AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Vermont, ski et yéti [Shae]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aaron James-Hudson
Pleasant guy ☮
avatar

Messages : 489
Loisirs : faire des bébés à Shae
Age : 31
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Au foyer
Enfant(s): Un
€: Moyen
MessageSujet: Vermont, ski et yéti [Shae]   Mar 9 Fév 2016 - 2:13


Je glissais lentement mes mains le long des cuisses de Shae et lui rendis son baiser avec autant de passion qu'elle, à vrai dire je voulais qu'elle puisse comprendre à quel point j'étais heureux d'être ici en sa compagnie surtout quand on savait que nous ne nous étions pas retrouvés de la sorte depuis longtemps. Ce moment me rappelait tous ceux que nous avions pu passer avant... la naissance de notre fils même si je refusais de penser que la quiétude actuelle de notre couple était due à l'absence de Mae. Quoiqu'il en soit pouvoir profiter du corps de ma femme et avoir le temps nécessaire pour pouvoir savourer les différents sentiments que nos ébats pouvaient provoquer en moi était infiniment agréable. J'avais juste envie de ne plus quitter cet endroit afin que nous puissions rester allongés l'un auprès de l'autre toute la journée, être capable de ne penser à rien de fâcheux était un véritable luxe en ce moment et ce petit chalet nous tenait clairement éloignés de tous les problèmes de notre quotidien. Je savais également que Mae était entres de bonnes mains chez ses grands-parents maternels alors je n'avais vraiment plus aucune inquiétudes à avoir tant que j'étais ici et c'était appréciable.

Cependant, les Dieux n'avaient pas forcément l'air d'être en accord avec nous ce soir et si je rêvais à la base d'une soirée parfaite avec ma femme, la coupure de courant qui venait tout juste de nous plonger dans le noir complet prouvait bien qu'il n'en serait rien du tout. Je pestais intérieurement contre l'espèce de tempête auquel nous avions droit ce soir et qui était sans doute à l'origine de cette panne d'électricité. Je ne savais même pas où trouver le disjoncteur dans cette baraque et je doutais qu'ils aient trouvé judicieux de glisser quelques bougies dans un tiroir... Cette affaire ne me réjouissait pas du tout pour être honnête et Shae qui commençait à paniquer toute seule au moindre grincement dans le chalet n'arrangeait pas nos affaires. Son attitude avait néanmoins le don de m'amuse quelque peu dans la mesure où c'était sans doute la première fois où je la voyais paniquer pour ce genre de chose.

Je crois que c'est la dernière fois qu'on regarde un film d'horreur quand on est tous seuls dans un chalet au beau milieu de la montagne... Déclarais-je sur un ton moqueur avant de me redresser du lit pour ensuite chercher mon téléphone sur la table de nuit afin de l'utiliser comme lampe de poche. Je ne sais même pas où on est censés trouver le disjoncteur dans un chalet comme celui-là... Ça m'agace particulièrement parce qu'il fallait forcément que les plombs sautes au moment le plus excitant de la soirée. Me désespérais-je en m'assurant que Shae me suivait.

__________________


You're free to touch the sky whilst I am crushed and pulverised, because you need control. You've taught me to lie without a trace and to kill with no remorse. On the outside I'm the greatest guy, now I'm dead inside.
Revenir en haut Aller en bas
Shae James-Hudson
Cheeky girl ღ
avatar

Messages : 674
Loisirs : Etre heureuse
Age : 28
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Chirurgien(ne)
Enfant(s): Deux
€: Riche
MessageSujet: Re: Vermont, ski et yéti [Shae]   Mar 9 Fév 2016 - 23:44


Je glissais mes lèvres contre celles d’Aaron et l’embrassais passionnément en songeant que j’étais bien heureuse de me retrouver avec lui ne serait-ce qu’un week-end. Ça allait nous changer de passer notre temps à changer des couches et supporter les pleurs de Mae à chaque fois que nous tentions de nous retrouver tous les deux. Il faut dire que depuis la naissance de Mae nous n’avions plus trop le loisir de coucher ensemble tout d’abord parce que j’étais souvent de mauvaise humeur après avoir supporté les pleurs de Mae toute la soirée et aussi parce que ce dernier appréciait énormément témoigner sa présence quand nous tentions de faire l’amour. Bien évidemment faire ce genre de choses quand un bébé s’époumonait dans la pièce d’à côté était plutôt difficile. Résultat après près de trois mois depuis la naissance de Mae le nombre de fois où nous nous étions retrouvées tous les deux pour coucher ensemble se tenait sur les dix doigts de ma main, bon j’exagérais peut-être mais je comptais bien sur ce week-end pour retrouver notre ancienne activité sexuelle, ne serait-ce que pour deux jours.

Malheureusement les choses ne semblaient pas aller dans mon sens étant donné que le noir se fit brutalement autour de nous. Je redressais le regard quelque peu perdue avant de me dire que le disjoncteur avait dû lâcher, je poussais aussitôt un grognement tout en songeant que ce n’était ni le moment ni l’endroit, ça allait casser toute l’ambiance que nous partagions et en plus de ça Aaron m’avait fait voir un stupide film d’horreur un peu plus tôt. Bien évidemment je n’y tenais pas trop d’importance en général, sauf que cette fois-ci nous étions dans un chalet perdu et que les téléphones passaient plutôt mal dans le coin.

Je grommelais en songeant que ce n’était vraiment pas le moment, quand Mae n’était pas là c’était la maison qui nous obligeait à nous stopper… Aaron me tira de mes jérémiades en avouant que c’était peut-être une mauvaise idée de regarder un film d’horreur lorsque nous étions tous les deux dans un chalet perdu dans la montagne, sans blague, songeais-je en lui emboîtant le pas. J’esquissais néanmoins un sourire quand mon mari affirma qu’il avait nécessairement fallut que le disjoncteur fasse des siennes au moment le plus intéressant de la soirée.

Tu n’avais qu’à me faire l’amour plus tôt me moquais-je avant de quitter la chambre en le suivant de près.

Une fois que nous eûmes rejoint le salon je m’intéressais aux alentours dans l’espoir de trouver le disjoncteur même si je ne voyais pas vraiment grand-chose dans la pénombre opaque qui nous entourait. Puis brusquement la fenêtre s’ouvrit dans un fracas assourdissant tandis qu’une grande bouffée d’air rentrait dans la pièce, j’eus un sursaut de panique et me tournais aussitôt vers Aaron tout en comprenant soudainement l’intérêt de regarder des films d’horreurs. Il faut dire que jusqu’ici je n’avais jamais compris comment on pouvait être effrayé par ce genre de films, mais maintenant je saisissais la chose, cependant je ne trouvais pas ça très divertissant.

__________________

« And I will stay up through the night Let's be clear, won't close my eyes And I know that I can survive I'll walk through fire to save my life It's hard to lose a chosen one But you won't see me fall apart 'Cos I've got an elastic heart »
Revenir en haut Aller en bas
Aaron James-Hudson
Pleasant guy ☮
avatar

Messages : 489
Loisirs : faire des bébés à Shae
Age : 31
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Au foyer
Enfant(s): Un
€: Moyen
MessageSujet: Re: Vermont, ski et yéti [Shae]   Jeu 11 Fév 2016 - 13:02

Je fis mine d'être outré quand Shae m'accusa d'avoir trop longtemps fait traîner les choses entres nous ce soir, elle avait visiblement l'air de penser que nous ne nous serions pas retrouvés si frustrés si je m'étais activé plus tôt. Sauf que pour ma défense, je n'aurais jamais pu deviner que les plombs de ce foutu chalet auraient décidé de sauter et donc de nous interrompre en pleine partie de jambe en l'air par la même occasion. D'ailleurs j'imaginais que je me serais pressé davantage si j'avais su que la soirée allaient se poursuivre dans le noir le plus complet, maintenant je regretté doublement d'avoir insisté pour regarder ce film d'horreur qui nous avait plus fait perdre notre temps qu'autre chose. En effet, il fallait reconnaître que nous n'aurions pas loupé grand-chose en décidant de ne pas le passer à la télévision, l'histoire de ce navet était trop tordue et trop invraisemblable pour que je comprenne quoique ce soit. Cependant nous avions malgré tout pu admirer ce « chef-d’œuvre » jusqu'à la fin histoire d'être tenus « en haleine » jusqu'au bout mais l'issue de cette petite affaire ne m'avait pas non plus satisfait tant c'était mal façonné. Je n'avais néanmoins pas pu avoir l'avis de ma femme sur le sujet puisque cette dernière s'était empressée de me sauter dessus dès l'apparition du générique de fin, au final son comportement avait sûrement dû en dire long sur ce qu'elle avait bien pu penser de notre soirée ciné.

Quoiqu'il en soit, nous étions maintenant loin de notre plan initiale qui était de s'envoyer en l'air puisque nous étions censés arpenter le chalet de fond en comble afin de dégoter le fameux disjoncteur. Cependant dans le noir le plus complet tout ça s’avérait vraiment compliqué, la lumière de mon téléphone n'éclairait pas grand-chose alors l'exercice semblait périlleux. Et puis comme pour ne rien arranger à nos affaires, la fenêtre du salon s'ouvrit brusquement et la pièce où nous nous trouvions fut aussitôt rafraîchie. D'accord... Alors soit nous avions choisie la location la plus pourrie des environs, soit nous étions hantés par un esprit vengeur. En ce qui concernait la dernière option j'avais plutôt la sensation que le film que nous venions de voir était à l'origine de cette idée stupide. Quoiqu'il en soit il valait mieux pour nous de fermer rapidement cette fenêtre avant de finir totalement congelés, je m'approchais donc de celle-ci pour la refermer et m'assurer cette fois que le verrou était correctement enfoncé.

Qui est-ce que tu as agacé à ce point pour que l'on soit embêter de la sorte ce soir ? L'interrogeais-je sur un ton amusé avant de la rejoindre et et de glisser mes mains le long de son dos. Pourquoi est-ce qu'on cherche ce fichu disjoncteur ? Qu'on fasse l'amour avec la lumière ou sans, ça ne change pas grand-chose au final. Suggérais-je sur un ton enjôleur tout en pensant que ce ne serait effectivement pas si dramatique que ça après tout.

__________________


You're free to touch the sky whilst I am crushed and pulverised, because you need control. You've taught me to lie without a trace and to kill with no remorse. On the outside I'm the greatest guy, now I'm dead inside.
Revenir en haut Aller en bas
Shae James-Hudson
Cheeky girl ღ
avatar

Messages : 674
Loisirs : Etre heureuse
Age : 28
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Chirurgien(ne)
Enfant(s): Deux
€: Riche
MessageSujet: Re: Vermont, ski et yéti [Shae]   Dim 14 Fév 2016 - 17:06

Je commençais à croire que s’isoler au fin fond de la montagne n’était pas si romantique que ça, à vrai dire je ne trouvais pas trop l’idée romantique de base, mais c’était encore moins le cas à présent que nous étions baignés dans le noir et que nous ne pouvions rien faire. De plus il fallait que la fenêtre s’ouvre dans un fracas pareil histoire de nous faire bien paniquer, enfin me faire paniquer, parce que pour le coup Aaron avait l’air plus détendu qu’autre chose. Il se contentait simplement de fermer la malheureuse fenêtre en me demandant qui est-ce que j’avais bien pu agacer de la sorte pour qu’il cherche à se venger sur nous cette nuit, je tapais son épaule tout en songeant qu’il était un imbécile. A vrai dire je songeais plus que c’était Mae qui envoyait des esprits à notre charge pour nous reprocher de l’avoir abandonné chez ses grands-parents ce week-end histoire de bien confirmé que j’étais une mauvaise mère à ses yeux, cependant je n’étais pas certaine qu’Aaron apprécie cette théorie, même si je la lançais sous forme de blague.

Si je ne faisais pas la maligne en ce moment précis, Aaron lui était tout à fait prêt à s’envoyer en l’air alors que nous ne voyons absolument rien autour de nous. Je fronçais les sourcils tout en songeant que premièrement je n’aimais pas particulièrement faire l’amour dans le noir et que deuxièmement je n’étais pas assez assurée pour faire quoique ce soit avec lui pour le moment. Il se pouvait qu’un psychopathe soit en train de nous regarder en ce moment même, et même si la nudité n’était pas un souci pour moi je ne tenais pas à ce qu’un taré puisse nous espionner en plein ébat. Je me contentais donc d’échapper moyennement à l’étreinte d’Aaron pour tenter de le fixer dans les yeux, là où j’imaginais que ceux-ci se trouvaient, ce qui n’était pas tâche aisée.

Qui te dit que ce n’est pas contre toi qu’on en a assurais-je simplement.Et non tu ne me toucheras pas tant qu’on n’aura pas réussi à remettre de la lumière dans cette maison, tu sais bien que je n’aime pas faire l’amour dans le noir, et ça t’apprendra à me forcer à regarder tes films débiles ajoutais-je d’un ton catégorique. Ça se trouve il y a un taré qui nous regarde faire en ce moment même ajoutais-je en fixant les environs.

Je décidais ensuite de partir à la recherche de ce foutu disjoncteur en tentant de garder mes angoisses pour moi, à vrai dire j’avais vécu beaucoup bien pire que cette malheureuse situation, mais pour le coup je n’étais vraiment pas rassurée. Il me semblait que le propriétaire du chalet m’avait donné quelques instructions lorsque j’avais réservé notre week-end, mais j’avais déjà tout complètement oublié. Il faut dire que la plupart du temps les disjoncteurs se trouvaient dans les caves, or je ne tenais vraiment pas à descendre dans la cave.

Bon je crois qu’il va falloir descendre à la cave marmonnais-je en ouvrant la fameuse porte à tâtons.

__________________

« And I will stay up through the night Let's be clear, won't close my eyes And I know that I can survive I'll walk through fire to save my life It's hard to lose a chosen one But you won't see me fall apart 'Cos I've got an elastic heart »
Revenir en haut Aller en bas
Aaron James-Hudson
Pleasant guy ☮
avatar

Messages : 489
Loisirs : faire des bébés à Shae
Age : 31
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Au foyer
Enfant(s): Un
€: Moyen
MessageSujet: Re: Vermont, ski et yéti [Shae]   Lun 15 Fév 2016 - 20:46

Je fixais Shae tandis qu'elle s'échappait de mon étreinte et l'écoutais me suggérer l'idée que je puisse être celui à qui on en voulait. Je roulais aussitôt des yeux étant persuadé que ma femme ne pourrait pas me voir le faire et ne pu m'empêcher de me demander si nous parlions de personnes vivantes ou bel et bien d'esprits surnaturels. Parce que si jamais il était question de la première option qui me semblait plus terre à terre, je doutais franchement que quelqu'un puisse être en colère contre moi mis à part les hôtes de caisse dans les supermarchés, je ne voyais plus grand monde sur l'extérieur. En revanche Shae était plutôt à cran dernièrement et elle rencontrait beaucoup de monde à l'hôpital, alors j'imaginais bien que n'importe quel pauvre homme ayant le malheur de se mettre sur son chemin devait sacrément en prendre pour son grade. Cela dit nous avions sûrement tous les deux quelque chose à craindre dans le cas où il serait plutôt question de je ne sais quel fantôme, en effet les quelques personnes que nous n'avions pas eu le choix de descendre durant nos opérations extérieures ne devaient pas forcément être ravis d'avoir été tués. Enfin je me rendais bien compte que je partais beaucoup trop loin dans mes réflexions mais je devais reconnaître que toute cette affaire m’inquiétait même si je ne trouvais rien de mieux à faire que de lancer des vannes pour me rassurer.

Je suis un amour, c'est bien connu. Me défendis-je en souriant largement avant de voir mes ardeurs être refrénées rapidement par Shae. N'en profite pas pour critiquer mes choix cinématographiques, c'était... original. Ironisais-je. Mais bon d'accord, tu as raison. Pas de lumière, pas de sexe j'ai compris. Cependant je doute que quelqu'un nous observe vraiment, enfin je ne veux pas l'imaginer tout du moins. L'installation électrique de ce chalet doit être ancienne et le début de tempête auquel on a droit ne doit franchement pas aider. Songeais-je.

J'entendis ensuite ma femme se remettre à marcher et me contentais de mon côté d'aller observer quelques secondes par la fenêtre histoire d'être certain que personne n'avait décidé de nous jouer un mauvais tour, j'étais néanmoins incapable de distinguer quoique ce soit à l'extérieur tant il faisait sombre. Shae me sortit de mes constatations quand elle m'assura qu'il allait falloir descendre au sous-sol afin de trouver de quoi remettre le courant. Je grimaçais légèrement face à cette hypothèse et tâchais de me diriger vers elle grâce à sa silhouette plus ou moins apparente. Pour être honnête me retrouver dans la cave de cette baraque ne m'enchantait pas du tout et je ne voulais pas tellement laisser Shae s'y risquer toute seule. Je poussais un léger soupire et me penchais vers l'entrée mais bien évidemment il faisait encore plus noir qu'ailleurs alors c'était peine perdue si j'avais espoir d'y voir quelque chose.

On pourrait parfaitement allumer un feu dans la cheminée et camper devant jusqu'au petit matin, ça pourrait être très agréable et puis on a quand même connu pire qu'une panne de courant... Proposais-je plutôt en me félicitant d'avoir trouvé cette idée.

__________________


You're free to touch the sky whilst I am crushed and pulverised, because you need control. You've taught me to lie without a trace and to kill with no remorse. On the outside I'm the greatest guy, now I'm dead inside.
Revenir en haut Aller en bas
Shae James-Hudson
Cheeky girl ღ
avatar

Messages : 674
Loisirs : Etre heureuse
Age : 28
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Chirurgien(ne)
Enfant(s): Deux
€: Riche
MessageSujet: Re: Vermont, ski et yéti [Shae]   Mar 16 Fév 2016 - 0:11

Je ne pus me retenir de rouler des yeux quand Aaron remarqua qu’il était « un amour », forcément moi je ne l’étais pas et je m’attirais les foudres de je ne sais pas qui. Enfin malgré la belle frayeur que nous étions en train de vivre Aaron était persuadé que regarder un tel film avait été une bonne idée de sa part et que le contenu en restait néanmoins original, je roulais de nouveau des yeux en profitant que monsieur ne puisse pas vraiment me voir. Pour ce qui était de couché dans le noir Aaron vint à se mettre d’accord avec moi tout en affirmant qu’il n’y avait sûrement aucun malade mental dans les environs et que cette panne de courant était sûrement due au fait que l’installation électrique du chalet était vieille et qu’en plus la tempête battait son plein dehors. Je poussais un soupire tout en songeant qu’il avait raison.

Il en était de même quand il affirmait qu’il valait mieux allumer un feu de cheminé et attendre le petit matin plutôt que de se risquer à descendre ce fichu escalier que nous étions incapable de voir, il ne manquerait plus que l’un de nous se casse une jambe dans cette affaire. Je suspectais néanmoins mon mari d’être effrayé par cette affaire, il avait beau jouer au gros dur et prétendre que nous avions tous les deux vécu pire qu’une coupure de courant il ne faisait pas trop le fanfaron. J’esquissais un sourire amusé et me tournais vers lui en regrettant de ne pas pouvoir juger son expression.

Tu as peur ? M’intéressais-je en souriant. Mais oui tu as raison, il ne manquerait plus que l’un de nous se fasse mal en descendant, et vu que tu n’as pas l’air très près à descendre toi-même c’est sûrement moi qui finirait morte en bas, tout en sachant que je suis le seul médecin d’entre nous ma vie est plus importante que la tienne, va pour le feu de cheminée alors me moquais-je gentiment. Tu t’occupes de le faire ? Je vais chercher les couettes et les oreillers en haut assurais-je en m’éclipsant rapidement.

Je récupérais mon téléphone après avoir tapé dedans avec mon pied et allumais aussitôt la lampe torche en rouspétant contre moi-même de ne pas l’avoir pris avec lorsque que nous étions partis en expédition. Je récupérais la grosse couette et les oreillers puis redescendis maladroitement dans le salon où un petit feu était en train de naître dans la cheminée. Je disposais la couette et les oreillers maladroitement sur le sol et me glissais aussitôt entre celle-ci en grommelant contre le froid qui était soudainement retombé.

T’as intérêt à être performant cette nuit, on ne va plus avoir de chauffage si on a pas d’électricité remarquais-je l’air de rien.

__________________

« And I will stay up through the night Let's be clear, won't close my eyes And I know that I can survive I'll walk through fire to save my life It's hard to lose a chosen one But you won't see me fall apart 'Cos I've got an elastic heart »
Revenir en haut Aller en bas
Aaron James-Hudson
Pleasant guy ☮
avatar

Messages : 489
Loisirs : faire des bébés à Shae
Age : 31
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Au foyer
Enfant(s): Un
€: Moyen
MessageSujet: Re: Vermont, ski et yéti [Shae]   Mar 16 Fév 2016 - 3:13

Je ne pu m'empêcher de rire quand Shae me demanda si le fait de descendre à la cave m'effrayait, en réalité oui je n'étais pas rassuré par l'idée mais je ne pourrais jamais l'admettre autrement j'allais passé pour le faible de service. Enfin je me serais sûrement fais violence en cas d'extrême nécessité et j'aurais réactivé ce fichu disjoncteur mais dans la mesure où nous avions une jolie cheminée à disposition j'étais convaincu que nous pouvions nous passer de lumière pour le restant de la nuit. En plus de ça Shae semblait plutôt d'accord avec moi et estimait qu'il serait mal venu que l'un de nous se casse un membre en se rendant au sous-sol. Elle m'assura d'ailleurs qu'elle était celle qui aurait certainement dû prendre le plus de risques puisque je me serais selon elle complètement défilé au moment de redescendre dans cette cave. Pourtant étant l'unique médecin présent dans ce chalet, c'était elle qu'il fallait prioritairement préserver, c'est pourquoi le feu de cheminée restait la meilleure option. Ce qu'elle oubliait d'ailleurs, c'est que si j'étais celui qui devait se péter la jambe dans les escaliers, elle devrait abandonner ses études quelques temps pour prendre soin de notre fils parce que ça n'était pas avec une patte en moins que j'aurais pu faire grand-chose.

Je n'ai pas peur, descendre dans le noir complet ne me rassure pas c'est tout. Affirmais-je d'une traite. D'ailleurs je tiens à préciser que si j'étais celui qui aurait pu se casser un membre aujourd'hui, tu serais devenue totalement responsable de Mae... Tu aurais été obligée de laisser tomber l'hôpital quelques temps pour t'en occuper. Alors qui est le plus important maintenant ? La taquinais-je.

Quoiqu'il en soit ma femme me demanda de démarrer le feu pendant qu'elle se dépêchait d'aller chercher couettes et oreillers au premier étage. Je hochais la tête docilement avant d’éclairer la montagne de bois avec mon téléphone et glissais quelques bûches dans la cheminée, je rajoutais quelques brindilles ramassées plus tôt dans la journée et attrapais les allumettes. J'en griffais une énergiquement puis tâchais d'enflammer les quelques brindilles tours à tours. J'entendis au même moment Shae qui redescendait et me tournais légèrement vers elle tandis qu'elle installait notre petit nid, elle se glissa sous les couettes aussitôt après et m'ordonna presque d'être « performant » pendant la nuit histoire de la réchauffer puisque sans électricité nous n'avions pas non plus de chauffage. Je me mis aussitôt à rire et m'assurais une dernière fois que le feu était bel et bien parti avant de me glisser auprès d'elle à mon tour.

Tu vas voir que la pièce va vite se réchauffer avec la cheminée. Assurais-je. Cela dit pour le côté performant on peut toujours s'arranger, ça fait un moment que tu me fais poireauter. La taquinais-je en la toisant.

__________________


You're free to touch the sky whilst I am crushed and pulverised, because you need control. You've taught me to lie without a trace and to kill with no remorse. On the outside I'm the greatest guy, now I'm dead inside.
Revenir en haut Aller en bas
Shae James-Hudson
Cheeky girl ღ
avatar

Messages : 674
Loisirs : Etre heureuse
Age : 28
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Chirurgien(ne)
Enfant(s): Deux
€: Riche
MessageSujet: Re: Vermont, ski et yéti [Shae]   Mer 17 Fév 2016 - 0:11

Je ne pus m’empêcher de rire dans ma barbe quand Aaron affirma qu’il n’avait pas peur mais que descendre à la cave ne le rassurait tout simplement pas, oui c’est ce que je disais il avait peur, tourner la phrase autrement ne changeait pas le fond, songeais-je amusée. Je fis cependant moins la maligne quand Aaron me fit remarquer que si jamais il venait à se casser la jambe il ne pourrait pas s’occuper de Mae et ce serait donc à moi d’arrêter de travailler pour prendre soin du petit. Oui il marquait un point là-dessus même si j’appréciais moyennement qu’il relève de lui-même que je préférais qu’il s’occupe de Mae à ma place et surtout qu’il en plaisante. Je savais bien qu’il avait raison et que si jamais une telle chose venait à arriver je serais sûrement au bord du gouffre, je ne savais même pas comment il parvenait à s’occuper de Mae toute la journée, mais je dois avouer que ça m’arrangeait grandement. Mais si jamais quelque chose du genre devait arriver Mae irait tout simplement chez une nourrice comme je l’avais été petite et comme la plupart des enfants allaient quand leurs parents étaient obligés de travailler.

Déjà je disais ça dans le sens où je saurais mieux m’occuper de toi si tu te fais mal que si c’est toi qui t’occupe de moi après que je me sois blessée, et puis de toute façon Mae irait tout simplement chez une nourrice comme tous les enfants qui n’ont pas la chance d’avoir un père au foyer remarquais-je en haussant les épaules.

Une fois allongée confortablement sous la couette et entre les coussins je me blottissais contre Aaron dès son arrivée à mes côtés, j’espérais vraiment que la cheminée nous réchaufferait parce que je ne tenais pas à mourir gelée cette nuit, quoique entre ça et me faire tuer par un psychopathe je me demandais ce qui était le moins douloureux. Je fis une mine faussement outrée quand mon mari me fit remarquer qu’il n’y avait pas de soucis à se faire quant à ses performances cette nuit étant donné que je le faisais poireauter depuis un moment. Comme si il était à plaindre se pauvre petit cœur.

J’espère, qu’on aille pas mourir gelés, après notre psychopathe pourrait nous utiliser pour faire des glaçons assurais-je en prenant un ton amusé. N’importe quoi, je suis toujours aux petits soins avec toi. Tu te rappelles durant notre voyage de noce, c’est moi qui ait souffert d’abstinence pendant presque une semaine et je continuais de m’occuper de toi malgré tout, si j’étais celle qui faisait la fine bouche quand on parle de sexe ça se saurait remarquais-je persuadée de la vérité de ce que j’avançais.

__________________

« And I will stay up through the night Let's be clear, won't close my eyes And I know that I can survive I'll walk through fire to save my life It's hard to lose a chosen one But you won't see me fall apart 'Cos I've got an elastic heart »
Revenir en haut Aller en bas
Aaron James-Hudson
Pleasant guy ☮
avatar

Messages : 489
Loisirs : faire des bébés à Shae
Age : 31
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Au foyer
Enfant(s): Un
€: Moyen
MessageSujet: Re: Vermont, ski et yéti [Shae]   Mer 17 Fév 2016 - 21:19

J'écoutais docilement ma femme lorsqu'elle me fit remarquer qu'elle était largement plus qualifiée que moi en ce qui concernait de procéder à des soins médicaux, d'où le fait que sa vie était plus importante que la mienne. En effet, je n'avais pas énormément de connaissances dans ce domaine et j'aurais été incapable de faire les choses correctement dans le cas où Shae se serait retrouvée blessée à ma place. Elle nota également que si jamais je n'avais plus eu la possibilité de m'occuper de Mae, ce dernier serait tout simplement allé passer ses journées chez une nourrice qualifiée dans le domaine de l'enfance, comme n'importe quel autre môme n'ayant pas la « chance » d'être géré par un parent au foyer. Je fronçais légèrement les sourcils face aux dernières paroles de ma femme et je ne pu m'empêcher de penser que j'aurais dû m'attendre à ce genre d'observation de sa part en mentionnant notre fils. En fin de compte mes réflexions n'amusèrent pas du tout Shae et je me retrouvais un peu stupide de l'avoir lancée sur le sujet même si j’espérais qu'un jour où l'autre nous pourrions sincèrement rire de ce genre d'affaire.

De toute façon il ira forcément chez une nourrice à la fin de tes études, je ne compte pas passer ma vie à la maison. Je suis fou de cet enfant mais je ne comprends définitivement pas toutes ces personnes qui s'épanouissent dans ce genre de situation. Enfin c'est peut-être de ma faute, je n'ai pas décidé d'être soldat pour rien après tout. Affirmais-je en grimaçant.

Je glissais ensuite mon bras autour du corps de Shae et la serrais doucement contre moi alors que nous étions allongés entres couvertures et oreillers et me tournais de temps en temps vers la cheminée afin de vérifier si celle-ci fonctionnait toujours. Nous risquions clairement de nous souvenir de ce fameux week-end à la montagne et d'un côté heureusement que nous n'avions pas emmené notre petit bout, surtout pas dans ces conditions. Ma femme confirma d'ailleurs plus ou moins mes pensées en priant pour que nous ne finissions pas congeler ici, « notre » psychopathe se ferait selon elle un plaisir de nous avoir en tant que glaçons officiels. Je hochais la tête en signe d'accord malgré mon amusant et baissais le regard vers elle lorsqu'elle m'annonça ensuite être toujours aux petits soins pour moi, sexuellement parlant.

Elle m'encouragea donc à me remémorer notre voyage de noce, surtout les moments où je mourrais d'envie de lui faire l'amour alors que de son côté elle souffrait beaucoup trop le martyr pour s'adonner à ce genre d'activité. Foutue crème. Néanmoins elle jugeait qu'elle était la seule à s'être sentie réellement frustrée durant ces quelques jours puisqu'en ce qui me concernait j'avais pu bénéficier de quelques extras plutôt plaisants en guise de réconfort. Du coup elle insista sur le fait que c'était plutôt elle qui était à plaindre dans cette affaire puisque moi j'arrivais toujours à être satisfait d'une manière ou d'une autre. Quoiqu'il en soit et pour ma défense, je ne pouvais rien au fait qu'elle ait fait une réaction allergique à notre fameuse crème stimulante, autrement j'aurais pu m'occuper d'elle correctement.

Ça serait dommage de finir de cette façon, adieu le romantisme de la chose. Me moquais-je. Je parlais de ce soir... Ce n'est pas de ma faute si je ne pouvais pas m'occuper de toi convenablement pendant notre voyage de noce. Je me sentais coupable d'être impuissant en plus. Promis-je.

__________________


You're free to touch the sky whilst I am crushed and pulverised, because you need control. You've taught me to lie without a trace and to kill with no remorse. On the outside I'm the greatest guy, now I'm dead inside.
Revenir en haut Aller en bas
Shae James-Hudson
Cheeky girl ღ
avatar

Messages : 674
Loisirs : Etre heureuse
Age : 28
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Chirurgien(ne)
Enfant(s): Deux
€: Riche
MessageSujet: Re: Vermont, ski et yéti [Shae]   Jeu 18 Fév 2016 - 23:03

Aaron affirma néanmoins que Mae finirait bien un jour par aller chez la nourrice étant donné qu’il n’avait pas l’intention de passer le restant de ses jours à la maison pour s’occuper de lui, oui enfin si il tenait les deux années comme nous avions convenu il se pouvait fortement que Mae rentre déjà à l’école et dans ce cas-là il éviterait le passage chez la nourrice. Enfin j’imaginais que pour lui c’était tout de même mieux de passer ses journées avec son père plutôt qu’avec une autre personne, j’avais d’ailleurs lu plusieurs histoires comme quoi les nourrices tapaient les enfants qu’elles gardaient, certains arrivaient même à souffrir d’un syndrome spécifique qui atteignait leurs capacités cognitives et motrices de manière irréversible. Je ne tenais pas à ce que ça arrive à Mae alors si Aaron pouvait s’en charger jusqu’à son entrée en maternelle j’en serai soulagée. Je sortis de mes pensées quand mon mari affirma qu’il était « fou » de Mae mais qu’il n’était cependant pas prêt de s’épanouir en élevant un enfant H24, il songeait que c’était notamment pour ça qu’il était devenu soldat.

J’esquissais un léger sourire et hochais les épaules tout en repensant à ce qu’il venait de dire, j’étais toujours très étonnée et très bouleversée quand je voyais l’amour qu’Aaron portait à Mae. Je ne savais pas l’expliquer mais ça me mettait incroyablement mal à l’aise et j’étais incapable de réagir correctement. Bien évidemment j’étais d’accord avec le fait qu’élever un enfant n’était pas épanouissant et j’avais la sensation qu’avoir un enfant en général n’était pas épanouissant tout court. J’espérais néanmoins qu’il ne repartirait pas à l’étranger une fois qu’il retournerait à l’armée, je désirais secrètement qu’il trouve un petit job planqué qui lui permettrait de rentrer le soir parce que je n’étais vraiment pas prête à m’occuper de Mae toute seule.

Si tu pouvais tenir jusqu’à ce qu’il rentre à l’école ça serait bien quand même assurais-je simplement en tâchant de garder un ton naturel.

J’étais d’accord avec Aaron quand il affirmait que finir en tant que glaçon n’avait rien de romantique. Pour ce qui était de ma petite boutade au sujet de notre lune de miel Aaron me fit remarquer que sa phrase avait pour but de parler de ce soir, je secouais la tête d’un air désespéré tout en songeant que je n’avais rien à voir avec le fait que nous n’ayons rien fait ce soir. Il chercha cependant à se défendre de son manque d’activité à mon égard durant notre voyage de noce, visiblement monsieur n’avait rien pu faire à cause de cette crème et c’était senti très coupable de la situation et surtout du fait qu’il ne pouvait rien faire.

Tu parles, je passe ma vie à attendre que tu veuilles bien me faire l’amour, ce soir comprit, à cause de ton stupide film ronchonnais-je en m’allongeant sur le dos. Tu sais qu’il y a différents endroits autres que le sexe pour donner du plaisir au moins ? Moi qui pensait qu’en sortant avec un mec plus vieux je serais tranquille niveau sexe me moquais-je en faisant mine d’être sérieuse.

__________________

« And I will stay up through the night Let's be clear, won't close my eyes And I know that I can survive I'll walk through fire to save my life It's hard to lose a chosen one But you won't see me fall apart 'Cos I've got an elastic heart »
Revenir en haut Aller en bas
Aaron James-Hudson
Pleasant guy ☮
avatar

Messages : 489
Loisirs : faire des bébés à Shae
Age : 31
Localisation : New-York

Carte d'identité
Profession: Au foyer
Enfant(s): Un
€: Moyen
MessageSujet: Re: Vermont, ski et yéti [Shae]   Dim 21 Fév 2016 - 23:17

J'esquissais un léger sourire quand Shae me suggéra d'être patient jusqu'à l'entrée en maternelle de notre fils, évidemment c'était bien ce que j'avais prévu mais en attendant ces deux ans risquaient de me paraître extrêmement longs dans la mesure où j'étais plutôt quelqu'un d'actif au quotidien. Cependant depuis la naissance de Mae je me sentais un peu inutile même si je restais conscient que j'avais un nouveau rôle à tenir et à assumer. Malgré tout il restait difficile pour moi d'entendre mes anciens collègues discuter de l'armée ou du boulot en règle générale. J'avais surtout ce sentiment d'impuissance en ce moment puisque n'étant âgé que de quelques mois, Mae passait énormément de temps à dormir alors j'étais beaucoup seul et je m'ennuyais comme un rat mort. C'est pourquoi j'avais vraiment hâte que mon fils soit plus éveillé afin de pouvoir passer davantage de temps avec lui et de pouvoir réellement commencer à l'éduquer. D'un côté je ne souhaitais pas le voir grandir trop vite, comme n'importe quel parent je voulais pouvoir garder mon enfant petit le plus longtemps possible mais de l'autre je ne pouvais pas m'empêcher de l'imaginer en tant que petit garçon à proprement parlé.

Bien sûr que oui, c'était le deal. Je vais tenir le coup ne t'en fais pas et puis de toute manière je dois bosser pendant tout ce temps libre, surtout si je veux gagner en responsabilités alors je n'ai pas le choix. Assurais-je en mettant de côté toutes les pensées que je venais d'avoir.

Après quoi Shae voulu me faire croire que j'étais le genre de gars à laisser sa femme frustrée et insatisfaite sexuellement parlant. Visiblement je prenais trop mon temps et je n'étais pas assez souvent décidé à lui faire l'amour, du moins pas suffisamment à son goût. D'ailleurs notre soirée n'échappait pas à la règle puisqu'au lieu de se retrouver tous les deux je lui avais imposé un film qu'elle ne voulait visiblement pas regarder, enfin c'était facile à dire maintenant qu'elle avait pu constater à quel point il avait pu être nul mais elle ne se serait pas temps plainte si je lui avais sortie le meilleur film de l'année. Après quoi elle voulu me rappeler que le sexe n'était pas le seul endroit du corps susceptible de donner du plaisir, elle fut donc un peu dépitée en constatant que le fait de sortir avec un homme plus âgé ne lui donner pas forcément plus davantage. Je me contentais de la fixer du coin de l’œil tout en pensant qu'elle était vexante.

Si le film avait été à la hauteur tu ne te serais pas autant plainte, je voulais qu'on puisse passer un moment cool c'est tout. Lâchais-je penaud. Sans blagues ! Mais moi je ne sais pas ce que tu veux qu'on teste, et surtout pas dans les conditions de la lune de miel. Et puis j'ai des tas d'autres facultés. Me défendis-je.

Nous continuâmes alors cette conversation sans queue ni tête encore quelques minutes avant de passer aux choses plus sérieuses. Je devais d'ailleurs reconnaître que faire l'amour au coin du feu était quelque chose d'assez inédit mais plutôt agréable. Nous passâmes donc une nuit bien meilleure que ce que nous avions imaginé au vue des circonstances et fûmes bien content de voir le jour se lever dès le lendemain pour aller relancer le courant grâce au disjoncteur de la cave. Je devais avouer que grâce à notre petite péripétie, ce weekend tous les deux allait très certainement rester dans les anales.

__________________


You're free to touch the sky whilst I am crushed and pulverised, because you need control. You've taught me to lie without a trace and to kill with no remorse. On the outside I'm the greatest guy, now I'm dead inside.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vermont, ski et yéti [Shae]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vermont, ski et yéti [Shae]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DAENERYS SHAE ೱ Color my life with the chaos of trouble.
» SHAE △ united for justice, gathered for trouble
» Jambes en l'air à l'hosto - Shayne & Shae
» Shae Caas ~
» VERMONT UNIVERSITY

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Boarding House Of Death :: Intrigue n°5-
Sauter vers: