AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tu sais fiston, de mon temps... [Noah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Julian James
Bonobo ❖
avatar

Messages : 469
Loisirs : être grincheux
Age : 54
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Pilote
Enfant(s): Trois
€: Riche
MessageSujet: Tu sais fiston, de mon temps... [Noah]   Lun 14 Mar 2016 - 1:43


Je fixais le moteur de la voiture quelques secondes avant de me tourner vers Noah pour lui demander de me passer un jeu de clés. Mon fils s'exécuta aussitôt et je préférais cette fois me concentrer sur l'outil que j'avais l'intention d'utiliser. Cependant je décidais finalement de confier cette tâche à mon assistant du moment afin qu'il se débrouille tout seul, après tout d'ici quelques jours je ne serais plus là pour le conseiller ou faire les choses à sa place alors il était temps que Noah vole de ses propres ailes même si j'avais de mon côté beaucoup de mal à le laisser agir de lui-même et pour le coup il n'était plus seulement question de mécanique. Peut-être que j'étais trop sur son dos, que je ne le laissais pas suffisamment livré à lui-même mais c'était plus fort que moi, je voulais qu'il réussisse. Qu'il arrive au bout de ses rêves tout comme j'avais pu le faire quelques années plus tôt. J'avais encore du mal à croire que bientôt Noah serait à ma place, il allait forcément être ma relève un jour ou l'autre et j'avais hâte de pouvoir le voir malgré mes appréhensions. Je n’essayais même pas de valoriser Noah parce qu'il était mon fils, je le voyais régulièrement à l’œuvre et sa manière de conduire prouvait qu'il n'avait finalement pas grand-chose à apprendre. Il manquait peut-être de maturité et sa jeunesse finissait par se ressentir sur le circuit mais il décrocherait forcément une place parmi les meilleurs dans quelques temps et Mercedez le savait parfaitement.

Tout ce que j’espérais, c'était que son manque de maturité ne lui porterait pas trop préjudice. Pour être honnête j'avais confiance en Noah, je savais qu'il ne ferait pas l'idiot mais le moindre faux-pas serait remarquer et dans ce milieu aucun jeune ne pouvait se le permettre. J'avais vécu cette même « angoisse » lorsque je m'occupais de Jake qui était à mon goût trop jeune et trop dissipé pour parvenir à se faire un nom. Heureusement je m'étais trompé sur son compte et mon poulain de l'époque avait pu vivre quelques championnats sous le feu des projecteurs. Cependant les choses seraient encore différentes pour Noah, premièrement parce qu'il portait mon nom et la critique ne lui ferait pas de cadeau. J'aurais préféré qu'il puisse en être autrement pour mon fils mais les choses étaient faites comme ça et je ne pouvais pas faire grand-chose pour l'aider, heureusement il était conscient de ce qui l'attendait et c'était l'essentiel.

J'aurais évidemment préféré pouvoir l'accompagner durant ses déplacements et l'épauler sur place mais j'étais tenu par mon contrat avec Mercedez, celui-ci me coinçait ici et je ne pouvais vraiment rien pour Noah. Et puis même si j'avais pu le suivre, les choses auraient été compliquées avec Ollie je n'aurais jamais pu me résoudre à la laisser toute seule ici, surtout pas avec Phoebe qui venait de quitter la maison. Et puis au delà de ce « détail », ma femme acceptait difficilement le départ de notre fils. Elle ne supportait pas vraiment l'idée de le savoir loin d'ici même si elle n'osait pas l'avouer, je savais aussi qu'elle me tenait pour responsable parce que j'avais incité Noah à se lancer dans cette voie en quelque sorte mais ça non plus elle ne l’admettrait pas de vive voix. Quoiqu'il en soit, notre fils aurait de toute manière dû se débrouiller seul lors de cette tournée, même si je resterais présent pour lui virtuellement parlant.

Alors, tes affaires sont prêtes ? L'interrogeais-je finalement alors qu'il bricolait sous le capot. Oh d'ailleurs, Olivia m'a téléphoné tout à l'heure, elle veut absolument que tu ailles la voir avant de partir. L'informais-je.

__________________



Dernière édition par Julian James le Lun 14 Mar 2016 - 22:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Noah James
Little Brother ☼
avatar

Messages : 47
Loisirs : Être champion du monde
Age : 24
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Pilote
Enfant(s):
€: Riche
MessageSujet: Re: Tu sais fiston, de mon temps... [Noah]   Lun 14 Mar 2016 - 14:18


Je fixais ma petite Suzie avec bienveillance tout en songeant que j’avais hâte de pouvoir la conduire sur les routes des différentes courses que j’allais concourir dès la semaine prochaine. Mon envol était prévu pour dimanche après-midi, je devais me rendre à Toronto pour la première course officielle du championnat des Etats-Unis de Formule 3, le tout était dispatché sur à peu près trois mois de compétition et si tout se passait bien je pourrais même concourir au Grand Prix de Pau et à l’Open du Brésil. La condition pour que je rejoigne l’écurie Mercedes-Benz en F1 était que je me classe dans les cinq premiers dans le classement général, mais je visais la première place quoi qu’il arrive. D’ici cinq mois je voulais avoir signé mon contrat chez Mercedes pour pouvoir commencer mes entraînements de F1 et rejoindre la compétition dès l’année prochaine, c’était trop tard pour cette année mais j’avais bien l’intention d’être le champion du monde de F1 l’année suivante, songeais-je avec joie en vérifiant la tenue du filtre à huile de ma Suzie.

Papa interrompit mes pensées en me demandant si mes affaires étaient prêtes tout en me faisant remarquer que tata Olivia voulait que j’aille la voir avant mon départ. J’hochais rapidement la tête tout en songeant que j’allais avoir pas mal de mon à visiter d’ici dimanche. J’avais eu une soirée avec mes amis du lycée hier soir, enfin avec ceux qui avaient pu revenir de l’université, et nous avions célébré mon départ comme il se devait et ce soir j’avais un repas chez Shae avec toute ma famille, demain j’allais finir mes préparatifs et visiter le reste des personnes que je n’avais pas pu voir avant de m’envoler après-demain pour Toronto [Donc là c’est vendredi].  

Oui il me reste juste à mettre les pantalons que maman a envoyé au pressing, d’ailleurs en parlant de ça quelqu’un a glissé une boîte de préservatifs dans ma valise, maman t’en a parlé ? Lâchais-je d’un ton soupçonneux. D’accord j’irai la voir demain après-midi et je passerai sûrement aussi voir tonton Jeff constatais-je en me rappelant vaguement qu’il m’avait envoyé un message pour me féliciter.

Je me demandais si j’allais avoir l’occasion de voir Logan avant mon départ, à vrai dire notre discussion d’hier s’était plutôt mal terminée et il était parti en claquant la porte après m’avoir avoué que Lily était dingue de moi. Cette histoire durait depuis un moment maintenant, mon cousin avait toujours eu un faible pour Lily qui repoussait plus ou moins ses avances, du coup je n’avais jamais vraiment su me positionner dans cette histoire et je me contentais de faire comme si de rien n’était depuis un bon moment maintenant. Sauf que Logan s’était mis dans la tête que Lily était amoureuse de moi pour je ne sais qu’elles raisons étant donné que moi je ne trouvais absolument pas qu’elle ait une quelconque marque d’affection à mon égard. Dans tous les cas j’étais très contrarié maintenant et je ne savais plus du tout quoi faire étant donné que rien de tout ça n’était ma faute.

Quand tu as fait tes premières courses tu n'étais pas avec maman ? Enfin tu ne laissais personne derrière toi en partant ? L'interrogeais-je en songeant que mon père pourrait peut-être m’aider. C'était difficile de laisser tes... amis derrière toi tout en gardant des liens avec eux ? Ajoutais-je sans vraiment trouver les mots. Enfin... Je me demande comment je suis censé garder contact et des liens avec des personnes qui seront loin de moi, qui ne vivront pas la même-chose et qui risquent de passer à autre chose terminais-je toujours aussi indécis.

__________________

Revenir en haut Aller en bas
Julian James
Bonobo ❖
avatar

Messages : 469
Loisirs : être grincheux
Age : 54
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Pilote
Enfant(s): Trois
€: Riche
MessageSujet: Re: Tu sais fiston, de mon temps... [Noah]   Lun 14 Mar 2016 - 22:47

Noah m'informa que tout était presque en ordre, il devait simplement attendre que ses bas reviennent du pressing pour pouvoir les glisser dans sa valise. Il ajouta néanmoins que « quelqu'un » s'était amusé à cacher une boîte de préservatifs dans ses affaires et me demanda donc si sa mère s'était donné la peine de m'en toucher un mot. J'esquissais aussitôt un sourire tout en imaginant parfaitement Ollie se glisser discrètement dans la chambre de Noah pour venir déposer un paquet de préservatifs entres ses vêtements mais évidemment elle n'avait pas jugé bon de m'en informer et préférait mener sa barque toute seule pour le coup. Enfin avec sa mère dans les parages, mon fils pouvait être certain qu'il n'aurait pas l'occasion d'oublier quoique ce soit, même pas une boîte de préservatifs. Dans tous les cas Noah m'informa ensuite qu'il irait rendre visite à sa tante dès le lendemain et décida d'en faire de même avec Jeffrey. Je hochais la tête d'un air entendu tout en pensant qu'ils seraient contents de le recevoir une dernière fois avant son départ, enfin surtout Olivia qui se faisait beaucoup de mourron pour Noah même si je n'arrêtais pas de lui répéter que tout se passerait bien. A vrai dire, passer une journée en compagnie d'Ollie et Olivia était très éprouvant ces derniers jours.

Non elle ne m'a rien dit mais tu sais qu'elle est très prévoyante... Enfin elle a raison, n'oublie pas de les utiliser si tu comptes fricoter là-bas. Le prévins-je sur un ton sérieux. Parfait. Assure bien à ta tante que tu ne pars pas pour toujours, je crois qu'elle l'a un peu oublié. Pauvre Tim... Réalisais-je amusé.

Après quoi mon fils décida de changer totalement de sujet pour m'interroger sur les circonstances de mon propre départ. Il me demanda de lui confirmer que j'étais bien célibataire avant de partir et que je ne laissais personne derrière moi. Je fronçais les sourcils face à cette question un peu curieuse et l'écoutais poursuivre, cette fois il s’inquiétait de savoir si j'avais souffert du fait de devoir quitter mes amis et surtout si j'avais été capable de conserver mes amitiés. Lui n'était pas forcément rassuré à l'idée de devoir se séparer de ses potes, il craignait de ne pas pouvoir entretenir ses relations correctement dans la mesure où il mènerait une vie totalement différente et clairement loin du quotidien de ses fameux amis. Sur ces derniers points il n'avait d'ailleurs pas tort, c'était difficile de conserver des relations lorsque nous partions à l'aventure de la sorte. Je l'avais vécu et c'était pour être franc c'était aussi ce qui m'avait encouragé à partir, Ollie avait décidé de me quitter pour vivre à Londres alors je n'avais pas grand-chose qui me retenait et j'avais été heureux de pouvoir changer d'air et m'éloigner de ce que j'avais connu en vivant à New-York.

Non j'étais tout seul, c'est pour ça que je suis parti. Je ne me suis jamais vraiment demandé ce que j'aurais fait si ta mère était restée auprès de moi à cette époque. Affirmais-je en fronçant les sourcils. Mais oui, j'ai perdu contact avec la plupart des gars. Mike venait me voir dès qu'il le pouvait mais c'était le seul, les autres avaient leurs propres vies à mener. Continuais-je pensivement. Écoute je ne vais peut-être pas te rassurer en te disant ça mais tu risques de ne plus parler autant avec tes amis une fois loin d'eux. Tu rencontreras d'autres gens avec les même centres d'intérêts que toi là-bas ou presque, ça t'aidera à avancer. Et puis si ça peut te réconforter, j'ai retrouvé presque tous mes amis lorsque je suis rentré. Assurais-je en souriant. Qui est-ce que tu as peur de perdre comme ça ? Lui demandais-je suspicieusement.

__________________

Revenir en haut Aller en bas
Noah James
Little Brother ☼
avatar

Messages : 47
Loisirs : Être champion du monde
Age : 24
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Pilote
Enfant(s):
€: Riche
MessageSujet: Re: Tu sais fiston, de mon temps... [Noah]   Lun 14 Mar 2016 - 23:20

J’haussais les sourcils quand papa remarqua que maman était toujours prévoyante, je me demandais pourquoi l’envie soudaine de me voir me protéger lui venait, enfin elle m’avait déjà fait la remarque plusieurs fois mais jamais elle n’était venue cacher des préservatifs dans mes affaires. Je me demandais d’ailleurs si ce n’était pas à cause de l’idée qu’elle se faisait de la F1 qu’elle avait fait ce genre de choses, je fixais mon père du coin de l’œil tandis qu’il remarquait qu’en effet je devais me protéger si jamais je comptais « fricoter » là-bas, je lui lançais un regard désabusé tout en songeant que je savais bien à quel point le préservatif était important, maman m’avait assez donné de cours sur le sujet. Dans tous les cas papa semblait plutôt content de savoir que j’allais visiter son frère et sa sœur d’ici mon départ, il me suggéra même quelques précautions envers ma tante qui était très paniquée à l’idée de mon départ, peut-être même plus que maman, ça se trouve j’allais repartir avec une boîte de préservatifs supplémentaire, songeais-je amusé.

C’est à cause de toi qu’elle est persuadée que les courses de monoplaces sont un lieu de débauche ? L’interrogeais-je en lui lançant un regard suspect. Parce que franchement je ne pense pas que ce soit en F3 que je trouve plein de nanas avec qui m’envoyer en l’air, y a même pas de pitbabes elle est au courant au moins ? Ajoutais-je.

Finalement ce que papa me dit ne me rassura pas du tout, il m’affirma que les choses avaient été différentes parce qu’il n’était justement pas avec maman et qu’il ne laissait pas grand monde derrière lui. De plus il avait plus ou moins perdu contact avec le reste du groupe, hormis Mike qui venait le voir de temps en temps. Papa ajouta que même si ce n’était pas ce que je voulais entendre je risquais en effet de ne plus avoir de contact avec mes amis, mais que c’était un mal pour un bien parce que j’allais rencontrer d’autres personnes qui auraient le même rythme de vie que moi et ce serait tout autant bénéfique pour moi. Je poussais un soupire tout en songeant que je n’avais pas pensé à tout ça avant de m’engager là-dedans, il avait fallu que je m’engueule avec Logan pour y penser et surtout que j’envisage le fait qu’ils passent tous à autre chose quand je reviendrai. Et si finalement Logan se mettait en couple avec Lily d’ici mon retour ? C’était tant mieux pour lui j’imagine… Je n’eus pas trop le temps de me torturer plus longtemps sur la question de papa me demanda qui est-ce que j’avais si peur de perdre en partant, je redressais le regard vers lui et haussais les épaules tout en songeant directement à Lily et à Logan. Et si tout ça était vrai ? Est-ce que mon absence la pousserait à se mettre avec Logan ?

Oui sauf que moi ce n’est pas pareil, toi tu avais maman qui était amie avec Juliet et le reste remarquais-je. J’en sais rien avouais-je à demi-mot. C’est Logan qui m’en veut parce qu’il dit que Lily est « dingue » de moi et comme il est dessus depuis au moins trois ans ça le fait chier, c’est une histoire qui traîne, mais moi je n’ai rien remarqué et Lily ne m’a jamais rien dit. Il se fait carrément des films lâchais-je en allant chercher un torchon pour essuyer mes mains pleines de cambouis. Ça m'emmerde de partir dans ces conditions conclus-je.

__________________

Revenir en haut Aller en bas
Julian James
Bonobo ❖
avatar

Messages : 469
Loisirs : être grincheux
Age : 54
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Pilote
Enfant(s): Trois
€: Riche
MessageSujet: Re: Tu sais fiston, de mon temps... [Noah]   Mar 15 Mar 2016 - 0:03

Je ne pu m'empêcher de rire jaune quand Noah me demanda si j'étais responsable des angoisses de sa mère, en effet celle-ci avait tendance à imaginer que le milieu de la course automobile était propice à la débauche. Mon fils remarqua donc que nous étions loin de cette « ambiance » en ce qui concernait les courses de F3, surtout dans la mesure où aucunes pitbabes ne défilaient sur le circuit et autour des pistes pour échauffer les esprits. Je ne pu m'empêcher de penser que l'absence de pitbabes était appréciable et j'avais hâte de pouvoir l'annoncer à Ollie maintenant que Noah venait de me rappeler ce point. Ces nanas en tenues légères nous rappelaient beaucoup trop l'épisode Maddy, certes elles n'étaient pas toutes aussi tordues mais les histoires que nous avions vécues à cause d'elle nous dégoûtait à jamais des filles dans son genre. J’espérais que mon fils saurait éviter les problèmes de ce type et qu'il pourrait vivre des compétitions beaucoup plus sereines que les miennes. Je me doutais qu'Ollie souhaitait la même chose et qu'elle s’inquiétait autant pour lui à cause de ce que nous avions vécus. Cependant j'avais aussi d'autres souvenirs bien meilleurs et c'était ceux-là que je voulais pouvoir un jour partager avec Noah.

Sûrement... Lâchais-je simplement. Oh ! J'avais complètement oublié que vous n'aviez pas droit aux pitbabes en F3, ta mère sera ravie de l'apprendre. Ajoutais-je tout sourire.

Quoiqu'il en soit je sentais bien que mon fils était réellement tracassé par toute cette affaire d'amitié ou je ne sais quoi. J'avais de mon côté l'impression qu'il se posait trop de questions, à ce rythme il finirait par quitter New-York avec plus d’inquiétudes que d'excitation et je n'étais pas certain que ce soit quelque chose bon pour lui. Il jugeait d'ailleurs que nos départs respectifs n'étaient pas comparables, lui ne pourrait pas se rattacher à quelqu'un comme j'avais pu le faire avec sa mère. Oui enfin c'était surtout grâce à Mike que j'avais pu garder mes amis, Ollie étant trop occupée à fréquenter son anglais. Quoiqu'il en soit, Noah décida finalement de lâcher le morceau et m'avoua qu'il s'était disputer avec le fils de Liam au sujet d'une fille. Visiblement cette fameuse Lily s'était amourachée de Noah alors que Logan aurait préféré qu'elle tombe amoureuse de lui. Cependant mon fils restait complètement perdu à propos de cette affaire puisqu'il ignorait depuis le début les fameux sentiments que cette nana avait soit-disant pour lui. C'est pourquoi il n'aimait pas devoir partir dans ces « conditions ». C'était donc une histoire de fille... J'aurais franchement dû m'en douter dès le départ.

Alors là tu te trompes, ta mère roucoulait avec l'anglais qu'elle était sur le point d'épouser. C'était Mike mon « ancre ». Je l'ai recroisée complètement par hasard. Affirmais-je. Pourquoi tu ne vas pas la voir avant de partir ? Et puis tu ne peux rien au fait que cette fille te préfère à Logan, c'est idiot de te faire la tête à cause d'une nana... Il finira bien par s'en remettre. Assurais-je ensuite. De toute façon même si elle t'avouait ses sentiments je suppose que ça ne changerait pas grand-chose pour toi, si? Terminais-je sur un ton interrogateur.

__________________

Revenir en haut Aller en bas
Noah James
Little Brother ☼
avatar

Messages : 47
Loisirs : Être champion du monde
Age : 24
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Pilote
Enfant(s):
€: Riche
MessageSujet: Re: Tu sais fiston, de mon temps... [Noah]   Mar 15 Mar 2016 - 22:50

Je ne pus me retenir d’esquisser un sourire quand papa avoua à demi-mot qu’il était effectivement responsable de la vision diabolisée que maman avait de la F1 et de la débauche qu’elle imaginait régner dans cet univers. A vrai dire je n’étais pas forcément étonné étant donné que j’avais grandis auprès d’une mère qui jugeait que la F1 était un sport des plus étranges et surtout très dangereux, enfin visiblement son hostilité n’était pas uniquement due à ce fait. Papa ne fit que confirmer mes pensées quand il nota que maman serait contente d’apprendre qu’il n’y avait pas de pitbabes en F3. Enfin je n’avais pas spécialement de chercher à en savoir plus, j’avais compris que mes parents avaient eu un passé chargé et le peu que j’en savais avait déjà été assez difficile à digérer pour moi. Tant qu’ils étaient heureux tous les deux c’était l’essentiel, moi je n’avais rien à y redire.

Tu lui diras que je ne suis pas comme toi affirmais-je d’un ton que je voulais neutre mais qui sonna assez sarcastique malgré tout. Elle n’a pas à sans faire, avec les leçons de féminisme de Shae j’ai bien compris que c’est très dégradant pour les femmes de se pavaner de la sorte et que c’est mal d’en profiter récitais-je en prenant un air entendu.

J’appris par la suite que ma mère n’avait pas vraiment été l’élément qui rattachait papa à ses amis, mais plutôt Mike, j’haussais les sourcils quand il le qualifia comme son « ancre », j’imagine que Mike aurait bien rigolé si il avait entendu ce terme. Je l’imaginais bien saisir papa pour faire mine de lui faire un câlin en assurant qu’il était aussi son ancre à lui. J’esquissais un sourire et secouais la tête en imaginant la scène tandis que papa m’avouait qu’il avait simplement recroisé maman par hasard, et bien ils avaient bien eu de la chance, songeais-je.
Mon père poursuivit en me suggérant d’aller voir directement Lily pour en parler avec elle avant mon départ, je fis les gros yeux et le fixais d’un air ahuri en me demandant si quelque chose lui était tombé sur la tête. Logan allait me tuer si il savait qu’en plus j’allais voir Lily, et si jamais elle m’avouait ressentir quelque chose pour moi qu’est-ce que j’étais censé faire ?

Enfin je trouverais ça étonnant, si elle avait vraiment des sentiments pour moi pourquoi elle ne m’en avait pas parlé avant ? Mais si c’était vraiment le cas je préférais justement qu’elle ait évité d’aborder le sujet. Tout d’abord parce que je ne saurais pas comment gérer les choses par rapport à Logan et aussi parce que je partais pour trois mois minimum, et si je réussissais c’est toute ma vie que je ferai à l’étranger. Je poussais un soupire tout en réalisant que c’était bien trop compliqué, je ne pouvais pas gérer une relation de la sorte. Je me repris soudainement tout en songeant que de toute manière il était impossible que j’ai une relation avec Lily. Je n’avais jamais rien ressentie à son sujet de toute manière, et elle non plus, Logan était en plein fantasme.

Il serait content de l’entendre Mike qu’il était ton “ancre” me moquais-je gentiment. T’es fou ! T’imagine qu’elle avoue qu’elle m’apprécie ? Ça sera vraiment la cata remarquais-je. Oui ça je suis bien d’accord, surtout que j’y peux rien moi, enfin c’est une affaire qui dure, il ferait mieux de tourner la page si elle ne veut pas de lui, c’est pas compliqué marmonnais-je agacé. Non bien sûr ! Je m’en vais de toute façon et je n’ai vraiment pas envie de me prendre la tête avec ça assurais-je d’un ton catégorique.

__________________

Revenir en haut Aller en bas
Julian James
Bonobo ❖
avatar

Messages : 469
Loisirs : être grincheux
Age : 54
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Pilote
Enfant(s): Trois
€: Riche
MessageSujet: Re: Tu sais fiston, de mon temps... [Noah]   Mar 15 Mar 2016 - 23:51

Je ne pu m'empêcher de relever le sarcasme dans la voix de mon fils, je ne savais pas ce qu'il était en train d'imaginer dans sa petite tête mais il se trompait complètement. D'accord j'avais fréquenté quelques filles après le départ d'Ollie en Angleterre et durant mes premières compétitions mais je n'avais pas non plus mener une vie « malsaine ». Tout d'abord parce que j'étais très préoccupé par mes courses : je me levais avec des monoplaces en tête, je mangeais monoplace et je retournais me coucher la tête remplie de monoplaces. Je n'avais clairement pas de temps à consacrer aux parties de jambes en l'air, les seules fois où je m'autorisais quelques écarts étaient quand on nous accordait plusieurs jours de repos entres les courses. Cependant je n'avais pas du tout envie de me justifier auprès de Noah à ce sujet, si Ollie n'avait jamais aimé la F1 c'était effectivement en partie de ma faute dans la mesure où elle gardait une mauvaise image de ce milieu, notamment à cause des différents problèmes que nous avions pu avoir à cause de ce sport et aussi parce que je n'avais pas pu lui cacher longtemps que je n'étais pas resté sexuellement inactif durant son absence alors forcément elle n'avait jamais pu se réconcilier avec tout ça mais j'étais loin d'être celui que mon fils avait l'air d'imaginer.

C'est quoi être « comme moi » ? Si tu insinues que je menais une vie de débauché, tu te trompes. C'est ta mère qui ne s'enlève pas cette idée de la tête. Affirmais-je en haussant les épaules. C'est sûr que tu n'aurais jamais pu devenir un macho dans notre famille mais c'est bien, tu as été bien appris. Me moquais-je ensuite gentiment.

Je me mis ensuite à rire lorsque Noah pointa du doigt le terme que j'avais employé pour qualifier Mike, moi je trouvais la métaphore plutôt convaincante après tout. C'était grâce à lui que j'avais pu garder les pieds sur Terre pendant toutes ces années, mais également une passerelle vers la « vie réelle ». Quand je rentrais à New-York j'étais juste Julian, pas le futur champion du monde ou le petit prodige de chez Mercedez. Pouvoir me comporter normalement avec mes amis m'avait très certainement aidé à ne pas craquer sous la pression médiatique, j'avais d'ailleurs davantage subit après la naissance de mes enfants et Ollie également puisque nous passions notre temps à être épiés à chacune de nos sorties. Dans tous les cas je voulais que Noah puisse compter sur nous pour être présents dans sa vie malgré la distance et surtout lui permettre de rester en phase avec la réalité. Cela dit, je reconnaissais que mon fils était beaucoup plus réfléchis que moi à l'époque et ce même si j'étais plus vieux que lui lorsque je m'étais lancé dans cette aventure alors je ne me faisais pas vraiment de soucis pour lui.

Quoiqu'il en soit Noah refusait catégoriquement d'aller parler à cette fille, il craignait qu'elle se soit réellement entichée de lui et pour lui ce serait un problème. Il ajouta qu'il ne contrôlait pas les sentiments de Lily, mon fils aurait préféré que Logan réussisse à tourner la page avec elle étant donné qu'elle ne l'aimait pas de la même manière et pouvoir régler cette affaire par la même occasion. Je hochais la tête doucement tout en pensant que c'était une situation bien compliquée et Noah n'était pas censé penser à ce genre de chose en ce moment même. Heureusement il restait censé et m'assura qu'il ne déciderait pas d'abandonner les courses pour se consacrer à cette nana si jamais elle venait à lui avouer ses sentiments.

J'en suis sûr, il adorerait la comparaison mais garde tout ça pour toi parce qu'autrement je vais en entendre parler pendant des siècles. Le prévins-je sur un ton faussement désespéré. Au moins tu seras fixé. Elle s'en remettra si tu lui dis que tu ne l'aimes pas ou alors elle t'attendra ça se discute. Lâchais-je songeur. Tu as raison, ne te prends pas trop la tête avec tout ça, Logan ne peut pas se passer de toi de toute façon je suis sûr qu'il t'appellera dès que tu auras quitté la ville. Conclus-je pour tenter de le réconforter.

__________________

Revenir en haut Aller en bas
Noah James
Little Brother ☼
avatar

Messages : 47
Loisirs : Être champion du monde
Age : 24
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Pilote
Enfant(s):
€: Riche
MessageSujet: Re: Tu sais fiston, de mon temps... [Noah]   Mer 16 Mar 2016 - 0:23

Papa voulu savoir ce que je sous entendais quand  je disais que je n’étais pas comme lui, il se protégea en assurant que maman se faisait des films et qu’il n’était pas du tout un débauché. Je lui lançais un regard septique tout en songeant que maman devait bien avoir ses raisons pour s’imaginer de telles choses de la part de papa et puis il suffisait de l’écouter parler avec Mike pour comprendre que ce n’était pas non plus un enfant de cœur. Enfin mon père était toujours en deux teintes, il y avait quand il était avec Mike et qu’il se la frimait et puis quand il était avec nous et qu’il jouait au père modèle. Sauf qu’on savait très bien que papa n’avait rien d’un père ordinaire et ce que nous avions appris il n’y a pas si longtemps de ça me rappelait à quel point j’en savais peu sur le passé de mon père. A vrai dire je l’avais toujours trouvé un peu différent des parents de mes amis, il faisait plutôt tâche durant les réunions de parents-élèves et je m’étais souvent demandé comme il avait pu conquérir quelqu’un comme maman qui ne venait clairement pas du même milieu que lui.

J’en sais rien, j’ai toujours appris qu’il fallait écouter maman lâchais-je amusé. Enfin j’imagine qu’elle ne s’est pas imaginée les faits ajoutais-je simplement en hochant les épaules. Puis franchement tu ne vas pas me faire croire que tu n’en n’as pas profité, enfin si c’est ce que tu voulais que je pense il fallait éviter de dire toutes ces choses quand il y avait Mike remarquais-je. Tu as ta réputation aussi, Julian James le ténébreux, t’étais le beau gosse de l’époque, y avait même ta tête sur des culottes terminais-je simplement. Tu as eu de la chance de tomber sur maman en tout cas, elle est clairement la meilleure assurais-je joyeusement.

J’esquissais un sourire quand papa me fit promettre de ne rien dire à Mike par rapport à la comparaison foireuse qu’il avait fait un peu plus tôt, j’imaginais bien le sourire béat de mon oncle si il venait à l’apprendre, mais j’allais le garder pour moi… Pour le moment, songeais-je amusé. Je fis la moue quand papa aborda de nouveau les choses sérieuses, il assura que je devrais vraiment aller voir Lily pour être fixé, et si jamais elle était vraiment amoureuse de moi alors elle s’en remettrait et sinon elle m’attendrait. Je fis de nouveau les gros yeux, comment ça elle m’attendrait ? Pour faire quoi ? Ça allait durer des années ! Mon père comprit néanmoins que j’étais plus préoccupé par Logan dans cette histoire et me fit remarquer que mon cousin reviendrait vite prendre de mes nouvelles quand j’aurais quitté la ville, je poussais un soupire et haussais les épaules.

D’accord je ne dirai rien promis-je en rigolant. Je ne veux pas être fixé, franchement c’est mieux si je ne fais comme si de rien n’était, je pars, je reviens tout sera oublié et puis les choses seront réglées affirmais-je sans pouvoir m’ôter de l’esprit l’image de Logan et Lily ensemble. Ouais j’espère que ça va lui passer, si je passe en F1 je lui présenterais une pitbabe il ne m’en voudra plus comme ça assurais-je soudainement tout en me disant que les pitbabes n’étaient vraiment pas du même style que Lily et finalement je n’étais pas certain qu’elles soient mieux, enfin ça irait peut-être à Logan.

__________________

Revenir en haut Aller en bas
Julian James
Bonobo ❖
avatar

Messages : 469
Loisirs : être grincheux
Age : 54
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Pilote
Enfant(s): Trois
€: Riche
MessageSujet: Re: Tu sais fiston, de mon temps... [Noah]   Mer 16 Mar 2016 - 2:11

Noah me fit doucement rire lorsqu'il prétendit que sa mère était généralement la voix de la raison, bhen voyons. J'avais presque oublié l'espace d'un instant que mon fils vouait un culte à Ollie et que je serais toujours perdant face à elle. Il ajouta néanmoins qu'elle avait sûrement de quoi prouver que ma vie était instable avant qu'elle et moi ne nous remettions ensembles puisqu'elle ne balancerait pas de choses sur à mon propos sans en être totalement convaincue. Enfin non j'étais mauvaise langue, elle ne balançait rien du tout même si elle n'en pensait pas moins. C'était plutôt Mike qui aimait bien remuer le passé et c'est d'ailleurs ce que Noah me rappela en assurant que son oncle parlait souvent de certaines choses avec moi. Oui certes, mais je ne pensais pas être écouté pour être franc. Mon fils poursuivit sur cette lancée en m'assurant que je ne pouvais plus vraiment me défiler aujourd'hui, visiblement j'avais une certaine réputation et j'étais le « beau-gosse » de l'époque qui se retrouvait avec sa tronche imprimée sur des sous-vêtements. Je poussais un soupire tout en pensant qu'il avait raison et que ça ne servait à rien de nier pour faire bonne figure, j'étais déjà fichu depuis longtemps. Dans tous les cas Noah était persuadé que j'étais bien tombé en rencontrant sa mère parce qu'elle était « la meilleure ». J'esquissais un léger sourire et approuvais ses paroles d'un signe de tête, peut-être que sans elle je vivrais aujourd'hui dans une grande baraque en solitaire avec quelques bouteilles d'alcool comme seules compagnies.  

Bhen voyons ! Lâchais-je sur un ton narquois. D'accord si tu veux, j'en ai profité. D'un côté j'en avais marre de ruminer à propos de ma rupture et de l'autre j'avais des tas de nanas qui rêvaient d'être avec moi... Autant dire que je me suis vite décidé sur l'activité à laquelle je préférais m'adonner et puis je n'avais même pas besoin de bouger un orteil pour rencontrer des filles, elles venaient d'elles-mêmes. Ça a aidé. Me souvins-je. Enfin je me suis fais engueuler pour tout ça, Liam a raconté certaines choses à ta mère et j'ai passé un sale quart d'heure. D'ailleurs ne me demande pas pourquoi mais c'est ce même soir que j'ai fais ma demande, j'ai toujours été un peu tordu finalement. Avouais-je en rigolant. Tu as raison en tout cas, ta mère est quelqu'un de bien. Continuais-je en souriant doucement. Et pour ma défense je n'ai rien signé en ce qui concerne ces fameuses culottes, tu peux interroger mon avocat. Terminais-je en roulant des yeux.

Je poussais un soupire de soulagement faussement exagéré quand Noah accepta de ne rien dire concernant mes élans d'affection envers Mike et l'écoutais m'assurer qu'il n'avait pas l'intention d'être fixé sur les sentiments de son amie. Il préférait largement quitter New-York en faisant l'impasse sur ce qu'il savait plus ou moins et revenir en espérant que tout puisse être oublié. Je n'étais malheureusement pas certain que les choses se passent de cette manière, il risquait juste de perdre sa copine et Logan. Concernant ce dernier, mon fils priait pour qu'il accepte de faire une trève et m'informa qu'il pourrait toujours lui ramener une pitbabe lorsqu'il serait en F1. J'esquissais un sourire en coin et m'appuyais sur l'établi tout en pensant que Juliet risquerait de faire la tronche.

Imagine que tu partes et que tu finisses par regretter de ne pas lui avoir parlé ? Quand tu reviendras elle sera probablement casée ailleurs et peut-être que tu seras déçu de la voir avec quelqu'un d'autre. Je ne pense pas que tes problèmes seront réellement régler quand tu rentreras. A moins que tu sois vraiment certain de ne rien ressentir pour cette fille mais si c'était le cas tu ne te poserais pas tant de questions en ce qui la concerne. Avançais-je d'un ton plutôt certain. Bien sûr que ça lui passera et si ce n'est pas le cas il ne mérite pas ton amitié, c'est tout. Par contre abandonne l'idée de la pitbabe, Juliet risque de t'étriper. Me moquais-je finalement.

__________________

Revenir en haut Aller en bas
Noah James
Little Brother ☼
avatar

Messages : 47
Loisirs : Être champion du monde
Age : 24
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Pilote
Enfant(s):
€: Riche
MessageSujet: Re: Tu sais fiston, de mon temps... [Noah]   Mer 16 Mar 2016 - 23:04

Papa vint finalement à lâcher qu’effectivement il avait bien profité de sa période de gloire, visiblement il avait dû faire face à sa rupture avec maman et il n’avait pas voulu s’attarder trop longtemps sur cette affaire en décidant de passer à autre chose. Bien évidemment ça avait fini par arriver aux oreilles de maman quand ils s’étaient remis en couple et il en avait pris pour son grade, je fis la grimace tout en comprenant sa douleur, maman faisait clairement peur quand elle se mettait en colère. J’appris aussi qu’au détour de cette engueulade papa avait décidé de demander maman en mariage, je le fixais un moment d’un air incrédule tout en songeant qu’il était complètement taré. C’était quoi cette demande en mariage toute pourrie ? Le pire c’est qu’il trouvait ça drôle, franchement maman devait vraiment l’aimer pour rester avec lui, songeais-je sans vraiment comprendre les motivations de mon père et surtout pourquoi ma mère avait accepté. Enfin dans tous les cas les choses avaient plutôt bien marchées entre eux et j’en étais très content, bon même si c’est vrai qu’ils s’engueulaient souvent j’avais grandi dans un foyer aimant et j’avais toujours été très heureux auprès de ma famille.

Maman a vraiment du mérite d’être restée avec toi me moquais-je gentiment. C’est la demande en mariage la plus nulle que j’ai entendu, je préfère même celle d’Aaron à côté de la tienne affirmais-je en prenant un air dépité.

Alors que je tentais un peu d’éviter la discussion au sujet de Lily et ce que je ressentais ou non face à cette histoire mon père me fit remarquer qu’il se pouvait que je regrette de ne pas être allé la voir une dernière fois avant mon départ pour mettre toutes les choses au clair. Mon père s’imaginait que j’allais être déçu si je rentrais et que je la retrouvais avec quelqu’un d’autre, pourquoi est-ce qu’il pensait ça ? Lily était une amie rien d’autre. Je me figeais complètement quand papa remarqua que si je n’étais vraiment pas intéressé par Lily je ne me poserais pas autant de question à son sujet, c’était n’importe quoi, je m’inquiétais vis-à-vis de Logan pas de Lily. Pour ce qui était de ce dernier papa assura que si il n’était pas capable de faire la part des choses il ne méritait pas forcément que nous restions amis, j’haussais les épaules tout en songeant que c’était normal qu’il soit jaloux malgré tout si il l’aimait vraiment.

C’est une amie, rien d’autre, et puis de toute façon je n’ai pas le temps de penser à ça. J’ai un planning très défini pour les cinq prochaines années de ma vie et il n’y a pas de place pour une histoire romantique ou quoique ce soit, j’ai autre chose à faire lâchais-je d’un ton déterminé. Je m’inquiète juste pour Logan c’est tout ajoutais-je en repoussant tout ce qu’il venait de dire. C’est normal qu’il soit jaloux non ? Enfin… Euh… ça a dû poser des soucis avec tonton Jeff quand tu as commencé à fréquenter maman… A cause de leur histoire… Enfin tu vois me risquais-je maladroitement en évitant son regard. Tant pis pour Juliet, Logan sera content affirmais-je en souriant.

__________________

Revenir en haut Aller en bas
Julian James
Bonobo ❖
avatar

Messages : 469
Loisirs : être grincheux
Age : 54
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Pilote
Enfant(s): Trois
€: Riche
MessageSujet: Re: Tu sais fiston, de mon temps... [Noah]   Jeu 17 Mar 2016 - 0:24

Je roulais des yeux quand Noah insinua que sa mère avait eu du courage de vivre à mes côtés durant toutes ces années. En tout cas même si je devais admettre que nous avions traversé quelques périodes difficiles, j'estimais que nous pouvions malgré tout être fiers de notre mariage et de ce que nous avions accompli tous les deux. C'était certes très cliché de le reconnaître de cette manière mais moi j'étais sincèrement heureux de la vie que je menais auprès d'Ollie, jamais je ne m'étais surpris à regretter notre union. Je me doutais bien que les choses devaient être différentes de son côté étant donné que je ne lui avais pas simplifié l'existence mais nous finissions toujours par nous en sortir correctement. Au delà de ça, trois enfants étaient nés du fruit de notre amour. Bon certes les jumelles relevaient plus de l'accident mais elles avaient malgré tout donné un sens à ma vie, même s'il m'avait fallu un certain temps avant d'accepter leur existence et bien aujourd'hui je ne regrettais rien. J'étais heureux de m'être battu pour qu'Ollie accepte de me pardonner suite aux paroles horribles que j'avais pu prononcer à l'annonce de sa grossesse. Et puis au final le fait d'avoir élevé mes enfants m'avait également permit de mûrir et de prendre davantage mes responsabilités, j'étais devenu plus posé et peut-être plus mature.

Et je ne vais même pas nier, tu as raison. On ira lui acheter une médaille du courage si tu veux. Plaisantais-je. Je sais merci. Ça ne devait pas du tout se passer comme ça pour être honnête, j'avais vraiment prévu de lui sortir le grand jeu. Enfin je m'en suis mordu les doigts, au début elle n'a pas du tout accepté de devenir ma femme. Elle est revenue quelques temps plus tard pour accepter, elle a eut pitié. Racontais-je sur un ton faussement désespéré en préférant ignorer la remarque sur Aaron.

Mon fils tint ensuite à m'assurer que Lily n'était qu'une amie et quand bien même il éprouverait quelque chose pour elle, il n'avait pas de temps à lui accorder. Je hochais la tête d'un air entendu tandis qu'il enchaîna en prétendant que son emploi du temps étaient suffisamment remplit pour les années à venir et qu'il n'avait pas besoin de glisser le nom d'une fille à l'intérieur. Sur ce point je n'allais pas prétendre le contraire, enfin de mon côté j'étais plus ou moins parvenu à concilier mon boulot avec une relation amoureuse et une vie de famille mais je ne voulais pas contrarier Noah plus qu'il ne l'était déjà après tout. Il était juste inquiet à propos de son ami jaloux et ça s'arrêtait là. D'ailleurs il comprenait plus ou moins que Logan puisse lui en vouloir pour lui avoir « volé » sa copine, il tenta même de me laisser sur un sujet délicat en mentionna l'époque où Jeffrey faisait partie de ma propre équation. Je me redressais aussitôt pour observer mon fils et fut un peu gêné de l'entendre me poser des questions à ce sujet.

Très bien, puisque tu es si sûr de toi je ne vais pas insister après tout. Assurais-je en haussant les épaules. Euh... C'était compliqué parce qu'on ne s'entendait déjà pas à la base. Heureusement leur histoire était déjà terminée quand je suis sorti avec ta mère mais pour être franc je n'ai jamais cherché à savoir comment il a vécu tout ça de son côté. J'étais juste énervé contre lui parce qu'il a voulu me piquer ma copine à plusieurs reprises et il n'était pas discret en plus de ça. Enfin c'est vieux toute cette histoire, je ne préfère pas continuer à en parler. Terminais-je un peu nerveux.

__________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tu sais fiston, de mon temps... [Noah]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tu sais fiston, de mon temps... [Noah]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tu sais que tu joues trop à Pokemon, quand...
» Un Temps pour chaque chose:Le Choix Judicieux
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}
» Prix du petrole a travers le temps
» Arrêter le temps...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Boarding House Of Death :: Intrigue n°5-
Sauter vers: