Shae James-Hudson
Cheeky girl ღ
avatar

Messages : 674
Loisirs : Etre heureuse
Age : 28
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Chirurgien(ne)
Enfant(s): Deux
€: Riche
MessageSujet: Re: Le combat foireux [Jai]   Lun 26 Déc 2016 - 2:36

Jai pensait que la petite quantité de sang qu’il y avait sur son front lors de notre rencontre n’était rien surtout après que j’ai reconnu qu’il était mieux sans rien. Il poursuivit en affirmant que si jamais on me demandait qu’elle était notre relation au moment de notre rencontre je pourrais toujours affirmer qu’il était « un simple pénis rythmant mon quotidien ». J’éclatais aussitôt de rire tout en imaginant la tête de mes proches si je venais à leur sortir ça, enfin après tout il n’avait pas tort c’est bien ce qui m’intéressait chez lui au début. La discussion dévia de manière assez étrange et inattendue sur ma mère quand Jai affirma qu’elle était géniale et que j’avais beaucoup de chance de l’avoir dans ma vie. J’esquissais un sourire et le fixais d’un air amusé tout en songeant que ma mère avait toujours un franc succès chez mes copains et ceux de Phoebe.

Oui enfin tu n’envoyais pas du rêve non plus… Et j’étais très satisfaite de ton rôle, tu le complétais parfaitement bien affirmais-je sans cesser de rigoler. Quoi tu ne vas pas te mettre aussi à aimer ma mère ! Pourquoi elle plait toujours autant ! Remarquais-je en me rappelant d’à quel point Aaron pouvait l’apprécier.

Dans tous les cas Jai semblait plutôt d’accord sur le fait que je n’étais pas trop du genre à lui retirer tout son argent, il jugeait par ailleurs que mes seins étaient très biens et qu’il n’y avait rien à retoucher. Je baissais mon regard vers ma poitrine et la fixais un instant tout en songeant qu’à une époque je l’avais trouvé trop grosse, mais finalement j’avais réussi à faire avec et puis maintenant je n’y portais pas trop attention. Enfin dans tous les cas ma poitrine ne me permettait pas de toute décrocher étant donné que Jai me rembarra quelque peu, je poussais un soupire et répondis à son baiser avec ennui avant de me détacher de lui pour aller me savonner.

Comment ça « pas trop » ? Je ne te coûte rien du tout oui affirmais-je. Oui ça va, je les trouvais un peu trop gros à une époque mais bon, on s’y fait songeais-je à voix haute. Je passe ma vie à être insatisfaite, mon prochain copain devra avoir un boulot dans un bureau comme ça je serais sûre de pouvoir en profiter autant que je voudrais affirmais-je en glissant du shampoing dans mes cheveux.

__________________

« And I will stay up through the night Let's be clear, won't close my eyes And I know that I can survive I'll walk through fire to save my life It's hard to lose a chosen one But you won't see me fall apart 'Cos I've got an elastic heart »
Revenir en haut Aller en bas
Jai Myers
Bad boy ✗
avatar

Messages : 77
Loisirs : être le copain officiel
Age : 30
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Boxeur
Enfant(s): Aucun
€: Riche
MessageSujet: Re: Le combat foireux [Jai]   Lun 26 Déc 2016 - 3:22

Je fis mine d’être vexé quand Shae déclara que je n’étais pas forcément canon le soir où nous avions fait connaissance, avec ou sans le sang j’étais toujours amoché malgré les soins et elle n’avait pas forcément tort sur ce point. En résumé je me retrouvais toujours gonflé et assez repoussant à la fin de l’histoire, tout ça parce que il m’arrivait d’être trop mauvais en défense et qu’il était de ce fait assez fréquent de me voir rentrer avec un œil au beurre noir ou une balafre. Heureusement ma copine trouvait que je m’étais plutôt bien débrouillé pour la satisfaire comme il le fallait durant les premières semaines suivants notre rencontre et si j’en croyais ses paroles les mauvaises impressions du début avaient vite été effacées. Je fus néanmoins un peu tracassé en notant qu’elle avait employé un temps du passé pour parler de la manière dont je « complétais mon rôle », insinuait-elle que ça n’était plus le cas aujourd’hui ? En tout cas pour ce qui était de sa mère, ma copine ne sembla pas surprise de constater que je l’appréciais et c’était même chose courante mais je n’en étais pas étonné.

Je ne voulais pas être trop parfait dès le premier soir, tu te serais sentie menacée sinon et nous n’en serions pas là. Et puis de toute façon il fallait juste que mes attributs fonctionnent, j’ai eu de la chance ! D’ailleurs pourquoi « complétais » ? Ce n’est plus ce que tu penses ? Lui demandais-je curieusement. Elle plaît parce qu’elle est super gentille avec tout le monde, enfin je n’ai pas trop les moyens de pouvoir comparé mais tout le monde devait vous envier. Ajoutais-je avec entrain.

Je ne pu m’empêcher de rire quand Shae s’étonna que j’emploie le terme « pas trop » vis-à-vis du fait que j’utilisais mon argent pour elle, elle s’exclama que je n’avais pas besoin de débourser quoique ce soit pour elle. Pour ce qui était de sa poitrine, elle m’informa qu’elle trouvait cette dernière un peu trop imposante quelques temps plus tôt mais qu’aujourd’hui elle était habituée et Dieu heureusement qu’un chirurgien n’était pas passé par là parce que cette opération aurait vraiment été du gâchis. Ma petite-amie termina par se lamenter du fait qu’elle n’était pas jamais contentée comme il le fallait et qu’elle exigeait que son prochain mec bosse dans un bureau pour pouvoir être toujours apte à s’envoyer en l’air.

En même temps tu es chirurgienne, j’aurais été surpris que tu aies besoin de mon argent. Remarquais-je en rigolant légèrement. N’importe quoi ! Heureusement que tu n’as rien fais. Me réjouis-je par la suite. Oh pauvre petite Shae, laisse-moi me rendre utile autrement. Suggérais-je en la laissant terminer de se shampouiner tandis que j’attrapais le gel douche pour lui masser lentement les épaules.

__________________


C'est sûr que personne ne peut savoir de quoi demain sera fait. Il y a tellement d'histoires, tiens rien que la fameuse légende urbaine du gars qui sort s'acheter des clopes et qui se prend une caisse en bas de chez lui parce qu'il regarde son téléphone.


Dernière édition par Jai Myers le Mar 27 Déc 2016 - 0:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shae James-Hudson
Cheeky girl ღ
avatar

Messages : 674
Loisirs : Etre heureuse
Age : 28
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Chirurgien(ne)
Enfant(s): Deux
€: Riche
MessageSujet: Re: Le combat foireux [Jai]   Lun 26 Déc 2016 - 22:27

Je secouais la tête et levais les yeux au ciel quand Jai affirma qu’il n’avait pas voulu être trop parfait quand nous nous étions rencontrés pour la première fois de peur que je me sente menacée. Il s’inquiéta par la suite qu’il ne remplisse plus ses fonctions étant donné que j’avais employé l’imparfait. Bon à vrai dire c’est juste que son « statut » avait évolué, je n’attendais plus les mêmes choses de lui qu’à l’époque où nous nous étions rencontrés, et vu la lutte qu’il m’avait fait à ce sujet j’aurais pensé qu’il aurait fait le lien tout seul. Quand je disais que se faire taper dessus à longueur de journée impactait son cerveau, il allait terminer en limace, songeais-je en soupirant. Jai me tira de mes pensées quand il remarqua que si ma mère plaisait autant c’était tout simplement parce qu’elle était gentille avec tout le monde. Oui je ne pouvais pas nier que ma mère était très amicale, mais elle avait cet espèce d’aura qui séduisait tout le monde, je ne savais pas trop comment elle se débrouillait, mais il était certain que Noah en avait hérité.

Jai vint ensuite à dire que tout le monde devait nous envier pour avoir une mère comme elle. Je le fixais silencieusement en songeant qu’il faisait sûrement différence à sa propre mère. Il m’en avait parlé à demi mot quelques fois, mais je ne savais pas grand chose d’elle hormis qu’il ne la portait pas trop dans son coeur et qu’elle était morte. Il avait très tôt dû s’assumer tout seul et travailler pour gagner de l’argent dans l’espoir de pouvoir prendre son frère en charge et le faire sortir du foyer.

Menacée par tes gros biceps et tes yeux bleus ? Lui demandais-je amusée. Non, juste que maintenant tu as un autre rôle, enfin pour le coup ce soir, si tu ne complètes pas très bien ton rôle ajoutais-je en prenant un faux air agacé. Elle a ce truc bizarre qui attire tout le monde comme Noah constatais-je en fronçant légèrement les sourcils. On m’a jamais fait de remarque là-dessus les personnes que j’ai pu côtoyer avaient aussi des parents comme les miens murmurais-je. Elle te manque ? Demandais-je doucement.

Mon copain affirma qu’étant donné mon métier il aurait été étonnant que j’ai besoin de son argent. Il est vrai que je gagnais plutôt bien ma vie maintenant que j’avais retrouvé mon ancien poste, mais à l’époque où j’étais à San Francisco j’avais dû mal à joindre les deux bouts toute seule. A présent j’avais repris quelque peu les opérations, j’essayais de ne pas trop me brusquer et heureusement je parvenais à reprendre mes marques doucement. Je me mis à rire quand Jai s’enthousiasma que je n’ai rien fait à ma poitrine à l’époque où je la trouvais trop grosse, je commençais à croire que ma poitrine plaisait plutôt bien étant donné qu’Aaron avait eu la même réaction à l’époque.

Et encore je fais du trauma ! Il faut voir ce que touche les chirurgiens neuro et plastiques marmonnais-je agacée. Tu ne vas pas comparer un massage des épaules avec une partie de jambes en l’air quand même remarquais-je en rigolant légèrement en me laissant toutefois faire.

__________________

« And I will stay up through the night Let's be clear, won't close my eyes And I know that I can survive I'll walk through fire to save my life It's hard to lose a chosen one But you won't see me fall apart 'Cos I've got an elastic heart »
Revenir en haut Aller en bas
Jai Myers
Bad boy ✗
avatar

Messages : 77
Loisirs : être le copain officiel
Age : 30
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Boxeur
Enfant(s): Aucun
€: Riche
MessageSujet: Re: Le combat foireux [Jai]   Mar 27 Déc 2016 - 1:26

Shae se moqua quelque peu de moi en s’étonnant qu’elle puisse se sentir menacée par mes « gros biceps » et mes yeux bleus. Un rictus se dessina aussitôt sur mes lèvres et je fus forcé de hocher la tête d’un air entendu, bon dans l’état actuel des choses je reconnais que je ne devais pas être l’homme le plus inquiétant du monde mais j’allais vite me retaper pour que les choses rentrent dans l’ordre. Elle m’informa ensuite que j’avais maintenant un nouveau rôle dans sa vie et j’étais plutôt heureux de l’entendre, ma copine regrettait quand même malgré tout que je ne puisse pas remplir l’ancien correctement en cet instant précis. Je me pinçais légèrement les lèvres tout en pensant que je risquais d’entendre longtemps parler de cette affaire, je ne pouvais rien au fait d’être inutilisable ce soir après tout… Heureusement le sujet dévia quand elle mentionna Noah qui avait la même aura que sa mère et avait le don d’attirer les gens constamment, j’esquissais un léger sourire tandis qu’elle enchaînait en notant que tous les parents qu’elle fréquentait étaient assez similaire, le tout avant de me demander si « elle » me manquait.

Je n’eus aucun de mal à deviner de qui elle voulait parler. Shae avait parfaitement compris que j’avais subtilement parlé de ma génitrice juste avant et je me doutais que notre histoire de famille devait un peu l’intrigué. Je ne lui en avais pas beaucoup parlé, je n’aimais pas l’amener dans nos conversations parce que j’estimais qu’elle appartenait au passé et qu’elle n’avait pas besoin de continuer à hanter mes discussions. Elle avait provoqué sa mort seule, ma mère était consciente des risques en buvant autant mais elle avait fait ce choix et maintenant elle n’était plus de ce monde alors je ne souhaitais plus lui accorder d’importance sous prétexte qu’elle était ma mère. Elle n’avait pas fait grand-chose pour mes frères et moi, nous nous étions pratiquement toujours débrouillés grâce à nos propres moyens, c’est pourquoi que je ne pouvais pas prétendre qu’elle me manquait.

De toute manière ils sont tous vraiment agréables dans ta famille, le feeling est plutôt bien passé et je me doute que vous ne devez pas avoir de mal à vous faire apprécier des autres. Déclarais-je en souriant. Je ne peux pas vraiment dire qu’elle me manque mais c’était ma mère et je l’aimais malgré tout, pourtant je n’étais pas attaché à elle. Elle savait qu’elle finirait par mourir en ingurgitant de telles doses d’alcool, elle a provoqué son décès alors j’ai préféré tourner la page et c’est beaucoup plus simple de faire comme si elle n’avait jamais existé. Lui révélais-je pensivement.

Je rigolais ensuite doucement quand Shae me rappela qu’elle n’était « que » chirurgienne en trauma et que son salaire aurait été bien plus conséquent en neuro ou dans la chirurgie plastique. Je haussais légèrement les épaules tout en pensant que l’on ne pouvait tout avoir et que l’essentiel était de s’épanouir dans son job. Pour ce qui était de mon petit massage, Shae ne me trouvait pas très juste. Elle aurait amplement préféré une bonne partie de jambe en l’air plutôt que ça mais heureusement elle ne m’envoya pas balader pour autant. Je continuais donc de la masser docilement tout en descendant lentement le long de son dos.

On s’en fou, tu te serais peut-être ennuyée dans d’autres spécialités. Tu ne gagnes peut-être pas le meilleur salaire mais tu es épanouie dans ton boulot, c’est l’essentiel. Précisais-je plutôt certain de ce que j’avançais. Je verrais ce que je pourrais faire pour toi une fois qu’on sera couchés. Finis-je par capituler en me penchant légèrement pour embrasser sa joue.

__________________


C'est sûr que personne ne peut savoir de quoi demain sera fait. Il y a tellement d'histoires, tiens rien que la fameuse légende urbaine du gars qui sort s'acheter des clopes et qui se prend une caisse en bas de chez lui parce qu'il regarde son téléphone.
Revenir en haut Aller en bas
Shae James-Hudson
Cheeky girl ღ
avatar

Messages : 674
Loisirs : Etre heureuse
Age : 28
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Chirurgien(ne)
Enfant(s): Deux
€: Riche
MessageSujet: Re: Le combat foireux [Jai]   Mar 27 Déc 2016 - 2:22

Je fis la moue quand Jai affirma que nous devions tous être du genre à nous faire apprécier dans la famille, et bien à vrai dire je n’étais pas persuadée que mon père et moi soyons très appréciés en général. Enfin j’avais bien compris que je ressemblais plus à mon père qu’à ma mère, au contraire Noah était une copie conforme de maman et moi j’étais mon père, il n’y avait que Phoebe qui était un savant mélange des deux. En général je dirais qu’elle ressemblait plus à maman, mais elle avait son petit caractère aussi, on ne pouvait pas vraiment la coller à l’un ou l’autre, contrairement à Noah et moi. Dans tous les cas j’étais bien contente de ne pas être comme Noah, attirer les gens comme des mouches devait être fatigant à longueur de journée.

Jai m’avoua ensuite qu’il n’était pas certain que sa mère lui manque réellement, elle restait sa mère mais ce qu’elle avait pu faire l’avait beaucoup blessé et il préférait faire comme si elle n’avait jamais existé. J’hochais la tête d’un air entendu et baissais le regard en songeant à cette question de l’oubli. A vrai dire avec le temps on arrivait facilement à oublier les personnes qui avaient pu faire notre quotidien, plus le temps passait et moins je pensais à Aaron. J’en venais à oublier des choses idiotes et quand j’y repensais ça pouvait me faire peur. Récemment je repensais à notre maison, à vrai dire je passais devant à chaque fois que je rendais visite à mes parents, mais j’avais oublié les détails de certaines pièces alors que j’y avais vécu des années.

Mouais, je ne suis pas sûre que mon père et moi soyons très appréciés en général, ni ma soeur Phoebe, mais c’est un peu différent pour elle je pense assurais-je pensivement. J’ai toujours été très consciente de la chance que j’avais d’avoir une famille comme la mienne, ça doit être difficile de se construire quand on a pas un entourage stable assurais-je. Tu t’en es bien sortie en tout cas, et tu t’occupes très bien de Jacob, il a intérêt à te le rendre quand il dirigera une multi-nationale affirmais-je doucement. C’est bizarre comment des personnes qui on fait notre quotidien peuvent disparaître de notre mémoire ajoutais-je en posant mon regard sur le sien.

Par la suite Jai affirma qu’on s’en fichait que les plastiques et neurologues s’en sortaient avec une meilleure paye que moi à la fin du mois, je fronçais les sourcils tout en songeant que non on ne s’en fichait pas, ils m’agaçaient avec leur air supérieur quand ils se pavanaient dans les couloirs ! J’étais néanmoins satisfaite de la petite promesse que me fit Jai en me laissant rêveuse.

Non on ne s’en fiche pas ! Ce sont des pauvres types dans des boulots planqués « nana le cerveau c’est compliqué », c’est le leur qui ne l’est pas assez sifflais-je agacée. Ha ! J’ai hâte de voir ça alors affirmais-je enthousiaste en coupant l’eau de la douche pour sortir de la cabine.

__________________

« And I will stay up through the night Let's be clear, won't close my eyes And I know that I can survive I'll walk through fire to save my life It's hard to lose a chosen one But you won't see me fall apart 'Cos I've got an elastic heart »
Revenir en haut Aller en bas
Jai Myers
Bad boy ✗
avatar

Messages : 77
Loisirs : être le copain officiel
Age : 30
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Boxeur
Enfant(s): Aucun
€: Riche
MessageSujet: Re: Le combat foireux [Jai]   Mar 27 Déc 2016 - 2:56

Je fus un peu étonné d’apprendre que Julian et Shae étaient moyennement appréciés par les étrangers, visiblement Phoebe n’était pas plus aimée que ça non plus mais à première vue je ne l’avais pas non plus trouvée particulièrement désagréable. En ce qui concernait le père de ma copine j’avais bien noté sa réserve lors de notre première rencontre, c’était davantage Mike qui s’exprimait pour eux deux mais le pilote avait terminé par se dérider au fur et à mesure de la discussion. Le courant avait continué de bien passer lorsque nous avions fini par nous recroiser alors je ne comprenais pas trop pourquoi il était plus à l’écart que les autres. Il en était d’ailleurs de même pour la sœur de Shae, elle était certes un peu froide aux premiers abords mais elle se détendait assez facilement pendant une conversation. Enfin j’imaginais que leurs expressions de visage devaient en refroidir certains qui se fiaient un peu trop aux apparences mais le père et ses filles étaient comme ça après tout et ça n’était pas plus gênant que deux autres personnes trop « attirantes », il en fallait pour tous les goûts après tout.

Par la suite, ma petite-amie se mit à me flatter en m’assurant que j’avais une situation plutôt correcte pour quelqu’un issu d’un milieu comme le mien. Elle complimenta également ma façon d’élever Jacob et souhaitait qu’il me remercie du mieux possible lorsqu’il serait devenu patron d’une multinationale. Je ne pu m’empêcher de rire et hochais vivement la tête tout en pensant que j’adorerais voir mon frère réaliser ses rêves et être nommé à la tête d’une grande entreprise. Il était même capable de développer la sienne et j’avais hâte de voir ce que ses études donneraient par la suite. En tout cas Shae avait raison en affirmant qu’elle était chanceuse d’avoir grandi au sein de sa famille parce qu’elle était certaine qu’il était plus compliqué de s’épanouir en évoluant dans un foyer toxique. Elle conclut en m’informant que c’était assez étrange de voir que des personnes pouvaient s’effacer de notre mémoire alors qu’elles avaient fait partie du quotidien et pour le coup je savais qu’elle faisait entre autre référence à son défunt mari.

C’est parce que les gens ne prennent pas le temps de vous connaître, ils se rendraient compte que vous êtes tous très agréables malgré vos caractères différents. Assurais-je. On s’adapte et on fait le maximum pour s’en sortir. En ce qui nous concerne je ne pense pas que nous ayons de quoi nous plaindre, on a su rebondir comme il faut. C’est agréable d’entendre que je fais du bon boulot avec mon frère, j’espère que ça marchera pour lui. Finis-je par lui confier. C’est difficile d’entretenir des souvenirs quand tu n’as plus la possibilité d’en créer de nouveaux… Soufflais-je ensuite en faisant la moue.

Heureusement la discussion redevint plus légèrement quand Shae se plaignit de ses collègues chirurgiens trop imbus de leur personne. Elle avait vraiment une dent contre tous ces types et c’était assez amusant à entendre. En tout cas elle semblait très pressée de voir ce que j’allais lui proposer et ne perdit pas son reste avant de quitter la douche pour se sécher aussitôt. Je fus d’autant plus amusé par son impatience et lui emboîtais le pas avant que je ne me retrouve allongé sur le matelas en moins de temps qu’il n’en fallait pour dire « ouf ». Je tâchais de faire mon maximum mon satisfaire Shae et je fus plutôt heureux de constater qu’elle avait l’air de prendre son pied malgré le manque de rythme. Nos ébats ne durèrent néanmoins pas trop longtemps et nous finîmes par nous endormir paisiblement.

__________________


C'est sûr que personne ne peut savoir de quoi demain sera fait. Il y a tellement d'histoires, tiens rien que la fameuse légende urbaine du gars qui sort s'acheter des clopes et qui se prend une caisse en bas de chez lui parce qu'il regarde son téléphone.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le combat foireux [Jai]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le combat foireux [Jai]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Combat des Chixx!
» Un intrus sur nos terres ! Au combat ! (PV Tornade d'Azur)
» Un combat dans la NFL !!!!
» Quelques enseignements tirés de l’échec d’un combat moral
» L'Art du Combat ... [ Nuage de Flamme ] // End.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Boarding House Of Death :: Intrigue n°5-
Sauter vers: